Le voyage d'un naturaliste autour du monde

ETAPE 5

Plan du site
Voir le texte intégral
Crédits

Accueil - Voir l'animation complète du site

Le voyage de Darwin

ETAPE 5

Du 27 novembre 1832 au 26 avril 1833
Montevideo, Terre de Feu, fuégiens, Falkland


Depuis le 27 novembre 1832, le navire fait route vers la Terre de Feu, à la pointe sud du continent américain. Les trois fuégiens pris en otages lors du précédent voyage du Beagle vont retrouver les leurs. Au passage du bateau, des autochtones sautent en agitant leurs guenilles depuis la côte, en poussant un long hurlement sonore…

L’accueil sera pour le moins étonnant. Afin d’endiguer l’inquiétude palpable des indigènes, les explotateurs leur offrent des morceaux d’étoffe écarlate qu’ils s’empressent d’attacher autour de leur cou. L‘atmosphère se détend. En signe d’amitié, un vieillard coiffé de plumes et au visage étrangement peinturluré caresse la poitrine de Darwin tout en gloussant bizarrement. Mais les habitants du lieu restent tout de même interloqués par ces peaux blanches à longue barbe. Certains d’entre eux incitent d’ailleurs un des anciens otages à se raser. Ce dernier a presque oublié sa langue maternelle et semble assez honteux du comportement de ses congénères. Il faut dire qu’ils sont à des lieues des bonnes mœurs qu’on leur a inculquées en Angleterre. Seul un mince manteau en peau de guanaco, sorte de lama sud-américain, couvre tant bien que mal leurs corps nus! Puis l’étonnement monte d’un cran quand certains membres de l’équipage se mettent à danser et chanter, étonnement qui se mue rapidement en terreur à la vue des armes à feu qu’ils semblent connaître. Particularité surprenante: les "sauvages" imitent à merveille les gestes et même certains mots des membres de l’équipage!

Le climat est rude et agité dans ce pays montagneux couvert de forêts inhospitalières et en partie submergé. Le Beagle en fait l’amère expérience en sillonnant les côtes des nombreuses îles de la Terre de Feu. Une succession de tempêtes s’abattent sur le navire. L’une d’elles les contraint à gagner à la hâte le petit port de Wigwam Cove près du Cap Horn pour y passer Noël. A la mi-janvier de l’année 1833, FitzRoy qui s’est personnellement investi dans l’éducation à l’anglaise des trois fuégiens de l’équipage, décide de les installer à la tête d’une mission en bordure du détroit de Ponsonby. Les anglais y montent des habitations sommaires, labourent et ensemencent deux jardins. Quelques jours plus tard, à leur retour d’une excursion dans le secteur, des pillages ont eu lieu. Les anciens otages ont bien du mal à éviter les débordements de leurs camarades. Le pari de FitzRoy ne semble pas gagné… Les trois fuégiens anglicisés parviendront-ils à apporter un brin de civilisation occidentale dans cette contrée reculée? Le verdict tombera en hiver 1834 quand le Beagle repassera par la Terre de Feu… Mais pour l’heure, le bateau prend le large vers l’est, direction les îles Falkland.

Le 1er mars, le bateau jette l'ancre à Port Saint-Louis. Ces îles désolées sont à cette époque sous domination anglaise. Surprise: l’officier est à la tête d’une population dont la moitié au moins se compose de rebelles et d’assassins! Toutefois, l’île est beaucoup plus hospitalière que la Terre de Feu: animaux, poissons et légumes européens constituent un garde-manger abondant. Durant ses incursions dans les terres, Darwin est intrigué par certaines différences entre les espèces malouines et celles observées sur le continent sud-américain… La comparaison minutieuse des plantes, animaux et fossiles collectés durant le voyage lui procurera ultérieurement de nombreuses informations sur la manière dont des espèces similaires s’adaptent à des environnements différents. Courant mars, une goélette nommée Unicorn arrive au port. FitzRoy l’achète à son propriétaire et la rebaptise Adventure. Objectif: en faire un bateau de support au Beagle pour les relevés cartographiques. Il n’avisera pas ses supérieurs restés en Angleterre de cet achat. Une erreur qu’il payera plus tard…
Le 6 avril, le Beagle met les voiles pour la côte Est de l’Amérique du Sud.
Le 26 avril, il revient à Montevideo qu’il avait quitté cinq mois auparavant.

CNRS    sagascience