cliquez ici pour plus d'informations concernant cette image

Image de synthèse représentant la probabilité de présence de l'électron dans l'atome d'hydrogène. Calcul réalisé sur une sphère centrée sur le noyau.

© CNRS Photothèque

 

SOMMAIRE

CRÉDITS
   

En 1897, la mise en évidence de l’électron par Joseph Thomson sera le point de départ de nombreuses recherches. Niels Bohr propose en 1915 un modèle de structure électronique de l’atome selon lequel les électrons sont répartis par couches autour du noyau atomique.

De par l’interaction électromagnétique qui lie le noyau (positif) et les électrons (négatifs), ils sont attirés l’un vers l’autre. Cependant, tous les électrons d’un atome ne sont pas liés de la même manière au noyau. Ils sont en effet répartis sur des couches électroniques de plus en plus éloignées de ce noyau.

La dernière couche occupée par les électrons (appelée couche périphérique, couche externe ou couche de valence) correspond à ceux les moins liés au noyau. Ce sont ces électrons, en particulier, qui sont responsables des propriétés chimiques de l’atome et qui sont sollicités pour former des liaisons avec d’autres atomes lors des réactions.
Seuls les gaz nobles font exception. Leur couche externe étant remplie d’électrons, ils sont très stables et ne réagissent quasiment pas avec d’autres éléments.