CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique Le CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil CNRS Images
  Accueil > La maîtrise du vivant > Maîtrise de la procréation

Vaccination

Maîtrise de la procréation

Génie
génétique

Fermentation

 

 

 

 

Coupe de tubes séminifères de testicule de rat

Développement d'une spermatogenèse complète suite à la greffe cellulaire sur une souris mâle stérile. Autour (à gauche), on voit bien les tubules restés stériles (pas de greffe cellulaire). L'étude de la spermatogenèse chez la souris peut permettre d'éclaircir les causes d'infertilité masculine. À la périphérie de ces tubules, on trouve le stock des cellules souches spermatogoniales, voué à alimenter en continu la spermatogenèse. Ce sont elles qui vont être utilisées pour l'étude de la stérilité.

IMMUNOLOGIE ET EMBRYOLOGIE MOLECULAIRE - ORLEANS
© CNRS Photothèque / LOUIS, Jean-Paul
Référence : 2005n00577

 

 

Dans l’espèce humaine, la sexualité est distincte de la fonction de reproduction. L’Homme a ainsi mis au point des méthodes pour limiter les naissances ou au contraire aider les couples stériles à avoir un enfant.

 

 

 

 

 

Emission des gamètes d'un oursin mâle provoquée artificiellement

 

 

 

 

Femelle de pleurodèle

 

 

 

 

Robot de télé-échographie

 

 

 

 

Echographie sur un chevreuil femelle

 

 

 

 

 

La régulation des naissances

Les méthodes utilisées s’appuient sur la connaissance du système de régulation de la reproduction.

  • Les méthodes contraceptives

Ces méthodes empêchent la conception d’un embryon, en rendant impossible la rencontre des gamètes et la fécondation qui a lieu dans la partie des trompes de Fallope proche de l’ovaire. A chaque cycle, la structure de la glaire cervicale se modifie pendant quelques jours après l’ovulation afin de rendre possible le passage des spermatozoïdes à travers le col de l’utérus: c’est la période de fécondité chez la femme.

Les pilules combinant œstradiol et progestatif de synthèse empêchent l’ovulation, la fécondation et la nidation. En effet, ces substances exercent un rétrocontrôle négatif sur le complexe hypothalamo-hypophysaire. Elles entraînent l’inhibition des sécrétions de FSH et LH, empêchant la survenue du pic de LH. Les conséquences sur les cycles sexuels (ovarien et utérin) sont les blocages de la maturation d’un follicule ovarien, de l’ovulation, du développement de l'endomètre et de la glaire cervicale.

Le préservatif est une méthode contraceptive qui est aussi la seule protection contre les maladies sexuellement transmissibles (MST).

Les dispositifs intra-utérins (DIU) neutralisent les spermatozoïdes sensibles au cuivre et, dans le cas d’une éventuelle fécondation, peuvent aussi empêcher l’implantation de l’embryon. Ils peuvent être associés à un progestatif de synthèse et agissent alors de la même façon qu’une pilule contraceptive.

  • Les méthodes contragestives

Ces méthodes empêchent la gestation d’un embryon, c'est-à-dire la nidation de l’embryon dans l’utérus au niveau de l’endomètre.

La pilule du lendemain est utilisée en cas de risque de grossesse suite à un rapport sexuel non protégé. Elle contient une dose élevée d’hormones oestroprogestatives, empêchant la nidation si la fécondation a eu lieu.

Le RU486 est un composé de même structure que la progestérone mais à une action antagoniste : il va se fixer sur les même récepteurs des organes cibles de l’hormone ovarienne et bloque son action (maintien de l’endomètre). La grossesse qui a débuté est interrompue.

 

L’aide à la procréation

  • La grossesse et son suivi

Des analyses sanguines et des échographies ont lieu au cours de la grossesse pour suivre l’état de la mère et celui du fœtus. D’autres examens médicaux peuvent être effectués si on décèle ou suspecte des anomalies : l’amniocentèse (prélèvement de liquide amniotique) et la choriocentèse (biopsie de villosités choriales). Ils permettent de diagnostiquer les anomalies chromosomiques à partir du caryotype des cellules de l’embryon ainsi que les maladies génétiques à l’aide des techniques de génétique moléculaire. Une interruption volontaire de grossesse (IVG) thérapeutique peut alors être proposée.

  • La Procréation Médicalement Assistée (PMA)

Face à l’infertilité, différentes solutions médicales peuvent être envisagées : l’insémination artificielle, la FIVETE (Fécondation In Vitro Et Transfert d’Embryon), l’ICSI (injection de spermatozoïdes dans le cytoplasme de l’ovule).

 

 

Barre d'outils Accueil Imprimer Contact Crédits Plan du site