presentation
imprimer

Les espaces protégés et classés en France

Le territoire français (métropolitain et d'outre mer), classé au 4e rang mondial pour sa biodiversité, regorge d'espaces naturels remarquables. Il possède une multitude de dispositifs pour les classer ou les protéger (grâce à des lois ou règlements), et y sauvegarder ainsi la biodiversité qu'ils abritent.

Les espaces protégés

Le marais de Kaw en Guyane française: la plus grande zone humide de France (110.000 ha), classée site Ramsar, réserve naturelle depuis mars 1998 et Parc régional depuis mars 2001 (vue d'avion).Les parcs nationaux
Au nombre de neuf en 2008, ils recouvrent 27 180 km² (dont 13 600 km² sont couverts par le Parc amazonien de Guyane). Ce sont des espaces exceptionnels du point de vue de leur biodiversité, leur paysage, leur géologie et des activités humaines qui y sont exercées. L'Etat y élabore une charte pour y maintenir à la fois les paysages et les activités humaines respectueuses de l'environnement.
Le territoire du parc national se divise en deux zones :
- le cœur du parc, strictement protégé, où les constructions et les activités humaines nuisant à la faune et la flore sont interdites, exception faite des activités agricoles, pastorales et forestières qui doivent malgré tout être réglementées. Il existe parfois dans ce secteur une ou des zone(s) en réserve intégrale où les activités humaines sont interdites.
- l'aire d'adhésion, moins strictement réglementée. Une charte est passée avec les collectivités locales volontaires pour mettre en place un projet de territoire qui promeut le développement économique et social en tenant compte des spécificités de l'environnement.© IRD Photothèque / Dukhan, Michel

Les parcs naturels régionaux
Les 45 parcs naturels régionaux français couvrent en 2008 environ 75 400 km² soit 12% du territoire français. Chaque parc naturel s'étend sur un territoire dont les collectivités locales s'engagent dans un projet de développement au travers de la signature d'une charte commune avec les Régions.
La charte accorde la priorité à un développement locale basé sur le respect de l'environnement et les savoirs traditionnels.
Différents des parcs nationaux, les parcs naturels régionaux participent à l'aménagement de leur territoire, à l'éducation et l'information des habitants, à la protection des patrimoines naturels et culturels et au développement durable.

Les réserves naturelles
Les réserves naturelles ont pour but de protéger un patrimoine naturel exceptionnel et de le faire découvrir au public. En 2008, on dénombre en France 323 réserves naturelles dont la plus grande fait 2,27 millions d'ha (réserve naturelle des terres australes) et la plus petite 0,6 hectare (réserve naturelle géologique du Toarcien - Poitou-Charentes).
Divisées en réserves naturelles régionales, nationales et de Corse, ces espaces sont placés respectivement sous l'autorité du Conseil régional, du préfet et du président de la collectivité territoriale.

Le parc naturel marin
Le premier et unique parc de ce type a vu le jour en septembre 2007 : le parc naturel marin d'Iroise de 3550 km². Localisé sur les côtes bretonnes, sa gestion est assurée par l'Agence des aires marines protégées ; elle met en place un plan de gestion qui limite les activités susceptibles d'endommager le milieu : ce parc abrite donc une activité de pêche professionnelle avec une optique de gestion durable des ressources halieutiques.

Les arrêtés préfectoraux de protection de biotope
Au nombre de 608 en janvier 2004, ils couvrent plus de 300 000 ha. Ils permettent aux préfets de département de fixer des mesures pour conserver des écosystèmes et protéger la biodiversité qui y évolue.

Quercus rubra chêne rouge d'Amérique, une des espèces remarquables de l'arboretum Robert Ruffier-Lanche. L'arboretum est situé au nord du campus universitaire de St Martin d'Hères à Grenoble.Les Conservatoires régionaux d'espaces naturels
Ces organismes gèrent en 2008 plus de 140 000 ha sur 2250 sites naturels remarquables pour leur faune ou leur flore. Une fédération réunit les conservatoires d'espaces naturels qui protègent, gèrent et valorisent ces milieux auprès du grand public.© CNRS Photothèque  /  AUBERT Serge

Le Conservatoire de l'espace littoral et des rivages lacustres
Propriétaire ou gestionnaire de 600 sites soit 117 000 ha de littoral français sur 1000 km de côtes en juin 2008, ce conservatoire protège ces zones, les valorisent auprès du grand public et y interdit toute construction. Cette intervention est financée en partie par la TDENS (taxe départementale des espaces naturels sensibles) prélevée sur les permis de construire.

Les espaces classés

Les zones naturelles d'intérêt faunistique et floristique (Znieff)
Issues d'un inventaire réalisé depuis 1982, ces zones n'ont pas à proprement parler de statut légal de protection de l'environnement ou de la biodiversité. Néanmoins, la classification d'une zone en Znieff a un impact sur l'aménagement du territoire, notamment sur la délivrance de permis de construire. Elles peuvent être de type I pour les espaces de grand intérêt biologique ou écologique ou de type II pour les grands ensembles naturels riches et peu modifiés.

Les zones importantes pour la conservation des oiseaux (Zico)
Elles sont issues d'un inventaire réalisé en 1994 qui a conduit à la réalisation de la Directive « Habitats ». Comme pour les Znieff, les Zico ne présentent pas de statut de conservation particulier mais leur statut peut néanmoins influencer leurs aménagements.

Le réseau Natura 2000

A l'échelle européenne, le réseau Natura 2000 a pour but de former un réseau de sites écologiques, selon les critères de protection des Directives « Oiseaux » (1979) et « Habitats-Faune-Flore » (1992). Ces deux directives ont ainsi permis de classer des sites remarquables pour leurs habitats et leurs faunes d'oiseaux sauvages sur pratiquement 20% du territoire européen.
En France, ces sites représentaient 6,82 millions hectares en 2007, soit 12% du territoire et leur gestion est définie par une section du Code de l'environnement.

Rédaction :

Renan Aufray (chargé de mission à la FRB)

Validations scientifiques :

Catherine Cibien (directrice du comité français du Mab) et Jean-Claude Génot (Chargé de mission « protection de la nature » au Syndicat de Coopération pour le Parc naturel régional des Vosges du Nord et actif dans le programme Mab)

Sources de l'article


logo cnrs logo frb