Les tensioactifs sont des constituants essentiels
des shampooings




Les shampooings sont avec les bains moussants et les gels douches, les produits cosmétiques les plus consommés. Ils résultent du mélange de plusieurs tensioactifs.

On distingue des formules de shampooing anioniques et non ioniques. Elles font intervenir des composés aux propriétés détergentes, doux et non irritants, et favorisent la formation d'un film entre le cheveu et l'eau. Il est difficile de donner une formule type, chaque fabricant composant lui-même ses formules; elles sont différenciées et adaptées selon les applications recherchées (cheveux secs, cheveux gras, shampooing pour enfant, etc.)

Le cheveu, plutôt hydrophobe, est rendu plus hydrophile par le shampooing grâce aux corps gras qui le composent. L'eau associée à un agent tensioactif détache les graisses adsorbées sur la surface du cheveu. Les corps gras, sous forme d'amas, se retrouvent en suspension dans l'eau. L'effet moussant assure une plus grande dispersion des salissures donc une meilleure détergence. L'élimination des corps gras de la chevelure par un shampooing n'est jamais complète. On considère que 40 à 60% des lipides peuvent être éliminés en une opération de lavage et il faut plusieurs lavages répétés pour atteindre 80%.

Les shampooings actuels sont à multi-effets et recherchés par un public exigeant pour les actes d’hygiène et de nettoyage mais également vis–à-vis de l’apparence. De nos jours la mise en forme et le coiffage des cheveux sont basés sur les propriétés filmogènes des produits naturels ou de synthèse, le plus souvent des polymères de masse moléculaire élevée. Le dépôt du film constitue une enveloppe protectrice dont les propriétés sont de nature chimique (humidité), mécanique (gonflement, souplesse) et physique (faible diffusivité vis-à-vis de l’humidité par exemple).

Certaines des propriétés des produits sont antinomiques comme l’adhésion et le démêlage, ou la non-hygroscopie et la souplesse, et demandent, de la part du formulateur, un art du compromis, car il s’agit d’exalter les qualités et de diminuer les inconvénients !

On recherchera à la fois souplesse, facilité de démêlage, brillance et volume. Les polymères remplissent ces fonctions de façon satisfaisante. Le dépôt du film est réalisé à l’aide de polymères filmogènes (polyvinylpyrrolidone/acétate de vinyle), associés à des plastifiants pour l’amélioration de la souplesse (polyglycols, dérivés de lanoline, silicones, protéines, etc.). Pour d’autres propriétés plus spécifiques comme l’aptitude au démêlage ou l’amélioration de l’adhésion, on fait appel aux polyionènes, polymères polycationiques de type polyammonium.

 

 

     © CNRS   -  Contacts   - Crédits