Accueil du site > Archives > 2015




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Les sciences citoyennes

Vous trouverez ici le document dans sa totalité : pdf/comets-avis-sciences_citoyennes-25_juin_2015.pdf

 

Text in English : pdf/comets-avis-sciences_citoyennes-25_juin_2015_en-2.pdf

 

Et ici le résumé :

Les relations de la science avec la société se sont profondément modifiées au cours de l’histoire. A partir des années 70, la notion de progrès est réinterrogée face aux nouveaux défis environnementaux et sanitaires. Ceci met aujourd’hui au premier plan les questions posées par les citoyens aux chercheurs et aux institutions de recherche, ainsi que le besoin des chercheurs de faire comprendre la nature et l’importance de leur démarche à l’ensemble de la société. Le COMETS affirme ici qu’il y a urgence à construire une relation de confiance entre les citoyens et les scientifiques. Deux voies sont abordées : celle des sciences participatives et celle d’un dialogue science-citoyens renouvelé.

La voie des sciences participatives, en grand développement aujourd’hui grâce à internet, associe les citoyens amateurs aux activités scientifiques pour la collecte des données et parfois la co-création ou l’interprétation des résultats. Il en résulte un apport mutuel considérable, d’une part pour l’enrichissement de la production des connaissances, d’autre part pour la formation des citoyens aux méthodes et à l’esprit scientifique. Cette voie encourage les vocations pour les sciences chez les jeunes. Le COMETS formule des recommandations portant sur l’encadrement des pratiques des réseaux amateurs, sur l’importance de la validation des résultats, sur le respect de l’anonymat lorsqu’il s’agit de données privées, enfin sur le statut et la reconnaissance dus aux contributeurs.

Dans un monde secoué de crises successives et traversé par des controverses sur des sujets sensibles, le COMETS est d’avis que les chercheurs et leurs institutions doivent être à l’écoute des questionnements du public sur l’impact de leurs choix. Tout en réaffirmant l’autonomie du champ scientifique, il estime nécessaire d’engager une réflexion sur les formes à donner au débat public autour des questions de recherche. Il souligne fortement l’importance de la diffusion de la culture scientifique et de sa promotion active à tous les niveaux de la société. Il recommande que les expertises exercées par les scientifiques sur des questions ayant un impact sociétal soient menées à l’abri des conflits d’intérêt, dans un cadre interdisciplinaire et si possible international. Il préconise que le CNRS soutienne l’implication d’équipes de recherche dans l’analyse des perceptions des sciences et encourage les initiatives abordant des thèmes sensibles. Il suggère enfin que le CNRS développe une expertise collective mobilisable pour répondre aux sollicitations des décideurs publics et des instances démocratiques.