presentation
imprimer

Extinction des espèces et crises d’extinction

Les grandes crises d’extinction

Les grandes crises d'extinction de la biodiversitéFossile d'oursinLa datation des fossiles nous permet de connaître la durée de vie des espèces passées. Nous savons désormais que depuis l’apparition de la vie il y a 3,8 milliards d’années, la Terre a connu cinq grandes crises d’extinction d’espèces, suivies de phases d’expansion. Beaucoup de scientifiques considèrent que nous vivons aujourd’hui la sixième grande crise d’extinction et qu’elle est due à l’action de l’espèce humaine (Homo sapiens sapiens) sur son environnement.© Robert Barbault© Droits réservés Université Nancy I. Département Sciences de la Terre et de l'Univers.

Il est possible de calculer le nombre d’extinctions d’espèces en fonction du temps. Le chiffre obtenu – le taux d’extinction – est un indicateur de l’érosion de la biodiversité. Les extinctions importantes d’espèces ont plusieurs causes et il est aujourd’hui acquis que ces extinctions peuvent empirer du fait des phénomènes de co-extinction.

Lors des précédentes crises, la dynamique de l’évolution a toujours permis de compenser ces extinctions massives et d’accroître, après plusieurs dizaines de millions d’années, le nombre total de familles que compte la Terre. Ainsi, au final, la perte de diversité liée à une vaste extinction conduit à régression du vivant, mais seulement pour 10 à 15 millions d’années... Le temps nécessaire à la planète pour se réorganiser !

Fossile de trilobiteLa plus grave de ces crises fut sans conteste celle de la fin de l’ère primaire, il y a 245 millions d’années : elle vit disparaître la quasi totalité des espèces marines dont les fameux trilobites et les foraminifères des fonds marins ainsi que les deux tiers des familles d’insectes et de vertébrés.
La plus connue de ces crises est survenue à la fin du Crétacé, marquant le début de l’ère tertiaire (il y a 65 millions d’années) avec l’extinction des dinosaures, des ammonites et de beaucoup d’autres espèces marines et terrestres ainsi que la grande élimination des mammifères sur Terre.© Droit réservés University of Bath, biodiversity lab.

Rédaction :

Renan Aufray, Manuelle Rovillé

Validation scientifique :

Robert Barbault (Directeur du département « écologie et gestion de la biodiversité » du Muséum national d’histoire naturelle) et Harold Levrel (cadre de recherche à l’Ifremer)

Sources de l'article

  • Robert Barbault (2006) Un éléphant dans un jeu de quille. Editions du Seuil
  • Schéma : Barbault R., (2000), Ecologie générale: structure et fonctionnement de la biosphère, 5ème édition, Paris, Dunod
  • Cahier de l’IFB « Quels indicateurs pour la gestion de la biodiversité ? », Harold Levrel, 2007
  • Dossier Sagascience sur l’évolution

logo cnrs logo frb