La couleur est un langage, un code social, de la perception à la nomination et aux usages de la couleur.

Aussi le langage des couleurs est-il essentiellement différent d'une culture à l'autre, dans l'espace et dans le temps.
En témoigne notamment la cosmétologie où les utilisations des couleurs et leurs nominations soulignent la relativité des codes sociaux et symboliques des couleurs.

Si en Égypte antique le maquillage - véritable art de vivre - était extrêmement codifié et ritualisé, qu'en est-il du maquillage contemporain dans notre culture occidentale ? Que reste-t-il des pratiques ancestrales ? Quels sont les nouveaux codes et enjeux ?

Rôle esthétique et soin de beauté

La cosmétique contemporaine occidentale - presque exclusivement réservée aux femmes - a essentiellement un rôle esthétique et, fards, crèmes teintantes, rouges à lèvres tendent à devenir, de manière toujours plus accentuée, le moyen d'entretenir et de préserver jeunesse et beauté. Il n'a plus le rôle thérapeutique de l'Égypte ancienne, bien que le khôl soit encore utilisé au Moyen-Orient pour ses vertus bactéricides et par les joueurs de base ball qui entourent d'un halo sombre leurs yeux pour se protéger de la réverbération du soleil.

Visages en "kit" : le "tout permis" ?

Les codes couleurs ne sont plus extrêmement figés : des nuances de maquillage de plus en plus nombreuses, aux noms évocateurs, sont proposés à une clientèle féminine qui a ainsi la possibilité de se composer un visage selon le "look" souhaité. On peut choisir de rester discrète et de refléter une beauté sans outrance, d'être soi et de dénoter son âge, sa classe sociale, ou de jouer à être quelqu'un d'autre : B.C.B.G., baba-cool, new wave, rockeuse, punk, grunge, baby-doll ou femme fatale...

Mais si les possibilités sont infinies et si tout semble permis, certaines règles et codes sociaux doivent être respectés : il faut avoir le maquillage correspondant à une attente, à un statut social, aux circonstances, aux moments de la vie, aux moments du jour.

Beauté-capital et corps-entreprise

Avec l'arrivée de la femme sur le "marché du travail" et la concurrence professionnelle, la beauté féminine est devenue, plus que jamais, un enjeu politique, économique, social, un moyen d'accéder à une profession, d'être une femme "battante", efficace mais séduisante. Le corps est devenu un produit, une entreprise, qu'il faut gérer. Le vocabulaire du marketing parle de "capital beauté", de "soins stratégiques", de "crédit soleil"... Et si la beauté a un prix - celui notamment des cosmétiques - il ne peut y avoir d'hésitation. "Parce que je le vaux bien" comme le dit le slogan publicitaire de l'Oréal.


Annie Mollard-Desfour
Laboratoire Lexiques, Dictionnaires, Informatique (LDI)

 

Pour en savoir plus...

  Connotation et lexique des couleurs des fards

 

 
 
           © CNRS   -  Contacts   - Crédits