presentation
imprimer

Alimentation et biodiversité

biodiversite biodiversite
 

Quand la biodiversité s’adapte à notre alimentation !

Retour des Tchouktches de la première chasse à la nouvelle saison, Tchoukotka (Sibérie du Nord Est)Depuis toujours, l’alimentation humaine - et sa diversité - se trouve dans les ressources offertes par la nature. Aujourd’hui encore, des populations trouvent leur subsistance dans la chasse, la pêche, la cueillette. Ainsi au Ghana, les trois-quarts de la population tirent l’essentiel de leurs protéines des espèces sauvages. Et sur la planète, la pêche constitue un moyen essentiel de subsistance pour plus de 200 millions de personnes. Dans l’alimentation, le poisson possède une place essentielle et une longue histoire...© CNRS Photothèque / CHICHLO Boris

Au début du Néolithique il y a environ 10 000 ans l’espèce humaine -Homo sapiens- poussée par le besoin d’assurer ses bases alimentaires, invente l’agriculture. Elle commence ainsi à domestiquer - « artificialiser » - la nature en choisissant parmi les espèces naturelles celles qui lui conviennent le mieux.
Cette longue histoire d’adaptation agricole entre les êtres humains et les ressources disponibles a été minutieusement reconstituée par des chercheurs issus de différentes disciplines.

Les populations humaines ont donc développé peu à peu des savoir-faire variés, touchant à la sélection des espèces animales et végétales, à la création de nombreuses variétés ainsi qu’à la transformation des aliments de base, notamment par utilisation de microorganismes.

Pommes de terre.Au total, depuis le Néolithique, l’Humanité aura « testé » - abandonné ou adapté - environ 7000 espèces de végétaux, sélectionnant peu à peu leurs caractères en fonction des conditions de culture (eau disponible, qualité des sols, présence ou non de parasites...), du rendement, de la forme, du goût …
Sélection « vigoureuse » puisque au final, 90% de la nourriture actuelle provient seulement de 8 espèces animales et 15 espèces de végétaux, chacune pouvant avoir de très nombreuses races ou variétés. La moitié des aliments d’origine végétale consommés est ainsi couverte par le blé, le maïs, le riz et la pomme de terre.© Inra Photothèque / WEBER Jean

A noter que la lenteur de ces processus agricoles n’a provoqué, au cours des temps, que très peu de phénomènes d’invasions et d’extinctions d’espèces, contrairement à l’industrialisation récente, trop rapide, qui a modifié radicalement l’environnement (pollutions, destruction des paysages).

Rédaction :

Maryvonne Tissier (directrice de communication à la FRB)

Validation scientifique :

Jean-Denis Vigne (Directeur de recherches au CNRS, directeur du Laboratoire Archéozoologie et histoire des sociétés, MNHN / CNRS)

Sources de l'article

  • Entretien : Jean-Denis Vigne, directeur de recherches au CNRS, directeur du Laboratoire Archéozoologie et histoire des sociétés, MNHN / CNRS
  • Histoire des agricultures du monde de Marcel Mazoyer et Laurence Bérard, Ed. du Seuil, 1997
  • FAO (Dossier Journée mondial de l’alimentation, 16 octobre 2004), Ressources halieutiques: tendances de la production, de l'utilisation et du commerce (in : La situation mondiale des pêches et de l’aquaculture 2006. FAO
  • Site de la FAO

logo cnrs logo frb