CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
CNRS Images
  Accueil > Géodynamique externe > Le cycle du carbone > Echanges entre les réservoirs de carbone

 

Le cycle du carbone

 

 

Déplacez la souris sur les photos pour les afficher avec leur légende correspondante.

                   

 

Les réservoirs de carbone

Le cycle du carbone est un exemple idéal pour comprendre la relation entre les différentes enveloppes terrestres. En effet, il est présent sous différentes formes dans chacune de celles-ci :

  • On trouve du carbone essentiellement dans la lithosphère, réserve de carbone minéral, sous forme de CaCO3 (80.106 Gigatonnes). On y trouve également 27 000 Gt de carbone dans la matière organique fossile : charbon, pétrole, gaz. La formation de ces roches non minéralisées est due à l’enfouissement rapide de grosses quantités de matière organique. Exploités par l’Homme pour des raisons énergétiques, ces gisements ne sont pas renouvelables. C'est pourquoi les sociétés humaines se tournent aujourd'hui vers de nouvelles solutions énergétiques.
  • Le carbone est également présent en grande quantité dans l’hydrosphère avec 39 000 Gt de CO2 dissous ; principalement sous forme de HCO3-, mais également sous forme de CO32-.
  • L’atmosphère a une teneur très faible en CO2. Les 770 Gt qui s’y trouvent ne représentent que 0.035% de la masse totale. Comparativement, Mars et Vénus ont une atmosphère composée de plus de 90% de CO2.
  • Les être vivants de la biosphère sont constitués de carbone (principal composant des protides, lipides et glucides). Ce réservoir est estimé à 600 Gt. De plus, les sols et les détritus issus de l'activité des êtres vivants représentent quant à eux un réservoir 4 fois plus important avec 2 600 Gt de carbone.


Échanges de carbone entres les réservoirs

Il existe deux types d’échanges entre les réservoirs. Les échanges biologiques et les échanges physico-chimiques. La dynamique globale d’échange de carbone entre les réservoirs démontre l’existence d’un cycle du carbone entre les 4 enveloppes terrestres.

Les échanges biologiques réalisés au niveau de la biosphère sont de deux ordres. Les végétaux chlorophylliens et certaines bactéries peuvent transformer le carbone minéral en matière organique grâce à des mécanismes de photosynthèse en utilisant l’énergie solaire.
La biosphère peut également transformer le carbone organique en carbone minéral : la respiration et la fermentation produisent du CO2.

Les échanges physico-chimiques se produisent entre les 4 enveloppes terrestres. Le carbone contenu dans l’atmosphère sous forme de CO2 se dissout lentement dans l’hydrosphère. Il réagit avec le calcium pour former du carbonate de calcium CaCO3 qui précipite et se dépose au fond des océans. Les roches sédimentaires ainsi créées sont intégrées dans la lithosphère.

La lithosphère va ensuite relâcher du carbone selon deux processus : le volcanisme qui libère brutalement une quantité importante de carbone, sous forme de CO2, de manière ponctuelle et l’érosion/altération qui libère constamment le carbone contenu dans les roches.
Enfin des échanges physico-chimiques sont opérés entre la biosphère qui participe à la libération de CO2 et l’atmosphère qui le recueille. Les feux de forêts (combustion de matière organique) et la combustion de matière organique fossile (pétrole, gaz, charbon) participent activement à l’apport de CO2 dans le réservoir atmosphérique.





Accueil Imprimer Contact Crédits Plan du site