cliquez ici pour plus d'informations concernant cette image

Condensation solide de vapeur d'eau lors de la production d'azote liquide. La condensation solide correspond au passage de l'état gazeux à l'état solide.

© CNRS Photothèque

 


SOMMAIRE

CRÉDITS

   

Selon les conditions de température et de pression, une même molécule peut exister sous trois états : liquide, solide ou gazeux. À la pression atmosphérique, on peut par exemple trouver la molécule d’eau H2O sous forme de liquide (entre 0 et 100°C), de glace (en dessous de 0°C) ou de vapeur (au-dessus de 100°C).

L’eau est en réalité un assemblage de molécules H2O. À l’état solide, les interactions entre elles sont suffisamment fortes pour les maintenir ordonnées, elles ne se déplacent quasiment pas les unes par rapport aux autres.
L’état liquide connaît une agitation beaucoup plus importante et les molécules d’eau modifient continuellement leurs positions.
L’état gazeux est lui fortement désordonné et les molécules vibrent et se déplacent intensément.
Ces remarques, associées à l’eau, sont également valables pour tout autre corps constitué d’un seul type de molécules, comme NaCl solide (chlorure de sodium) ou NH3 gaz (ammoniac).

Les interactions décrites plus haut sont qualifiées de liaisons intermoléculaires car elles se manifestent entre les molécules d’un même corps. Ces liaisons sont beaucoup moins solides que les liaisons intramoléculaires, une quantité moindre d’énergie est donc nécessaire pour les rompre.
Lorsque de l’eau bout, la vapeur créée correspond à la rupture des liaisons intermoléculaires entre les molécules H2O qui forment l’eau liquide et donc à l’établissement d’un ordre différent, c’est le changement d’état. Il est intéressant de retenir que le passage d’un état ordonné à un état moins ordonné, liquide à gaz par exemple, est un phénomène endothermique.