Le Pré-australopithèque et le Préanthrope
 

  Le pré-Australopithèque et le Préanthrope sont deux genres d'Hominidés du Pliocène d'Afrique orientale.
   
 

Pré-australopithèque

Ce genre a été utilisé par Coppens en 1981 pour une partie du matériel de Hadar qui avait été publié par Johanson, White et Coppens en 1978 sous le nom d'Australopithecus afarensis. Pour l'auteur, il s'agit d'un Australopithèque très archaïque mais si différent des autres australopithèques qu'il mérite un autre nom de genre Pré-Australopithecus. Ses représentants ne sont connus qu'en Ethiopie entre 4 Ma et 2,8 Ma environ. Après la création de l'espèce afarensis, un certain nombre de chercheurs montraient que le matériel appartenant à l'hypodigme n'était pas homogène et que ce dernier regroupait probablement deux espèces, voire deux genres différents. Le genre pré-Australopithecus serait un genre de petite taille que l'on pourrait caractériser notamment par: un fort prognathisme alvéolaire, une palais long et peu profond, une arcade dentaire longue et étroite, aux bords rectilignes, incisives supérieures centrales larges et latérales réduites, à fort tubercule basal du côté lingual, canines supérieures relativement grandes, P3 inférieure parfois à une seule cuspide, diastème inconstant aux mâchoires, articulation du genou lâche, et coude bien stabilisé. Cette espèce était encore largement dépendante des arbres, bien que déjà adaptée à une forme de bipédie terrestre. Cette description correspond à Lucy et aux spécimens qui lui ressemblent.

Praeanthrope

A la fin des années 30, l'allemand Kohl-Larsen découvrait à Garusi (dans les gisements de Laetoli) en Tanzanie un fragment de maxillaire. Il fut baptisé Praeanthropus par Hennig en 1948, mais aucune espèce-type n'avait été désignée et le nom de genre était invalidé. En 1950, une première étude de la pièce conduisait Weinert à lui attribuer le nom de Meganthropus africanus. Puis en 1955, le paléontologue Senyürek, dans une révision des matériels dentaires du Pliocène de Tanzanie ressuscita le genre Praeanthropus dans la combinaison Praeanthropus africanus. En 1978, les restes trouvés sur le site de Hadar en Ethiopie et ceux récoltés à Laetoli à la fin des années 70, furent regroupés avec le maxillaire de Garusi par Johanson, White et Coppens. Cette dernière pièce ayant déjà un nom, le matériel éthiopien et tanzanien aurait dû être appelé, Praeanthropus africanus. Cette attribution aurait prêté confusion avec le matériel d'Australopithèque provenant des sites sud-africains et les mêmes auteurs proposaient la nouvelle espèce Australopithecus afarensis dont la mandibule LH 4 de Laetoli devenait l'holotype.

  Extrémité distale d'humérus
d'hominidé provenant de Kanapoi, Kenya.
     
  Vue générale des gisements du site de Tabarin, Kenya
     
 

En 1966, Patterson découvrait sur le gisement de Kanapoi (Kenya) vieux de 4,2 millions d'années environ, une extrémité distale humérale qu'il publiait l'année suivante avec son collègue Howells comme Australopithecus cf. africanus. Toutefois, la pièce présentant des traits très humains différents de ceux des Australopithèques, elle était attribuée à Homo ? par Senut en 1979. De nouvelles fouilles étaient effectuées sur le gisement de Kanapoi et sur d'autres dépôts situés plus au nord du Kenya à Allia Bay et à partir des nouvelles découvertes qui y furent réalisées fut créée une nouvelle espèce d'Australopithèque, Australopithecus anamensis, dont les fragments ressemblent à une partie du matériel de Hadar, différent de Lucy. Le maxillaire de Garusi a aussi été inclus dans cette nouvelle espèce, mais il portait déjà un nom. Le nouveau matériel aurait dû être nommé Praeanthropus africanus. De plus, les restes du squelette diffèrent peu de celui de l'homme moderne, mais fortement de celui de Lucy et de ses proches; on pourrait imaginer que Praeanthropus était déjà situé sur la lignée humaine. En fait, la bipédie de cet homme ancien serait associée à une morphologie dentaire peu différente de celle des Australopithèques. Praeanthropes et australopithèques auraient mangé plus ou moins les mêmes choses, mais le moyen d'y accéder était différent.

Les relations entre pré-Australopithèque et Préanthrope

L'espèce Australopithecus afarensis apparaît donc rassembler des pièces pouvant appartenir à deux groupes différents correspondant à des genres et/ou espèces différentes possédant chacun son propre mode de locomotion. Le premier groupe archaïque, pré-Australopithèque de Coppens est resté plus adapté à la vie arboricole; le second, celui des Préanthropes est plus orienté vers une bipédie terrestre. C'est peut-être de ce dernier que sont issus nos ancêtres plus directs, les australopithèques n'étant qu'une branche latérale de notre famille.

   
  Brigitte Senut
   
  Bibliographie
Coppens Y. (1981). Le cerveau des hommes fossiles. Suppl. Vie Académique, 292, 3-24.
Coppens Y. (1983). Les plus anciens fossiles d'Hominidae. In Recent advances in the evolution of primates, Rome, Pontificiae Academiae Scientiarum Scripta Varia, 50, 1-9.
Coppens, Y. (1984). Hominoïdés, Hominidés et Hommes. La Vie des Sciences, Comptes rendus, série générale, 1, 459-486.
Coppens, Y. (1991). L'évolution des Hominidés, de leur locomotion et de leurs environnements. In Y. Coppens & B. Senut (Eds.), Origine(s) de la bipédie chez les Hominidae, (pp. 295-301), Cahiers de Paléoanthropologie, Paris, CNRS.
Johanson, D.C., White, T.D. & Coppens, Y. (1978). A new species of the genus Australopithecus (Primates, Hominidae) from the Pliocene of Eastern Africa. Kirtlandia, 28, 1-14.

Leakey, M.G., Feibel, C.S., Mc Dougall, I. & Walker, A. (1995). New four-million-year-old hominid species from Kanapoi and Allia Bay, Kenya. Nature, 376, 565-571.
Leakey, M.G., Feibel, C.S., Mc Dougall, I., Ward, C. & Walker, A. (1998). New specimens and confirmation of an early age for Australopithecus anamensis. Nature, 393, 62-66.
Patterson, B. & Howells, W.W. (1967). Hominid humeral fragment from early Pleistocene of Northwestern Kenya. Science, 156, 64-66.
Senut, B. (1979). Comparaison des Hominidés de Gomboré IB et de Kanapoi: deux pièces du genre Homo ? Bulletins et Mémoires de la Société d'Anthropologie de Paris, 6, XIII, 111-117.
Senut, B. (1992). French contribution to the study of human origins : the case of Australopithecus afarensis. Human Evolution, 7, 4, 15-24.
Senut, B. (1995). D'Australopithecus à Praeanthropus ou du respect du Code de Nomenclature. Annales de Paléontologie (Vertébrés-Invertébrés), 81, 279-281.
Senut, B. (1996). Pliocene hominid systematics and phylogeny. South African Journal of Science, 92, 165-166.
Senut, B. & Tardieq, Ch, 81985). Functional aspects of Plio-Pleistocene hominid limb bones: Implications for taxonomy and phylogeny. In E. Delson (Ed.), Ancestors : The hard evidence, (pp. 193-201), New York : Alan R. Liss.


  Pour d'autres informations  
  Fermer