cliquez ici pour plus d'informations concernant cette image

Electrodes de graphite. Présentation d'un barreau percé (vide) et d'un autre rempli d'un mélange graphite/catalyseurs.

© CNRS Photothèque

 


SOMMAIRE

CRÉDITS

   


Le physicien et chimiste italien Alessandro Volta est l'inventeur de la pile électrique. En 1800, il conçut ainsi le premier appareil produisant un courant électrique continu.

Une pile est un générateur qui transforme de l’énergie chimique fournie par une réaction d’oxydoréduction spontanée en énergie électrique.
En effet, lorsque les espèces chimiques participant à une réaction d’oxydoréduction sont séparées, il est possible de réaliser un transfert d’électrons spontané et indirect du réducteur vers l’oxydant, par l’intermédiaire d’un conducteur métallique.

Une pile est ainsi constituée de deux compartiments séparés (demi-piles) comportant chacun une électrode, et d’une jonction électrochimique permettant de relier les deux demi-piles.
Une demi-pile est formée d’une solution électrolytique contenant un cation métallique M (aq) dans laquelle est plongée une électrode solide (s) du métal M. Le cation M et l’électrode solide appartiennent au couple oxydant/réducteur M(aq)/M(s).
Dans certains cas, l'électrode est constituée d'un matériau conducteur inerte comme le platine ou le carbone graphite.

La jonction électrochimique permet d’établir une liaison électrique entre les deux demi-piles, tout en évitant le mélange des deux solutions. Un pont salin (tube en U contenant une solution gélifiée conductrice, concentrée et chimiquement inerte) ou une paroi poreuse sont généralement utilisés.
Les ions présents dans le pont salin n'interviennent pas dans la réaction d'oxydoréduction. Leur rôle est de permettre le passage du courant dans la pile et d'assurer la neutralité électrique des solutions.