Voyage au cœur du rouge
 
Pour des informations complémentaires, contacter les chercheurs, en cliquant ici Page précédente

Le Rouge, deuxième volume du Dictionnaire des mots et expressions de couleur du XXe siècle1, vient de paraître à CNRS EDITIONS. En s'appuyant sur un vaste corpus de textes du XXe siècle (de la poésie à l'argot, des poèmes et chansons aux romans et articles de presse, de Proust, Aragon, Eluard, Boudard, Combescot... à Brassens, Brel, Goldman... et Sonia Rykiel qui a préfacé l'ouvrage), l'auteur, Annie Mollard-Desfour, linguiste à l'Institut national de la langue française2 (INaLF, CNRS, Paris), répertorie mots et expressions articulés autour de cette couleur, avec leurs définitions, leurs contextes d'emploi, leurs symboliques, leurs sens figurés. S'attachant à l'histoire du mot, aux modes de fabrication de la couleur, à ses utilisations sociales et culturelles, l'ouvrage retrace aussi l'histoire politique, l'histoire de l'art, l'histoire de l'homme... et d'amarant(h)e à zeffirellien, en passant par rouge et ses dérivés, nous transporte au cœur du rouge du XXe siècle... mais aussi au cœur de notre histoire et de notre société.

 
La couleur rouge est la couleur par excellence, la première des couleurs - à l'origine du nom d'Adam3 -, la plus vive, et le terme couleur peut désigner le rouge, ce rouge qui entretient un rapport privilégié avec l'éclat, la lumière : nombreuses sont, en effet, les nuances qui traduisent à la fois ces deux éléments (ardent, rutilant...). L'étymologie et l'histoire du lexique du rouge confirment également l'intérêt porté à cette couleur dès l'Antiquité3. Le rouge a aussi un lien étroit avec le beau4 (pour des raisons historiques de techniques tinctoriales - autrefois la plus stable des couleurs et donc la plus belle -, peut-être aussi pour des raisons symboliques), le rouge a été lié à l'apparat, au mérite (rois et empereurs, chefs des armées et de l'Église, robe de mariée jusqu'à la fin du XIXe siècle).

  Couleur de référence dans toutes les civilisations, le rouge est aussi la couleur la plus ambiguë : rouge vie, ardeur, courage, dignité, mérite, mais encore rouge mort, colère, guerre, meurtre, alarme et danger, couleur de l'interdit et du péché, de l'enfer et de Lucifer, des bourreaux et des forçats, des prostituées, et, de Judas à Barberousse, de l'hypocrisie, de la trahison et du maléfice.

 
Au XXe siècle, le rouge, reprenant à son compte les anciennes associations, est toujours un rouge alarme, signal, danger, interdit et sanction, connotations développées par la création de nombreuses locutions touchant notamment à la signalisation routière, à l'économie, à l'audiovisuel (axe, alerte, plan, pétrole rouge, être dans le rouge, liste rouge, mettre le rouge, carré rouge...). Par extension de cette connotation rouge-attention/danger, rouge désigne des tarifs élevés (tarif, heure, trajet, vol rouge)...

  Dans un autre domaine, le rouge-dignité/reconnaissance d'un mérite/honneur rendu (rosette, ruban, tapis rouge) s'étend, au cours du siècle, au domaine du commerce et de l'industrie alimentaire, pour indiquer la qualité des produits (cordon, label, ruban rouge). Ce même ruban rouge est devenu, par référence aussi au rouge du sang, le symbole universel de solidarité envers les personnes atteintes du Sida.

  Bien sûr, le rouge est encore et toujours, la couleur représentative des sentiments intenses, violents, de l'amour, de la haine et de la séduction (rouge baiser, glamour, passion)...

  Le rouge est aussi au cœur des grands événements politiques révolutionnaires ou réformistes du XXe siècle : révolution russe et chinoise (armée rouge, garde rouge, Le Dimanche rouge, Le Petit Livre rouge, Octobre rouge), deuxième guerre mondiale et résistance (L'Affiche rouge, L'Orchestre rouge, triangle rouge), politique mondiale (téléphone rouge), politique française (Dany le Rouge, la rose rouge de 1981), histoire politique italienne et terrorisme (Les brigades rouges). Sans oublier la création, sur le modèle de péril jaune, de la locution péril rouge...

 
Ainsi, notre langue du XXe siècle retranscrit les connotations ou associations symboliques, parfois contradictoires, héritées du passé ou créées par notre société moderne et le rouge contemporain est toujours une couleur ambiguë, mais fascinante...

  Amarant(h)e, andrinople, carmin, garance, pourpre, rubis, sang... rouge pompéien... rouge Carpaccio, Titien... rouge Ferrari, opéra, pompier... érubescent, roux, rubicond... croix, planète, tapis rouge... La Butte rouge... Julie la Rousse, le Petit Chaperon rouge... et bien d'autres mots et expressions défilent au fil des pages, rouges récents ou très anciens, vestiges de la longue histoire du rouge et témoignages de l'intérêt porté à cette couleur dès l'aube de l'humanité...

  "Rouge... comme l'excès, la jouissance, le sans limite, la liberté, l'extrême provocation, le trop plein, la folie d'un champ de coquelicots... la cristallisation dans l'amour fou" (Sonia RYKIEL).

1 Le Dictionnaire des mots et expressions de couleur du XXe siècle. Le Rouge, Annie Mollard-Desfour, préface de Sonia Rykiel, CNRS ÉDITIONS, mai 2000, (CNRS Dictionnaires) 492 p., + 8 hors-texte couleur, 180 F.

Premier volume : Le Bleu, préface de Michel Pastoureau, 1998, 260 p. 140 F.Annie Mollard-Desfour traitera ensuite le rose, le jaune, le vert, l'orange, le brun/marron, et enfin, le gris, le noir et le blanc, somme de toutes les couleurs !

2 L'Institut national de la langue française (Directeur Bernard Cerquiglini) a pour mission la constitution de corpus informatisés et de lexiques. À la suite du Trésor de la langue française (TLF, dictionnaire de la langue du XIXe et XXe siècle, 16 volumes, 23 000 pages, plus de 100 000 mots, 450 000 entrées), sont actuellement menées diverses recherches par 37 secteurs, domaines, époques.

3 Adam vient du latin Adamus : fait de terre rouge. Rouge vient du latin robeus : roux, roussâtre, rougeâtre (qui a supplanté ruber, mot romain), de racine indo-européenne. Le latin disposait de nombreux termes pour traduire le rouge, ce qui témoigne de la place privilégiée occupée par cette couleur dans la culture grecque et romaine, au contraire du bleu, pour lequel le latin ne disposait que de termes imprécis, reflet du peu d'intérêt porté à cette couleur dans l'Antiquité.

4 Certaines langues attestent ce lien étroit du rouge avec la beauté, ainsi en russe, krasny signifie t-il à la fois " rouge " et " beau "...