CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
CNRS Images
  Accueil > Géodynamique interne > Convergence lithosphérique > Evolutions des chaînes de montagnes

 

Convergence lithosphérique et phénomènes liés

 

 

Déplacez la souris sur les photos pour les afficher avec leur légende correspondante.

                    

 

L’évolution des chaînes de montagne, pendant et après la surrection tectonique est contrôlée par deux processus. D’une part, l’érosion des roches entraîne une diminution d’altitude. Cette érosion est d’autant plus active que la montagne est jeune, avec des reliefs vifs. D’autre part, la diminution de masse due à l’érosion va entraîner un réajustement isostatique, c’est à dire une remontée de la chaîne de montagne, comme un bateau auquel on retire du lest.

Les collisions continentales démontrent que la formation et la disparition de chaînes de montagnes font partie intégrante du cycle tectonique.
Tout d’abord, une plaque continentale épaisse très isolante au niveau thermique se fracture sous l’effet de la chaleur, une dorsale et une lithosphère océanique se forment. Elles disparaissent ensuite dans une zone de subduction jusqu’à ce que deux lithosphères continentales entrent en collision et forment une chaîne de montagnes par surrection tectonique. Grâce à l’érosion et au réajustement isostatique, la géologie de la région va redevenir au fil du temps celle à l’origine : un continent unique au relief faible.
Ces grands cycles successifs d’ouverture et de fermeture des océans, appelés "cycles de Wilson" ou "cycles des super-continents" sont associés aux formations de chaînes de montagnes, les orogenèses, et marquent l’histoire de notre planète.

 

L'exemple de la chaîne des Alpes

L’étude de la chaîne des Alpes révèle une ancienne histoire océanique. Une partie du massif alpin est formée de gabbros et de basaltes, les roches typiques de la lithosphère océanique. Ces roches signalent la présence antérieure d’une croûte océanique au Jurassique inférieur. Des sédiments et fossiles caractéristiques des marges passives et des fonds marins retrouvés en altitude témoignent également d’une océanisation passée entre les blocs continentaux européen et africain. La présence de roches transformées par des réactions métamorphiques indique également la présence d’une zone de subduction ayant entraîné la disparition de la lithosphère de l’océan alpin.





Accueil Imprimer Contact Crédits Plan du site