CNRS Délégation Centre-Est
17 rue Notre-Dame des Pauvres
B.P. 10075
54519 Vandoeuvre-lès-Nancy

Téléphone : (33) 03 83 85 60 00
Télécopie : (33) 03 83 17 46 21


Archéologie | actions pédagogiques



Du minerai au métal, du métal à l’objet : reconstituter les gestes techniques comme il y a 4 000 ans ! | 2012 

Darnieulles (88) |  221 rue du groupe scolaire |  vendredi 1er juin 2012

- 1 homme, Denis Morin, archéologue et enseignant-chercheur,

- 1 femme, Christine Chenet, enseignante à l’école primaire de Darnieulles,

- 16 enfants du cycle 3 de l’école de Darnieulles,

- 1 poignée d’étudiants de l’IUFM,

- 1 passion commune : l’archéologie et ses techniques > Rencontre entre 1 chercheur, 1 maîtresse des écoles et ses élèves, quelques étudiants de l’IUFM...

 

 Lire le communiqué de presse [pdf - 59 ko]

-> Denis Morin est archéologue spécialiste en archéologie des techniques

- Archéologue et enseignant-chercheur rattaché au laboratoire TRACES | Travaux et Recherches Archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés [UMR 5608 CNRS/Université de Toulouse Le Mirail/EHESS/INRAP/Ministère de la Culture] sis à Toulouse,

- Formateur à l’IUFM de Lorraine sur le site d’Epinal,

- Maître de conférence à l’Université Henri Poincaré de Nancy,

- Directeur de recherches à l’Université de Toulouse. Ses travaux portent sur l’étude diachronique des techniques d’extraction et de transformation des ressources minérales en Europe. Denis Morin conduit de nombreux projets de recherches sur les mines anciennes. Il coordonne un programme pluridisciplinaire en Grèce avec pour objectif l’exploration et l’étude des mines antiques et dirige un projet international de coopération scientifique sur le thème de l’archéologie industrielle (Universités de Cornouailles et d’Exeter, Royaume-Uni),

- Membre fondateur de l’association ERMINA, Équipe interdisciplinaire d’études et de recherches archéologiques sur les mines anciennes et le patrimoine industriel qui est l’essence de ce projet Passion – Recherche original.

-> Christine Chenet est enseignante d’une classe de CE2/CM1 pour l’année scolaire 2011/2012 à Darnieulles dans les Vosges (88) en Lorraine

Elle se passionne pour les savoir-faire anciens. S’appuyant sur l’expertise de Denis Morin, Christine Chenet propose un projet d’envergure à ses élèves "leur faire revivre la préhistoire du métal et ses techniques". Dans une démarche pédagogique, chercheur et enseignante leur transmettront ces savoirs et savoir-faire. Pour la deuxième année, les élèves de la classe de Christine Chenet se plongeront dans l’aventure du métal. Ils entreprendront de construire et de faire fonctionner une meule de charbonnier et un bas fourneau pour fabriquer du fer métal (à partir de minerai de fer de Lorraine) qui sera battu et forgé. Un atelier sur le cuivre complètera l’expérimentation. 

 L’exploitation des ressources minérales : Société, Industrie et Environnement

La découverte du métal constitue une mutation et un changement radical qui affecte, dans tous les sens du mot, la vie des hommes comme les paysages.
Il s’agit d’un fait de civilisation mettant en jeu le cadre de vie comme la manière de se représenter le monde : progrès de l’agriculture, utilisation accrue des métaux dans les techniques de construction, armement, multiplication des ateliers monétaires. Savoir que l’on peut tirer un métal d’une roche, savoir choisir le minerai, le broyer, construire un four, allumer un feu, ce qui suppose l’idée que la chaleur constitue le vecteur essentiel de l’opération, savoir qu’il faut le séparer de ses impuretés, l’associer à d’autres substances ; savoir fabriquer le charbon de bois et savoir aussi que ce produit constitue le combustible indispensable pour la réduction, supposent une appropriation de connaissances et une démarche de l’esprit d’une grande complexité.
À partir de données archéologiques et ethnologiques, le projet initié a pour objet de transmettre à un groupe d’étudiants et d’enfants, des gestes et des techniques millénaires mises en œuvre il y a près de 4 000 ans, pour élaborer le métal : une invention décisive à l’origine de bouleversements techno-économiques et socio-culturels majeurs comme la division du travail, la hiérarchisation de la société, le développement des premières cités.
En Europe occidentale, ce sont les objets de prestige qui sont importés, échangés dans un premier temps ; le savoir se diffuse ensuite. Avec cette étape se met en place l’expérience pratique et technologique, où vont se mêler empirisme et savoir-faire.
Les processus qui permettent d’acquérir de nouveaux artefacts (1) à partir d’alliages vont progressivement se mettre en place ; la production d’une nouvelle matière première inépuisable qui peut être refondue et recyclée, sont autant d’éléments qui vont totalement transformer la vision que l’homme préhistorique avait des forces naturelles.
La demande croissante en silex puis en métaux (métaux précieux comme l’or ou l’argent, ou métaux indispensables à la vie quotidienne comme le cuivre ou le fer) va pousser l’homme à rechercher toujours davantage de matériaux et de minerais. Ressources et territoires vont prendre alors des dimensions perceptibles. L’expansion minière aura des conséquences majeures dans la genèse et le façonnement des territoires et des peuples. La Lorraine en est le témoignage. 

Des actions

Compte-tenu des exigences météorologiques, les expérimentations de terrain ont lieu à l’Ecole de Darnieulles. Le projet initié se déroule en 3 temps :
1. un travail de sensibilisation en classe, durant l’année scolaire 2011/2012, à travers les grandes lignes de la Préhistoire de la métallurgie,
2. un travail de préparation et de réalisation des différents artefacts indispensables à la conduite des opérations : façonnage de creusets et de tuyères, contribution à l’élaboration de soufflets en peaux,
3. une expérimentation conduite avec les étudiants de l’IUFM, appliquée à cette classe primaire de niveau cycle 3 (CE2/CM1).

 Les différentes opérations permettant d’obtenir du fer métal et d’élaborer des objets en métal seront réalisées dans l’enceinte de l’école : a) fabrication de charbon de bois, b) préparation mécanique du minerai : concassage, broyage lavage, réduction, fonte … c) construction et mise en fonctionnement d’un bas fourneau de réduction directe (fer), d) forgeage, e) élaboration d’artefacts en cuivre ou en alliage cuivre-étain à partir de minerai : (façonnage de moules).
La transmission des savoirs et des savoir-faire sera au cœur de ces ateliers. Cette opération fera l’objet d’un tournage cinématographique en vue de réaliser un outil de formation. Les séquences de prises de vue seront assurées par une équipe TICE de l’IUFM Lorraine. 


Une collaboration 

*Le CNRS délégation Centre-Est et l’IUFM de Lorraine – site d’Epinal, sont partenaires pour retracer les grandes lignes de la Préhistoire de la métallurgie ! et sutout beaucoup de volontaires autour de ce projet.
*Les parents d’élèves de la classe : ils offrent le bois et le charbon de bois pour la combustion, leur disponibilité pour acheminer ces divers matériaux vers le site et pour le remettre en état à l’issue de cette expérience,
*L’entreprise Saint-Gobain de Pont -à-Mousson : don du minerai de fer,
* L’entreprise Simply Market : don de 700 litres de charbon de bois,
*La municipalité de Darnieulles : don de terre glaise, mise à disposition du terrain où se déroulera le projet,
*Lucien Lambert dit Lulu, le forgeron qui fera visiter son atelier à la classe avant cette journée et martèlera le fer obtenu devant les élèves en fin de projet,
*Ernesto Feltrin, Laboratoire TICE - IUFM de Lorraine, Étudiants de l’IUFM dans le cadre de leur cursus de formation pédagogique.
 

Ce projet s’inscrit dans le cadre du programme d’établissement à la formation de la culture scientifique et technique et au patrimoine. Il s’agit également d’un temps intégré dans la formation à l’IUFM des futurs professeurs d’écoles (PE) et dans le cadre de la convention (ou des actions de concertation) entre la direction des lycées et collèges du Ministère de l’Education Nationale et le Centre national de la recherche scientifique (CNRS).

« Passion Recherche », projet CNRS Jeunes

Ce projet CNRS « Passion Recherche » a pour objectif de permettre à la fois la rencontre et le dialogue entre les enfants et la Recherche, de les sensibiliser aux méthodes et aux démarches de la recherche. Il leur fait prendre la mesure des implications sociales de la recherche scientifique. Assisté de quelques étudiants de l’IUFM, 16 enfants du cycle 3 de l’école de Darnieulles, vont s’immerger dans une restitution expérimentale in situ de la chaîne opératoire du métal avec l’élaboration de fer à partir de minerai lorrain ; aussi appelée minette et de bronze à l’étain à partir de techniques millénaires issues de modèles archéologiques et ethnologiques. Une première !

Autres informations

►Retrouvez l’article "Fondre le métal comme il y a 4 000 ans" dédié à Denis Morin, sur le site de TRACES.

Denis Morin a fait l’objet d’un documentaire intitulé L’argent caché des Athéniens réalisé par Luc-Henri Fage | 52’ | Félis production | qui a été tourné au printemps 2011. Denis Morin explore et étudie, accompagné de son équipe de spéléo-archélogues les anciennes mines antiques du Laurion, au sud-est d’Athènes. Découvrez quelques images du repérage effectué en mai 2009 montrant le contexte géographique et l’exploration d’un puits de mine antique, tel qu’il était à son abandon il y a 2 500 ans...

►Consulter la rubrique > médias > communiqué de presse > le communiqué de presse [version pdf] - mai 2012 .

Lire l’article de la 1ère démarche expérimentale, en juin 2010 sur ce même sujet et visualiser le diaporama de Darnieulles.

Contacts

Enseignant-chercheur CNRS | Denis Morin l 06 86 13 24 32 | dmorin@univ-lorraine.fr | TRACES - IUFM | http://traces.univ-tlse2.fr
Presse CNRS l Delphine Barbier l 03 83 85 60 53 / 06 22 83 47 69 | com@dr6.cnrs.fr | service communication I CNRS - Délégation Centre-Est

DB

 


 

 

(1) artefacts : Un artéfact archéologique est un objet façonné par l’homme et découvert à l’occasion de fouilles archéologiques.
Copyright : © Denis Morin | Sources : Denis Morin,
Félis production