CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
CNRS Images
  Accueil > Lexique

 

Lexique

 

 

Accommodation : Volume disponible entre la surface de la mer et la surface des sédiments.


Accrétion : Augmentation de volume d’un corps par adjonction de matière extérieure. C’est ainsi que s’est créée la planète, mais c’est aussi de cette manière que se forment les prismes d’accrétion des zones de subduction ou encore la croûte océanique au niveau des dorsales.


Albédo : L'albédo est l'intensité de la lumière réfléchie. On utilise une échelle graduée de 0 à 1 : 0 correspond au noir, pour un corps avec aucune réflexion, et 1 au blanc, pour un corps qui diffuse dans toutes les directions et sans absorption de tout le rayonnement électromagnétique visible qu'il reçoit.


Arc insulaire actif : Ensemble d'îles volcaniques qui se forme suivant un arc, en courbe, en arrière d’une zone de subduction océan-océan, à la surface de la plaque qui ne s'enfonce pas. Un bassin d’arrière-arc se forme derrière ces îles parce que la surface de l'océan en arrière de l'arc volcanique s'ouvre et s'agrandit.


Astéroïde : Objet céleste dont la taille varie de quelques dizaines de mètres à plusieurs kilomètres de diamètre et qui tourne autour du Soleil. Les astéroïdes font partie de notre système solaire. On suppose qu’ils sont les restes de protoplanètes qui n’ont pas réussi à se former.


Asthénosphère : Partie ductile du manteau terrestre, directement située sous la lithosphère rigide. Son épaisseur varie entre environ 100 km sous les océans (quelques kilomètres au niveau des rifts océaniques) et environ 250 km sous les continents.


Atmosphère : L'atmosphère est l'enveloppe gazeuse entourant certains astres. Sur Terre, elle fait 700 kilomètres d’épaisseur et est divisée en quatre couches : troposphère, stratosphère, mésosphère et ionosphère (de la plus basse à la plus haute altitude).


Basalte : Roche volcanique issue d'un magma refroidi rapidement au contact de l'eau ou de l'air. C'est, avec le gabbro, le constituant principal de la croûte océanique. Il a une structure microlithique et est composé essentiellement de plagioclases (50 %), de pyroxènes (25 à 40 %) et d'olivine (10 à 25 %).


Biosphère : Partie du système terrestre dans laquelle la vie s'est développée. Elle est composée de la grande variété d'organismes et d'espèces vivantes qui forment la diversité des écosystèmes.


Calotte glaciaire : Couche de glace recouvrant une masse continentale. Généralement, ces calottes sont situées aux pôles. On les appelle alors les calottes polaires.


Carbonates : Les carbonates désignent une importante famille de minéraux formé d’un ion CO32- et d’un cation portant deux charges positives. Dans les sols, on rencontre surtout les carbonates de calcium (calcaires) et de magnésium. Les roches carbonatées sont des roches sédimentaires composées d’une grande proportion de carbonate.


Carotte : Une carotte est un cylindre d'une dizaine de centimètres de diamètre, longue de plusieurs mètres à plusieurs kilomètres. Elle peut être prélevée par forage dans la glace, les sédiments marins ou lacustres, les roches…


Cellule de Hadley (cellule de convection) : Une particule de fluide chauffée dans la partie inférieure d’une couche devient plus légère du fait de sa dilatation thermique et remonte sous l'action de la poussée d'Archimède. Arrivée au sommet de la couche, le fluide échange sa chaleur, se refroidit et s'alourdit. Il redescend alors et crée un transfert retour de chaleur. Les courants marins et les masses d’air atmosphériques sont organisés en cellules convectives.


Climat : Le climat est l'état général de l'atmosphère résultant de la succession de différentes conditions météorologiques (température, précipitations, ensoleillement, humidité, vitesse du vent) pendant une longue période dans une région donnée.


Collision continentale : Le phénomène de collision continentale est la confrontation de deux plaques continentales qui suit la disparition des lithosphères océaniques par subduction; il est à ce titre la deuxième phase du phénomène de convergence. La collision provoque la formation de structures géologiques comme les plis, chevauchements et nappes de charriage et entraîne à terme une orogenèse.


Comète : Petit objet du système solaire composé de glace et de roche. Les comètes deviennent visibles en approchant du soleil, grâce à leur queue composée de matériel vaporisé par la chaleur du soleil.


Conduction : Transfert de chaleur sans déplacement de matière. La transmission de chaleur s’effectue par agitation thermique des atomes.


Convection : Circulation de chaleur avec déplacement de matière. La convection assure le transfert de chaleur dans le manteau.


Convergence : Mouvements de rapprochement de deux plaques lithosphériques. L’une peut plonger sous l’autre (subduction) ou elles peuvent entrer en collision et créer ainsi une chaîne de montagne. Les zones de convergence sont caractérisées par une forte sismicité et des reliefs élevés.


Crise biologique : Disparition brutale et massive d’une grande partie des espèces vivantes. Ces disparitions s’expliquent par des modifications rapides de l’environnement.


Croûte : Couche extérieure solide de la Terre. Elle mesure en moyenne 40 km d'épaisseur au niveau des continents (croûte continentale) et seulement 5 km sous les océans (croûte océanique).


Cycle des super-continents ou cycle de Wilson : Evolution des continents et des bassins océaniques en trois phases : fragmentation des continents et ouverture des océans, disparition des océans et rapprochement des continents, collision entre les continents et formation de chaînes de montagnes.


Cycle du carbone : Le cycle du carbone correspond à l'ensemble des échanges d'éléments carbone (minéral et organique) sur une planète. C’est un cycle à la fois physique, chimique et biologique.


Datation absolue : Méthode de datation utilisant la variation au cours du temps, selon un rythme connu, de la proportion d'isotopes radioactifs dans certains corps. Grâce à ce procédé, il est possible de dater un objet géologique, du fossile à la strate rocheuse.


Datation relative (géochronologie relative) : Méthode permettant d’organiser les événements géologiques les uns par rapport aux autres dans le temps sans les dater. Elle se base sur la stratigraphie et la paléontologie.


Discontinuité : Surface entre deux milieux de propriétés différentes. Limites physiques ou chimiques, certaines discontinuités remarquables segmentent l’intérieur de la Terre : le Moho, la discontinuité de Gutenberg ou la discontinuité de Lehman.


Divergence : Mouvements d’écartement de deux plaques lithosphériques. La divergence est le phénomène à l’origine de la naissance et de l’expansion des océans.


Dorsale : Relief sous-marin volcanique caractérisant l’écartement de deux plaques lithosphériques. Le magma issu de ces zones en extension forme la croûte océanique.


Echelle stratigraphique des temps géologiques : Découpage des temps géologiques en ères, systèmes et étages grâce aux méthodes stratigraphiques de datation relative. Cette échelle a été complétée avec des dates en millions d’années par les méthodes de datation absolue.


Ecliptique terrestre : L'écliptique est le plan géométrique qui contient l'orbite de la Terre. La plupart des planètes du système solaire orbitent dans ce plan.


Effet de serre : L'effet de serre est un processus naturel de réchauffement du climat qui intervient dans le bilan radiatif de la Terre. Il s’agit d’un piégeage par l’atmosphère d’une partie du rayonnement solaire infrarouge réfléchi par la Terre. Il est dû aux gaz à effet de serre contenus dans l'atmosphère, principalement la vapeur d'eau, le dioxyde de carbone CO2 et le méthane CH4.


Enveloppes terrestres : Parties de la Terre. On distingue les enveloppes fluides (atmosphère et hydrosphère) des enveloppes solides (lithosphère subdivisée en croûte, manteau et noyau)


Erosion : Désagrégation superficielle de la roche ou du sol. On distingue deux types d’érosion. L’érosion mécanique qui se produit sous l’action d’une force physique (éclatement dû au gel ou à la chaleur, usure par frottement) et l’altération qui se produit sous l’action de l’eau qui dissout la roche et les minéraux.


Expansion océanique : Augmentation de la surface du fond des océans par apport de matériaux profonds (roches magmatiques), au niveau des dorsales océaniques.


Faille : Plan de rupture qui divise un volume rocheux en deux compartiments et le long duquel les deux compartiments ont glissé l'un par rapport à l'autre. Les failles normales caractérisent une extension. Les failles inverses caractérisent une compression. Les failles transformantes caractérisent un coulissage en bordure de plaque.


Flux géothermique : Quantité de chaleur qui s’écoule sur une surface donnée en un temps donné. Le flux moyen à la surface de la Terre est de 60 mW/m²


Flux sédimentaire : Quantité de sédiments déposés dans un bassin en fonction du temps.


Fosse océanique : Dépression sous-marine profonde (jusqu’à 100 km), longue et étroite, présente le long d’un continent ou d’un archipel dans les zones de subduction.


Fossile stratigraphique : Un fossile stratigraphique permet de dater la roche dans laquelle il se trouve. Il doit être caractérisé par une grande extension géographique, une époque géologique limitée dans le temps et une grande abondance.


Gabbro : Roche magmatique issue de la fusion partielle de la péridotite mantellique au niveau de la dorsale ayant subi contrairement au basalte un refroidissement lent donc une cristallisation complète (structure grenue). C’est, avec le basalte, une des deux roches qui composent principalement la croûte océanique.


Gradient géothermique : Il exprime la variation de la température en fonction de la profondeur. Elevé dans la croûte (30°C/km), il s’abaisse progressivement jusqu’à 1°C/km dans le manteau.


Hydrosphère : Enveloppe externe d'une planète ou d'un satellite qui regroupe l'eau sous ses états liquide, solide ou gazeux.


Isostasie : Position d’équilibre entre la lithosphère et l’asthénosphère. L’excès de masse en surface est compensé par un déficit en profondeur et réciproquement.


Lithosphère : C’est la partie superficielle de la Terre. Regroupant la croûte et la partie superficielle du manteau, elle est caractérisée par ses propriétés mécaniques (solide et cassante) et thermiques (propagation de chaleur par conduction). Elle est constituée d'un certain nombre de plaques tectoniques qui se déplacent les unes par rapport aux autres.


LVZ : La low velocity zone, ou zone à faibles vitesses, est la zone du manteau supérieur terrestre au travers de laquelle les ondes sismiques se propagent à faible vitesse. Cette zone forme la limite entre la lithosphère et l'asthénosphère. Elle est située à une profondeur comprise entre 100 et 200 km.


Manteau : C’est la couche intermédiaire entre le noyau planétaire et la croûte terrestre composée de péridotites en fusion. Le manteau représente un peu plus de 80 % du volume de la Terre. Il est séparé de la croûte par la discontinuité de Mohorovicic ou moho (profondeur : 35 km), et du noyau par celle de Gutenberg (profondeur : 2 900 km).


Marge continentale : Transition entre une croûte océanique et une croûte continentale. Elle est passive lorsqu’elle se situe sur une même plaque. La croûte continentale continue sous l’océan (plateau continental), plonge de plusieurs milliers de mètres (talus) et rejoint la croûte océanique (glacis). La marge continentale est active lorsqu’elle se situe entre deux plaques tectoniques sur une zone de subduction. Les marges actives, d’une topographie particulière aux forts reliefs positifs et négatifs sont le siège d’une activité géologique importante.


Métamorphisme : Processus endogène (produit à l'intérieur du globe terrestre) agissant sur des roches à l'état solide. Il consiste en des modifications structurales, minéralogiques et chimiques d'une roche lorsque celle-ci est soumise à des conditions physico-chimiques (essentiellement pression et température) différentes de celle de sa formation.


Météorite : Corps matériel extraterrestre de petite taille (de 1 g jusqu’à 60 t) qui atteint la surface de la Terre. On distingue les météorites provenant de corps indifférenciés (chondrites) de celle provenant de corps différenciés (sidérites et achondrites)


Niveau eustatique : Niveau absolu de la mer, en référence à un point fixe comme le noyau de la Terre.


Noyau : Le noyau est la partie centrale approximativement sphérique au cœur de la structure terrestre. C’est une masse compacte d’au moins 80% de fer.


Onde sismique : Les ondes sismiques sont des ondes élastiques qui peuvent traverser un milieu sans le modifier. La sismique réflexion analyse la réflexion de ces ondes sur les discontinuités tandis que la sismique réfraction analyse leur réfraction.


Orogenèse : Ensemble des événements aboutissant à la formation d'une chaîne de montagne.


Péridotite : Principal constituant du manteau terrestre. Cette roche de structure grenue est issue d’un refroidissement lent du magma. Elle est principalement composées d’olivine (verte) et de pyroxènes (noirs).


Période glaciaire : Période géologique froide durant laquelle les glaces sont stockées massivement en surface.


Période interglaciaire : Période géologique chaude durant lesquelles les calottes glaciaires fondent.


Plan de Benioff (Wadati/Benioff) : Surface approximativement plane caractéristique d’une subduction, formée par le chevauchement de deux plaques tectoniques. Elle forme un angle de 20 à 80° selon le type de subduction (océan-continent ou océan-océan). L’activité sismique et les anomalies de flux géothermique permettent de repérer ce plan.


Planète tellurique : Les planètes telluriques, en opposition aux planètes gazeuses, sont des planètes de structure semblable à celle de la Terre, de densité importante. Elles possèdent une surface solide et sont composées principalement d'éléments non volatils, généralement des roches silicatées avec éventuellement un noyau métallique.


Plaque lithosphérique (plaque tectonique) : Ensemble rigide formé par la croûte terrestre et la partie supérieure du manteau. Les plaques océaniques sont plus minces que les plaques continentales. Leur épaisseur dépend de leur refroidissement, donc de leur âge. Les plaques se déplacent à la surface de la terre en une série de mouvements que l'on appelle la tectonique des plaques.


Point chaud : Les points chauds peuvent percer la lithosphère et la croûte terrestre. Ils sont causés par des panaches de matériaux chauds qui remontent du manteau profond. Leur localisation, fixe, permet de suivre le déplacement des plaques tectoniques grâce à l’alignement de volcans éteints qui précèdent un volcan en activité. Ces volcans peuvent être sous-marins et dépasser de l’eau (La Réunion, Hawaii) ou continentaux avec de forts épanchements basaltiques de type Trapps. Le volcanisme de point chaud continental a certainement eu un impact sur l’histoire climatique de la planète.


Prisme d'accrétion : Accumulation de sédiments océaniques dans une zone de subduction. La plaque tectonique océanique plongeante provoque l'accumulation de sédiments marins qu’elle comprime contre la plaque chevauchante.


Prisme sédimentaire : Succession de dépôts sur la marge continentale, délimités par des discontinuités.


Racine crustale : Partie de la chaîne de montagne située en profondeur. Elle représente 5 à 6 fois le relief visible.


Radiochronomètre : Couple d’atomes formé par l’isotope radioactif (élément père) et l’isotope radiogénique (élément fils), utilisé en radiochronologie (datation absolue).


Rift : Un rift est une zone où la lithosphère continentale est en extension, ce qui provoque son affaissement, une zone de volcanisme et une importante sédimentation continentale. L'expression morphologique de cette extension est un long fossé d'effondrement (graben) abruptement bordé de régions élevées (horsts). Les bordures abruptes sont la trace de grandes failles normales, parallèles, le long desquelles le fossé central s'est effondré.


Roche ductile : On parle de roche ductile lorsqu'elle peut être déformée sans casser. Par exemple, les roches à l'origine des plis sont ductiles.


Roche grenue : Roche issue d’une cristallisation lente en profondeur. Ses cristaux sont visibles à l’œil nu.


Roche microlithique : Roche issue d’une cristallisation rapide en surface. Ses cristaux ne sont pas visibles à l’œil nu.


Satellite : Objet naturel ou artificiel qui se déplace en orbite autour d'un autre.


Sédiment : Dépôts continentaux ou marins, qui proviennent de l’altération ou de la désagrégation des roches préexistantes et que transportent fleuves, glaciers ou vents. Au bout d’un certain temps, ils s’accumulent et se compactent pour former des roches sédimentaires. Les roches sédimentaires constituent 75 % des terres émergées, mais seulement 5% du volume de la croûte.


Séisme : Un tremblement de terre, ou séisme, résulte de la libération d'énergie accumulée par les déplacements et les frictions des différentes plaques de la croûte terrestre, traduits par la propagation d’ondes sismiques. La majorité des séismes n'est pas ressentie par les humains.


Silicates : Les silicates désignent une importante famille de minéraux dérivant de la silice (SiO2). Ils constituent 95 % de la croûte terrestre.


Sismogramme : Représentation graphique de l'enregistrement d'une onde sismique, réalisé au moyen d'un sismographe.


Strate : Couche plus ou moins épaisse, constituée d'un même ensemble de matériaux. Chaque strate témoignent de l’âge et des conditions de sa formation.


Subduction : Processus intervenant lors de la convergence entre deux plaques tectoniques. Une plaque plongeante va retourner dans l’asthénosphère en prenant appui sur une plaque chevauchante. Il peut s’agir de deux plaques océaniques entre elles ou d’une plaque océanique et d’une plaque continentale. Les zones de subduction ont une topographie aux forts reliefs positifs et négatifs et sont le siège d’une activité géologique importante.


Subsidence : Enfoncement progressif, régulier ou saccadé, sur une longue période, du fond d’un bassin sédimentaire ou de la croûte continentale.


Surrection : Surélévation d’une région, sous l’action de forces tectoniques ou d’une régulation isostatique.


Tectonique des plaques : La tectonique des plaques (d'abord appelée dérive des continents) est le modèle actuel du fonctionnement interne de la Terre. Elle est l'expression en surface de la convection qui se déroule dans le manteau terrestre. La lithosphère, couche externe de la Terre, est découpée en plaques rigides qui flottent et se déplacent sur l'asthénosphère, plus ductile.


Trapps : Importants épanchements basaltiques émis par un volcan de point chaud. Leur forme en escalier résulte de l’érosion rapide de ces épanchements.




Accueil Imprimer Contact Crédits Plan du site