Les étapes de l’invention
de la photographie en couleurs
 
1826 : Nicéphore Niepce parvient à fixer sur plaque d’étain grâce au bitume de Judée (poudre dérivée du pétrole) la vue de sa fenêtre : la photographie est née.

1839 : À la suite des travaux de Louis Daguerre, François Arago, physicien, présente à l’Académie des Sciences le principe des "Daguerréotypes".

1861 : Le physicien écossais James Clerk Maxwell, père de la notion "d’ondes électromagnétiques", démontre la synthèse additive trichrome à l’aide de trois lanternes magiques munies de filtres rouge, vert et bleu.

1869 : Charles Cros et Louis Ducos du Hauron présentent le même jour à la "Société Française de Photographie", le principe de la photographie en couleurs indirecte en trichromie soustractive. Par la suite, le second proposera des appareils rudimentaires de photographie en couleurs, le "Chromographoscope" (1879) et le "Mélanochromoscope " (1899).

1891 : Gabriel Lippman, physicien français, fait la démonstration à l’Académie des Sciences de Paris de sa méthode de photographie en couleurs qui utilise les radiations interférentielles de la lumière à l’aide de mercure réfléchissant. Il obtient alors une photographie en couleurs, mais son procédé trop complexe ne sera pas exploité à grande échelle.

1903 : Le 17 décembre, à Lyon, les frères Lumière déposent leur premier brevet de photographie en couleurs.

1904 : Léon Didiée parvient à prouver expérimentalement les thèses de Cros et Ducos du Hauron sur la synthèse soustractive des couleurs. Franz-Niklaus König, Benno Homolka et Arnold Traube découvrent le principe des émulsions "panchromatiques", sensibles à l’ensemble du spectre coloré, à la différence des pellicules "orthochromatiques".

1904
: Louis Lumière, après s’être intéressé aux radiations interférentielles de la lumière, présente à l’Académie des Sciences ‘’l’autochrome ".

1907 : Les frères Lumière achèvent la mise au point de leur procédé industriel de fabrication des autochromes.