Ecosystèmes aquatiques continentaux
  Qu’est-ce qu’un écosystème aquatique ?




Embouchure de la rivière Dumbéa en Nouvelle-Calédonie
(© CNRS/B. Thomassin)
© CNRS / Photo B. THOMASSIN
©CNRS / Photo B. THOMASSIN©CNRS / Photo B. THOMAS





Bords du Nil

(© CNRS/Miller/Rivière)




Étang des Dames dans la Brenne, région dite " aux mille étangs ", dans le Berry

(© CNRS/Dreuillaux)


 

 

 

Un cours d’eau, un lac, une zone littorale… sont des systèmes complexes.
Ils abritent en effet en leur sein nombre d’espèces vivantes très diverses, végétales et animales, qui interagissent entre elles de façons variées en établissant des relations de cohabitation, de compétition, de prédation ou de parasitisme. De plus, ces espèces ne peuvent se suffire à elles-mêmes. Pour croître, elles ont besoin de l’énergie et des aliments qui leur sont fournis par le milieu extérieur constitué par l’eau, les sols et l’atmosphère. La composition de ces populations dépend donc étroitement des conditions de vie qui leur sont offertes, à savoir du courant, de la température, de l’oxygénation et de la composition chimique de l’eau, de la nature des fonds, du relief et de la végétation du bassin versant, des conditions atmosphériques… Inversement la composition chimique de l’eau est constamment modifiée par les espèces vivantes présentes dans le milieu surtout en ce qui concerne les teneurs en matières minérales et en gaz dissous.
Ainsi, les espèces biologiques vivent-elles en interdépendance étroite entre elles et avec le milieu physique environnant. Les échanges sont multiples, sous forme d’énergie ou de matière et l’équilibre délicat à maintenir. Pour tenir compte de cette complexité, le concept d’écosystème aquatique a été créé qui prend en compte toutes ces composantes : il recouvre l’ensemble formé par le biotope, c’est-à-dire le milieu physique, les conditions de vie, et la biocénose, l’ensemble des êtres vivants qui s’y développent. Un écosystème aquatique forme ainsi un système doué d’une certaine autonomie et il est possible de l’étudier isolément.

Il existe une très grande variété d’écosystèmes aquatiques continentaux que l’on peut regrouper en trois grands types suivant que leurs eaux sont stagnantes, courantes ou souterraines.
Les milieux aquatiques aux eaux stagnantes sont les lacs, grandes étendues d’eau libre à l’intérieur des terres, les marais peu profonds et envahis par la végétation, les mares, les étangs et réservoirs créés de toute pièce par l’homme, ou encore les zones humides, lesquelles recouvrent différents types de milieux peu profonds à la végétation exubérante comme par exemple les tourbières, les marécages, les bras morts des plaines inondables,…
Les milieux aux eaux courantes sont tous les torrents, ruisseaux, rivières et fleuves dont les eaux sont manifestement en mouvement le long des pentes.
Quant aux milieux aquatiques souterrains, ce sont le plus souvent des nappes d’eau imbibant le sous-sol. Ce sont aussi parfois de véritables cours d’eau disparaissant dans des galeries souterraines.



 

   
CNRS   -  Le CNRS en ligne : Sagascience@cnrs-dir.fr
accueil du site plan du site mode d'emploi du site MOTEUR DE RECHERCHE accueil dossier eau glossaire