Modèle de molécule

 

Quelques formules de
molécules odorantes

 

 




Musqué, santalé, ambré… Qu'est-ce qui permet de caractériser une odeur ? Le message sensoriel bien sûr, qui reste intimement lié à la connaissance qu'a le sujet de ce qu'il sent, à sa propre culture et à sa façon de l'exprimer.

La perception se situe donc au carrefour de la physiologie, de la psychologie, de la culture et de la linguistique.

Les bonnes et les mauvaises odeurs sont ainsi dépendantes d'un code social et d'une hiérarchie qui reste très culturelle.

L'intensité de la perception est reliée à la concentration de la substance. Certaines substances ont un seuil olfactif très bas, sans que l'on sache pourquoi.

Reconnaître une odeur pose aussi la question de la mémoire : où est stockée celle des odeurs ?
Une question encore laissée sans réponse et actuellement à l'étude.

Pourtant, on observe un effet d'accoutumance à toutes les odeurs, quelle qu'en soit la qualité, probablement dû à l'action de mémorisation-saturation : les parfums ne sont pas éternels et le remplacement d'un mélange par un autre réactive son intérêt.
 

Pour en savoir plus...

  Comment perçoit-on les odeurs ?

  De la molécule à l’odeur (PDF)
   

 

 

     © CNRS   -  Contacts   - Crédits