imprimer

Des vers de terre pour nettoyer l'eau

Vers de terre et station d’épuration

Ver de terre Eisenia andrei
© Lombristation. Commune de Combaillaux
Le lombrifiltre. Au fond, la cuve de la station classique
© Lombristation. Commune de Combaillaux

Depuis 2004 en France dans la station d’épuration de Combaillaux (près de Montpellier) et dans une petite commune du Chili, on teste une nouvelle méthode d’épuration des eaux usées. Le principe est simple : L’une des cuves de la station d’épuration fonctionne selon le principe classique du lit bactérien alors que l'autre est un lombrifiltre. Ce dernier est composé d’écorces de pin posées sur un lit de copeaux de bois et de graviers auquel ont été ajoutés des vers de terre spécifiques, ici l’espèce Eisenia andrei, qui sont arrosés, par intermittence, d’eau usée.
Les vers - 25000 par m² - sont invisibles. Ils dégradent intégralement les effluents en les consommant, sans utiliser de grandes quantités d’eau, comme dans les stations classiques. Il n’y a pas de boues à la sortie, seulement des tortillons de terre et de l'eau quasi-potable. Cependant, les vers n’agissent pas seuls. Les kilomètres de galeries qu'ils creusent assurent l'oxygénation des bactéries. Cette association permet un fort rendement épurateur, surtout pour les matières en suspension et les matières organiques.

Cette forme originale de station d’épuration est adaptée aux petites communes de 1500 habitants environ. Elle nécessite peu d’espace, permet une économie de 20 à 30% par rapport au coût et l’entretien d'une station classique, ne consomme que très peu d'énergie et produit peu de nuisances olfactives et sonores.
Cependant, ce système, comme tous les procédés biologiques, est sensible aux pics de toxicité des eaux usées : les vers meurent s’ils sont nourris avec des eaux contenant du mercure, du cuivre ou de l'arsenic. Ce sont donc de bons indicateurs de l'écotoxicité. Le lombrifiltre ne convient donc qu’aux communes sans industries ou sans activités polluantes raccordées au réseau domestique.

Recycler l’eau des bâtiments d’élevage (Inra)

Porcs élévés en plein-air.
© Florence Carreras / INRA

L'évacuation rapide des déjections animales par un système de « chasse d'eau » permet une amélioration des élevages en bâtiment, grâce à la limitation des odeurs, des émissions d’ammoniac et des gaz à effet de serre. Cependant, pour être durable, le système doit recycler l'eau, être facile à gérer pour les éleveurs et ouvrir de nouvelles voies de valorisation des nutriments excrétés.
A la station expérimentale de Guernevez (29), dans le cadre du programme « Porcherie verte », sur les conseils de la communauté scientifique, on a, avec succès, traité par lombrifiltration - élevage de vers de terre sur un support organique arrosé par un liquide chargé de matières organiques (eaux usées, lisier ou fumier de bâtiments d’élevage…) - du lisier et fumier porcin.

Rédaction :

Manuelle Rovillé, chargée de mission à la FRB

Validation scientifique :

Patrick Lavelle (Directeur de recherche, Laboratoire d'écologie des sols tropicaux, centre IRD)

Sources de l'article


logo cnrs logo frb