CNRS Délégation Centre-Est
17 rue Notre-Dame des Pauvres
B.P. 10075
54519 Vandoeuvre-lès-Nancy

Téléphone : (33) 03 83 85 60 00
Télécopie : (33) 03 83 17 46 21


Médaille de Bronze du CNRS



Panayotis Lavvas, médaille de bronze du CNRS 2015 

 La médaille de bronze récompense le premier travail d’un chercheur, qui fait de lui un spécialiste de talent dans son domaine. Cette récompense représente un encouragement du CNRS à poursuivre des recherches bien engagées et déjà fécondes.

http://www.cnrs.fr/fr/recherche/prix/medaillesbronze.htm

 

Pour l’année 2015, au niveau national, le CNRS décerne la médaille de bronze à 40 chercheurs et/ou enseignants-chercheurs pour le premier travail d’un chercheur.

 

© Benoit Seignovert

© service communication CNRS centre-Est

 

Cette année, Panayotis Lavvas, recevra cette distinction  mercredi 25 novembre à 11h30 à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (URCA), Villa Douce, 9 boulevard de la Paix à Reims.


La médaille sera remise par Nathalie Huret, chargée de mission de l’institut des sciences de l’univers du CNRS (INSU) en présence de Pascale Roubin, directrice adjointe scientifique de l’institut de physique du CNRS (INP), Philippe Piéri, délégué régional CNRS Centre-Est, Gilles Baillat, président de l’Université de Reims Champagne-Ardenne (URCA) et Georges Durry, directeur du laboratoire de recherche Groupe de Spectrométrie Moléculaire et Atmosphérique (GSMA).

 

Panayotis Lavvas,
Parcours et personnalité 

Panayotis Lavvas est né à Athènes (Grèce) le 4 février 1980.
De 1997 à 2001, il étudie à l’ Université de Crète et obtient son baccalauréat universitaire en science, département de physique.
 // De 2001 à 2003 il poursuit ses études et réussit son master de Sciences en physique théorique. 
 // De 2003-2007 il continue et passe son doctorat en physique, toujours à l’Université de Crète.
 // De 2007 à 2011 il est recruté comme chercheur associé au Laboratoire lunaire et planétaire de l’Université d’Arizona. Il travaille sur l’investigation des processus atmosphériques de Titan basé sur les observations de Cassini.
Depuis octobre 2011 il a rejoint le laboratoire Groupe de Spectrométrie Moléculaire et Atmosphérique à Reims comme chercheur CNRS.
Très investi dans la vie scientifique de son laboratoire, Panayotis Lavvas joue un rôle actif dans la formation des doctorants. En 2015, il supervise deux étudiants dans leurs études.
Il est également l’auteur et coauteur dans 39 publications pour des revues à comité de lecture et 2 chapitres de livres. 
 

 >>> CV Panayotis Lavvas

 

⇒ Une récompense bien méritée pour un chercheur de renommé internationale

Titan, le plus grand satellite de la planète Saturne, est le siège d’une chimie organique complexe qui pourrait ressembler à celle de la Terre primitive. Voilà pourquoi elle attise la curiosité des chercheurs qui, comme Panayotis Lavvas, analysent les données récoltées par la mission Cassini-Huygens.
Originaire de Grèce, Panayotis Lavvas obtient son doctorat à l’université de Crète en 2007. Son travail porte sur le développement d’un modèle théorique original de photochimie, de microphysique et d’équilibre thermique de l’atmosphère de Titan. En 2007 il intègre le laboratoire Lunar and Planetary de l’université d’Arizona aux Etats-Unis où il analyse les observations d’instruments de l’orbiteur Cassini (spectromètres de masse, caméra de navigation, spectromètre UV-Visible) et développe des modèles originaux pour comprendre les mécanismes de production des aérosols organiques de Titan. Il étudie également les couplages dans l’atmosphère de Titan auxquels la brume participe. Durant ce post-doctorat il acquiert une notoriété internationale.
Panayotis Lavvas rejoint en 2011 le Groupe de Spectrométrie Moléculaire et Atmosphérique (GSMA unité mixte de recherche CNRS/URCA) en tant que chercheur CNRS. Le cœur de sa recherche se concentre sur la manière dont les aérosols se forment dans l’atmosphère de Titan. Il a par exemple montré le rôle essentiel de l’interaction entre ions et molécules formées à partir de méthane et d’azote lors de la formation des macromolécules organiques. Ces molécules géantes composent les aérosols atmosphériques qui tombent ensuite à la surface de Titan. Ces résultats ne se cantonnent pas au satellite de Saturne puisque des processus analogues sont à l’œuvre sur les exoplanètes et les planètes géantes.

>>> Communiqué de presse

>>> Fiche portrait

>>> Article URCA du 23/02/2015

 

 

 

 

 

⇒ GSMA, Groupe de Spectrométrie Moléculaire et Atmosphérique 

Le laboratoire Groupe de Spectrométrie Moléculaire et Atmosphérique, GSMA, unité mixte de recherche CNRS / URCA est un laboratoire interdisciplinaire. Son projet de recherche comporte deux axes : spectroscopie moléculaire atmosphérique et aéronomie, avec une orientation marquée vers les applications environnementales et planétologie. Le laboratoire comprend environs 50 personnes (enseignants-chercheurs, chercheurs, ITA-BIATOSS, postdocs et doctorants) regroupées en six équipes de recherche et un département technique. Ce laboratoire interdisciplinaire combine spectrométrie moléculaire fondamentale et applications en physique de l’atmosphère et en planétologie. Le GSMA a pour institut principal de rattachement au CNRS, l’Institut CNRS de physique (INP) et comme instituts secondaires, l’Institut CNRS National des Sciences de l’Univers (INSU) et l’Institut CNRS d’Ecologie et d’Environnement (INEE).

 

>>> Site GSMA
 

Contact Chercheur 

Panayotis Lavvas | 07 83 35 85 24 | 03 26 91 33 16 | panayotis.lavvas@univ-reims.fr.
 

 

sources : URCA, © Benoit Seignovert | GSMA | CNRS Centre-Est, service communication 

 CG - 18/11/2015