Accueil du site > Colloque « La recherche, une passion, des métiers : (...) > Programme du colloque > Le dialogue science/société > Les intervenants




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Dominique Pestre est directeur d’études à l’EHESS. Ses travaux suivent globalement quatre directions. D’une part, il travaille sur la techno-physique du XXe siècle, dans la lignée de ses recherches sur le Cern (physique des hautes énergies), sur Louis Néel et Grenoble (corps magnétiques), sur Yves Rocard, l’ENS, le LAL, la radioastronomie et la physique des semi-conducteurs. Ces travaux s’inscrivent dans une pensée de la physique française (sur plus d’un siècle) et sur une analyse plus particulière de ses transformations dans les années 1950.

La seconde direction est internationale et vise à comprendre le nouvel ensemble de pratiques scientifiques et techniques héritées de la guerre et qui incluent la recherche opérationnelle, l’analyse des systèmes, la théorie des jeux et l’usage massif du calcul et des ordinateurs. Cette thématique fait l’objet du séminaire principal de Dominique Pestre à l’EHESS.

La troisième direction porte sur le rapport sciences-techniques-armement depuis les années 1930. Plusieurs thèses sont en cours, sous sa direction, afin de préparer une vue d’ensemble de la question. Les études ont ici porté sur l’électronique et le nucléaire, le financement de la recherche, l’orientation des recherches, le laboratoire central de l’Armement, la Recherche Développement en matière balistique, etc.

La dernière direction consiste à mettre en forme un travail de réflexion théorique sur les sciences, sur la pratique et les manières de parler des sciences. Appuyé sur l’histoire des sciences, la sociologie et l’anthropologie, il s’agit d’offrir une image cohérente de ce que sont les sciences et leurs pratiques au cours des quatre derniers siècles. Le travail théorique a donné lieu à la publication d’articles dans les Annales, le Débat, la revue du MAUSS, etc.

Dominique Pestre
Directeur d’études à l’EHESS, Centre Alexandre Koyré, Centre de recherche en histoire des sciences et des techniques