Accueil du site > Depuis 70 ans, le CNRS




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Depuis 70 ans, le CNRS...

Créé en 1939 à l’initiative du physicien Jean Perrin, il est devenu, au fil d’une histoire riche mêlant grands projets, découvertes et aventures humaines, un acteur incontournable de la recherche internationale.

La création du CNRS

Créé le 19 octobre 1939, le CNRS marque l’aboutissement du projet d’organisation de la recherche française porté par le prix Nobel de physique Jean Perrin. Il se consacre dans un premier temps aux recherches militaires, puis de subsistance pour faire face aux pénuries de l’Occupation.
À la Libération, Frédéric Joliot-Curie prend la tête d’un organisme qui ne compte encore qu’une cinquantaine de laboratoires. À son instigation, un premier comité directeur est réuni en septembre 1944. Cette assemblée démocratique, encore réduite et informelle, devient l’année suivante le Comité national de la recherche scientifique.

La recherche : une priorité

Après 1945, les missions du CNRS sont étendues, et les recherches fondamentales encouragées. De nouveaux laboratoires sont créés à Paris et en province et le nombre de chercheurs et de collaborateurs, de moins de 2 000 à la Libération, passe à près de 7 000 à la fin des années 1950. Cet essor s’accélère lors de la décennie suivante. Avec l’arrivée au pouvoir du général de Gaulle, la recherche est érigée en priorité nationale.
De grands chantiers sont entrepris. Pour en assurer la coordination, des instituts nationaux voient le jour au sein du CNRS : celui d’astronomie et de géophysique (INAG, futur INSU), bientôt rejoint par celui de physique nucléaire et de physique des particules (IN2P3). La création des premiers laboratoires associés vient au même moment sceller le rapprochement du CNRS et de l’Université.

À l’écoute de la société

L’ouverture du CNRS s’étend également à l’industrie, comme en témoigne en 1975 la création du département des sciences pour l’ingénieur. Les programmes interdisciplinaires qui sont alors lancés participent du même principe : l’énergie, l’environnement, les matériaux, bientôt les biotechnologies visent à répondre aux attentes de la société. Le CNRS, qui regroupe près de 25 000 chercheurs et ITA au début des années 1980, y joue un rôle moteur.
En poursuivant sa politique de contractualisation avec l’Enseignement supérieur et les collectivités territoriales, en amplifiant ses efforts dans des domaines phares tels que l’ingénierie, le développement durable ou la communication, en favorisant également la création d’entreprises par ses chercheurs, le CNRS poursuit depuis 25 ans cet effort d’ouverture qui est son héritage le plus précieux.