CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
CNRS Images
  Accueil > Paléoclimatologie > Changements climatiques anciens (jusqu'à 600 MA) > Reconstitution des climats

 

Changements climatiques anciens (jusqu'à 600 MA)

 

 

Déplacez la souris sur les photos pour les afficher avec leur légende correspondante.

                    

 

La Terre a connu de nombreux changements climatiques durant son histoire. Certaines périodes ont été beaucoup plus froides, d’autres beaucoup plus chaudes qu’aujourd’hui. Au cours des 600 derniers millions d’années, ce n’est pas moins de trois refroidissements climatiques majeurs qui se sont produits, formant à chaque fois une calotte glaciaire. Le dernier, il y a 20 millions d’années, est à l’origine de la formation de l’Antarctique. D’autres périodes ont, au contraire, été très chaudes, comme il y a 65 millions d’années, juste avant la disparition des dinosaures. Il faisait 25°C de moyenne sur la Terre contre 15°C aujourd’hui. Les calottes glaciaires avaient alors disparu et les coraux vivaient jusqu’aux latitudes 40° Nord (l’équivalent de Madrid aujourd’hui).

Pour reconstituer les climats terrestres sur plusieurs millions d’années, il faut s’appuyer sur des indicateurs paléoclimatiques : les données sédimentologiques et paléontologiques.
La nature de certaines roches sédimentaires est révélatrice de leurs conditions de formation. Par exemple, les tillites sont des roches caractéristiques des climats froids, les évaporites sont quant à elles typiques des climats chauds.
Le contenu fossilifère des roches sédimentaires permet également de reconstituer le climat sur de grandes échelles de temps. L’extension latitudinale des coraux par exemple permet d’évaluer l’extension de la zone intertropicale.
Une fois ces données collectées et datées, on peut les replacer dans leur contexte latitudinal grâce à la théorie de la tectonique des plaques et ainsi reconstituer le climat de la Terre à une époque donnée.

Les données sédimentaires, et notamment la composition isotopique des fossiles marins, démontrent qu’en 600 millions d’années, la courbe historique du CO2 atmosphérique a toujours évolué en parallèle avec la courbe historique des températures. Les périodes froides comme le Carbonifère correspondent à des niveaux bas de CO2 atmosphérique, les périodes chaudes comme le Crétacé correspondent à des niveaux élevés de CO2 atmosphérique.





Accueil Imprimer Contact Crédits Plan du site