Offrande de l’encens

 

 

 



Jusqu‘à la montée en puissance de la chimie organique à la fin du XIXe siècle, les parfums sont composés principalement à partir de produits d’origine végétale auxquels s’ajoutent quelques composants d’origine animale comme le musc ou l’ambre gris. Le traitement des plantes fournit des hydrolats (eau de rose, eau de fleur d’oranger…), des huiles essentielles et des alcoolats (alcoolat de romarin, base de l’Eau de la Reine de Hongrie ou alcoolat de mélisse, à l’origine de l’Eau de mélisse des Carmes).

Il existe aussi depuis très longtemps des compositions  parfumées, faites de substances solides. Ainsi, l’encens, qui est probablement l’un des plus anciens parfums connus, utilise la technique de la combustion pour produire les substances odorantes. De même, la myrrhe, qui servait à la momification en Egypte, était utilisée dans la composition des parfums.

L’addition à des compositions classiques de produits chimiques de synthèse va révolutionner l’art de la parfumerie en permettant des accords nouveaux. La coumarine dont la synthèse est due à Perkin - par ailleurs auteur du premier colorant de synthèse, la mauvéine - est l’un des premiers produits à entrer dans un parfum célèbre de Guerlain.


 
Maurice Chastrette
Professeur émérite à l’Université de Lyon

Pour en savoir plus...

  La myrrhe et l’encens
  L’ambre gris
  La coumarine

 

     © CNRS   -  Contacts   - Crédits