CNRS Innovation

Partenariats, création d'entreprises, brevets, licences, événement... Retrouvez tous les mois les dernières actualités de la valorisation et de l'innovation au CNRS.

Brevets et licences

Syndivia développe une technologie originale de bioconjugaison qui améliore le traitement du cancer

La société de biotechnologie Syndivia vient de signer une licence exclusive d’exploitation de la technologie de bioconjugaison « APN Linker », développée par le Laboratoire de conception et application de molécules bioactives1. Son objectif est de mettre au point de nouvelles générations de traitements anticancéreux, plus efficaces, mieux ciblés et moins toxiques.

Spécialisée dans le développement de technologies de bioconjugaison – consistant au couplage chimique de deux molécules - dont l’objectif est d’apporter une amélioration thérapeutique majeure, Syndivia bénéficie depuis novembre 2016 d’une licence exclusive sur la technologie brevetée « APN linker »2. Développée par Alain Wagner, directeur de recherche au Laboratoire de conception et application de molécules bioactives1, et Oleksandr Koniev, directeur général de Syndivia, avec le soutien de la SATT Conectus Alsace, la technologie repose sur l’utilisation de composés de 3-aryl-propiolonitrile (APN) comme trait d’union entre un anticorps monoclonal et une ou plusieurs molécules thérapeutiques.

Le procédé allie les avantages de chacun des conjugués mais contrebalance leurs défauts respectifs. Les anticorps , seuls, sont peu toxiques et très ciblés mais peu efficaces. A l’inverse, les molécules thérapeutiques sont plus efficaces mais aussi plus toxiques. Grâce à ce procédé, le conjugué anticorps-médicaments acquière la propriété de mieux cibler mieux les tumeurs et détruit sélectivement les cellules cancéreuses, la charge utile n’étant libérée qu’une fois entrée dans la cellule. Les traitements gagnent ainsi en efficacité et les effets secondaires en sont minimisés.

Syndivia propose aux industriels d’accéder à ces technologies pour augmenter significativement l’index thérapeutique de leurs futurs traitements en oncologie. La start-up a d’ores et déjà validé l’attractivité de la technologie « APN Linker » à travers la signature d’un premier partenariat.

1 CNRS/Université de Strasbourg.

2 Brevet EP13305950 « Composés de 3-aryl-propiolonitrile servant à marquer un groupe thiol », en copropriété CNRS/Université de Strasbourg, déposé le 04/07/2013.

 

Contacts :

Alain Wagner / Laboratoire de conception et application de molécules bioactives / alwag@unistra.fr

Oleksandr Koniev / Directeur général de Syndivia / ok@syndivia.com