Accueil du site > Colloque « La recherche, une passion, des métiers : (...) > Programme du colloque > Les métiers de la recherche > Points de vue




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Points de vue

Des ingénieurs et techniciens sachant chercher

À l’instar des médailles de bronze et d’argent du CNRS qui projettent sur le devant de la scène des chercheurs en devenir ou déjà largement reconnus par leurs pairs sur le plan national et international, le Cristal du CNRS, créé en 1992, distingue chaque année des ingénieurs, techniciens et personnels administratifs du CNRS. Cette récompense souligne l’esprit innovant, l’excellence, la créativité et la technicité mises en œuvre par les lauréats qui, par la qualité de leurs travaux, contribuent à l’avancée des savoirs et des découvertes scientifiques et, au-delà, au rayonnement du CNRS.

Que seraient les chercheurs sans les ingénieurs ? Si l’on voulait être un brin provocant, on répondrait : « Peu de chose sans doute. » À l’évidence, la recherche ne pourrait avancer si elle ne faisait pas appel à deux catégories de personnels : • les supports qui en permettent le fonctionnement : services administratifs et de gestion, systèmes informatiques et logistiques… • les supports actifs que sont les ingénieurs et techniciens et qui construisent, opèrent et gèrent souvent à un haut niveau l’instrumentation et les centres d’exploitation des données scientifiques. Dans certaines disciplines, près de la moitié des équipes scientifiques doivent leur participation à de grands programmes internationaux, à la technologie développée en amont dans les laboratoires.

La recherche est l’affaire d’idées et de liberté. Elle se nourrit ensuite bien souvent de la confrontation à la réalité donc à l’observation, la mesure, et donc rapidement aux besoins en instrumentation et aux technologies. Dans ce domaine, avide de connaissances et de leur production, l’usage est bien sûr de forcer la marche du développement. Cela conduit naturellement à la réalisation de la recherche dans des grands ou très grands instruments, souvent construits dans un consortium international. On arrive là, à la construction d’organisations et de structures techniques, de spécialistes, de catégories de métiers diverses, de gestionnaires et de managers.

On perçoit bien le besoin des métiers de support à la recherche. S’y ajoute de façon spécifique pour la recherche, la proximité très efficace du chercheur et de l’ingénieur. La variabilité des spécifications nécessite une synergie parfaite entre le scientifique et le technique. Il est très important dans le lien quasi-inévitable avec l’industrie qu’un corps en interface permette la meilleure réalisation répondant aux besoins scientifiques. Enfin, la recherche grande productrice d’idées et à terme d’innovations, doit être accompagnée de supports administratifs, non seulement pour la nécessaire gestion, mais aussi pour le respect des aspects intellectuels, des retombées éducationnelles et sociétales. La recherche nécessite cet accompagnement.

Guy Guyot
Ingénieur de recherche au CNRS et directeur adjoint technique de l’Institut national des sciences de l’Univers (Insu)