presentation
imprimer icone

La résurrection de l'esturgeon ?

Petit poisson deviendra t-il enfin grand ?

Lâcher de jeunes esturgeonsC'était le 21 septembre 2007, dans le secteur de Saint-Jean-de-Blaignac (Gironde) en présence de madame la Secrétaire d'Etat chargée de l'Ecologie : le premier lâcher dans la Dordogne de 3000 alevins d'esturgeons européens (Acipenser sturio), reproduits artificiellement à partir de spécimens élevés depuis leur plus jeune âge en captivité. Tous les applaudissements et les espoirs sincères des spectateurs accompagnaient ce lâcher devant relancer la dynamique de la dernière population mondiale d'esturgeons : seulement quelques milliers d'individus, tous originaires de la Gironde, tentant de survivre à la surpêche et à la mauvaise qualité des eaux, entre autres...© Philippe Camoin

Il y a déjà belle lurette que ce poisson, en voie d'extinction, décline et cela, malgré son statut d'espèce protégée, depuis 1982 en France et 1988 en Europe. Pourtant, jusqu'au 19e siècle, il peuplait abondamment la plupart des rivières d'Europe de l'ouest où il était le plus grand poisson migrateur : en effet, un adulte mesure entre 3 et 5 mètres et pèse entre 300 et 500 kg. Mais il fût très (trop) recherché au début du 20e siècle pour la fabrication du caviar d'esturgeon...

En élevage depuis trois mois, ces alevins d'esturgeon relâchés en Gironde ce 21 septembre 2007 ont bénéficié des soins attentifs de chercheurs français. Ils doivent suppléer l'absence de toute reproduction naturelle constatée en Gironde depuis 1994, en raison de la rareté des retours de géniteurs : l'espèce se reproduit en effet, au terme d'une longue et périlleuse migration au cours de laquelle il remonte notamment le fleuve. Il faudra sans doute se montrer patient, recommencer l'alevinage, relâcher également des groupes de poissons conservés en captivité jusqu'à l'été 2008. Ces poissons seront équipés d'émetteurs afin de mieux connaître leurs habitats pour mieux les préserver.

La recherche scientifique et les poissons migrateurs

Tous ces efforts de réintroduction de l'esturgeon, qui devront encore se poursuivre, résultent de 25 ans de travaux de la recherche publique française, d'un soutien financier de l'Union européenne et d'autres institutions françaises...
Aloses, anguilles, esturgeons, lamproies et salmonidés migrateurs font l'objet d'une attention soutenue de la part des scientifiques. Leurs populations sont fragiles car menacées le long des périples qu'elles entreprennent de la source à l'estuaire et à l'océan ou inversement.

Rédaction :

Maryvonne Tissier (directrice de communication à la FRB)

Validation scientifique :

Patrick Williot, chercheur au Cemagref

Sources :

Système d'information sur l'eau du bassin Rhône-Méditerranée, Fiche Esturgeon
Cemagref


logo cnrs logo frb