Accueil du site > Environnement > Comment diminuer la pollution ?



Comment diminuer la pollution ?

Une mousse qui dure, qui dure, qui dure... et qui s’effondre à volonté !

29/08/2011 par Jonathan Rangapanaiken / matériau, mousse

Des solutions savonneuses qui moussent, cela n’est pas extraordinaire ; une mousse de savon stable pendant plusieurs mois, même à 60°C, cela l’est davantage. D’autant plus si cette mousse est produite à partir d’une substance naturelle et peut être rapidement détruite en modifiant seulement son environnement thermique, et ceci de façon réversible. C’est en résumé le travail réalisé par des équipes de l’INRA, du CEA et du CNRS, qui ouvre de nouvelles applications susceptibles d’intéresser les fabricants de cosmétiques ou de détergents. Les résultats de ces recherches sont publiés dans la revue Angewandte Chemie du 29 août.

Du fait de leur texture particulière et des molécules qui les constituent, les mousses ont souvent des vertus détergentes. En physico-chimie, les molécules, qu’il faut absolument disperser dans l’eau pour faire une mousse, sont dites « tensioactives ». Elles se placent spontanément entre l’eau et l’air, ce qui permet de stabiliser des films d’eau très fins autour des bulles d’air de la mousse, selon une architecture particulière. De par leurs propriétés, les mousses ont de nombreuses applications dans des secteurs comme le nettoyage, la décontamination, la cosmétique, la lutte contre la pollution ou les incendies, l’agroalimentaire, ou l’extraction de ressources naturelles.

Les chercheurs du laboratoire "Biopolymères, Interactions, Assemblages" ont étudié ici une molécule tensioactive particulière, l’acide gras 12-hydroxy stéarique, issue de l’huile de ricin. Pour disperser cette molécule initialement insoluble dans l’eau, ils lui ont ajouté un sel. Ils ont ensuite démontré les propriétés très avantageuses de ce tensioactif : même en faible quantité, il produit une mousse abondante et, surtout, stable pendant plus de 6 mois, contrairement aux tensioactifs classiques qui ne stabilisent les mousses que quelques heures. Les chercheurs ont observé et expliqué ce phénomène par microscopie et diffusion de neutrons, permettant de suivre in situ l’évolution de la structure à l’échelle nanométrique.

© INRA, UR1268 BIA

Ainsi, ils ont montré que dans une gamme de températures moyennes, entre 20 et 60°C, l’acide gras 12-hydroxy stéarique, mélangé avec le « bon » sel, se disperse dans l’eau sous forme de tubes de quelques microns. Ces tubes forment alors une structure parfaitement stable et rigide dans les films d’eau très minces placés entre les bulles d’air, ce qui explique la tenue de la mousse.

Au-delà de 60°C, ces tubes fusionnent sous la forme d’assemblages sphériques mille fois plus petits (quelques nanomètres), que les chercheurs appellent des « micelles ». La mousse auparavant stable s’effondre alors car la structure rigide disparait. Les chercheurs ont montré que cette transition d’un assemblage de tubes à un assemblage de micelles est « réversible ». En effet, si on augmente la température d’une mousse, son volume va diminuer dès la formation de micelles, et si on rabaisse la température entre 20 et 60°C, les tubes se reforment et la mousse se stabilise à nouveau (pour retrouver le volume de mousse initial, il faudrait tout de même réinjecter de l’air).

La constitution d’une mousse aussi stable avec une molécule tensioactive aussi simple et d’origine naturelle est une première. La température de transition entre l’état où la mousse contient des tubes, et l’état « micelles », dépend du sel choisi pour disperser la molécule dans l’eau, ce qui accroît son potentiel d’utilisation.

Cette chimie verte, puisqu’elle est issue d’une bio-molécule, ouvre des perspectives intéressantes car les mousses sont amplement utilisées dans l’industrie. Il serait par exemple possible de produire des détergents ou des shampoings dont on peut contrôler la quantité de mousse par simple effet de la température et ainsi en faciliter l’évacuation. Certains produits cosmétiques nécessitent de nombreux élements chimiques afin d’obtenir une mousse stable ; l’utilisation de l’acide gras 12-hydroxy stéarique permettrait de limiter la quantité d’éléments synthétiques tout en conservant les propriétés « moussantes » plus longtemps.

Référence

Anne-Laure Fameau, Arnaud Saint-Jalmes, Fabrice Cousin, Bérénice Houinsou Houssou, Bruno Novales, Laurence Navailles, Frédéric Nallet, Cédric Gaillard, François Boué, Jean-Paul Douliez.
Smart Foams : Switching Reversibly between Ultrastable and Unstable Foams
Angewandte Chemie 20 juillet 2010

Source : CNRS / Bureau de presse

Contact chercheur : Aurélien Cassuto / CEA

Questions, commentaires ?


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ?

Comment diminuer la pollution ?

Une approche biomimétique pour oxyder plus proprement

Pour réaliser une oxydation à partir de l’oxygène de l’air seul, les chercheurs ont associé à un complexe bi-nucléaire de fer, analogue de la méthane mono-oxygénase, un complexe de ruthénium(II) photosensible.

28/02/2013 par Christophe Cartier dit Moulin / pollution, biomimétisme, matériau

Une mousse qui dure, qui dure, qui dure... et qui s’effondre à volonté !

Des équipes ont réalisé une mousse particulièrement stable qui ouvre de nouvelles applications susceptibles d’intéresser les fabricants de cosmétiques ou de détergents.

29/08/2011 par Jonathan Rangapanaiken / matériau, mousse

Découverte des « facteurs Myc » : vers une technologie verte pour améliorer les rendements

Des chercheurs de l’Inra, du CNRS et de l’Université Paul Sabatier de Toulouse ont déterminé la structure et l’activité biologique de signaux moléculaires, appelés facteurs Myc. Ces composés sont synthétisés par des champignons mycorhiziens du sol dans le cadre de symbioses. Ils sont actifs à de faibles concentrations et permettent de favoriser la croissance du système racinaire des plantes.

06/01/2011 par Christophe Cartier dit Moulin / chimie du vivant, biochimie

Les ionogels : de nouveaux matériaux pour des catalyseurs plus propres

Les chercheurs ont synthétisé et montré que des matériaux, appelés ionogels, pouvaient être utilisés pour confiner un catalyseur métallique. On évite ainsi d’en retrouver des traces dans le produit de la réaction.

27/11/2010 par Christophe Cartier dit Moulin / catalyse, ionogel, matériau

Un catalyseur plus propre et plus efficace pour les plastiques

Des chercheurs viennent de mettre au point un nouveau catalyseur à base d’alumine, matériau très répandu et non polluant, et d’en expliquer son fonctionnement.

18/11/2010 par Christophe Cartier dit Moulin / pollution

Améliorer les pots d’échappement catalytiques des automobiles

Le mécanisme chimique à la surface d’un catalyseur automobile a été décrypté grâce à un record de vitesse d’observation.

25/05/2009 par Christophe Cartier dit Moulin / catalyse, automobile, pollution, mécanisme