Microphotographie
d'un film de savon


Micelle de tensioactif



Liposome multilamellaire

 

Film de savon coloré

 

 




Les tensioactifs, surfactifs ou surfactants, sont les composés indispensables à l'hygiène et à la cosmétologie. Ils dispersent les corps gras dans l'eau et constituent en quelque sorte le principe actif des agents lavants.

Environ 13% de la consommation en tensioactifs sont consacrés aux soins corporels et à la pharmacie, soit 800 000 tonnes (1994). La croissance est de plus de 3% par an. L’augmentation de la consommation est en partie liée aux changements de conditions de travail. L’augmentation du temps de loisirs a une forte influence sur les habitudes d’hygiène et la consommation des cosmétiques et des articles de toilette.

Les tensioactifs entrent dans la composition des shampooings, produits de rinçage capillaire, bains moussants, gels douches, crèmes, laits de beauté, crèmes à raser, produits de maquillage, produits solaires, dentifrices, etc…

La consommation la plus importante est pour les shampooings, les bains moussants et les gels douches.

Les produits doivent exercer seulement une action superficielle, sans aucun pouvoir pénétrant à travers la couche cornée.

Ils se divisent en deux grands groupes :
. les produits destinés à n’entrer qu’en bref contact avec la peau et qui doivent être rincés;
. les produits pouvant séjourner plus longtemps et donc non rincés.

Les formulations sont réglementées par une directive de la Communauté Européenne de 1976, qui donne la liste des produits qualifiés de cosmétiques et des substances autorisées ou prohibées.

La formule générale (et la plus simple!) d’un tensioactif, associe une tête polaire à une queue hydrophobe, mais de multiples variations sont possibles : présence de plusieurs têtes, de plusieurs queues, volume relatif variable de la tête et de la queue, etc… Toutes ces propriétés vont déterminer la nature de l’objet colloidal présent dans la formulation.

On distingue les tensioactifs anioniques (type sulfonates, lipoaminoacides, sulfates), zwitterioniques, non ioniques et cationiques. Ces derniers, plus irritants, occupent une place limitée dans l'arsenal cosmétologique, l'innocuité étant bien sûr un critère de choix dans leur utilisation. Les tensioactifs zwitterioniques, en particulier ceux préparés à partir des acides aminés naturels, ou des dérivés de l'imidazole, ainsi que les tensioactifs non ioniques, alcanolamides, oligopeptides, dérivés des sucres, de meilleure biocompatibilité que les ioniques, sont de plus en plus utilisés au détriment des anioniques.

En solution dans l'eau, les tensioactifs s'organisent en micelles directes et, lorsque leur concentration augmente, en cristaux liquides : on parle de milieux dispersés.

Dans les solvants organiques ou les huiles, il se forme des micelles inverses. Dans tous les cas les tensioactifs stabilisent les émulsions. En cosmétologie, les formes émulsifiées sont les plus fréquentes. Les liposomes et les vésicules sont également à la base de nombreuses formulations.

Armand Lattes
Interactions moléculaires et réactivité chimique et photochimique

Pour en savoir plus...

  Famille de tensioactifs

  Milieux dispersés et microémulsions
  Systèmes moléculaires organisés
  La mousse

 
Interface eau - huile. Micelles. Tension superficielle
  © CNDP
 
   
  © CNDP
 

Propriétés des tensioactifs
Propriétés interfaciales. Chaînes hydrocarbonées. Têtes polaires. Fabrication d'un savon
(avec Pierre Le Perchec, CNRS)

 
   
  © CNDP
 

Structure
des tensioactifs

Types
de tensioactifs. Formule de shampooing

 
   
  © CNDP
 

Mode d'action des
tensioactifs

Le mouillage,
Action moussante,
Action émulsionnante

 
   
   
  © CNDP

Formation
des liposomes
Les liposomes, vecteurs
de produits cosmétiques
 
 

     © CNRS   -  Contacts   - Crédits