CNRS Sommaire Accueil Plan du site Mode d'emploi Chercher Glossaire
Robea : un programme salvateur pour la robotique
En 2001, seize ans après Ara (Automatisation et robotique avancées), le CNRS a mis en place un nouveau programme en faveur de la robotique. Baptisé Robea pour Robotique et entités artificielles, ce plan national soutient chaque année une dizaine de nouveaux projets, sélectionnés après un appel à propositions ouvert à tous les laboratoires.
La naissance de Robea a coïncidé avec celle du département Stic du CNRS. Pour Malik Ghallab, directeur de recherches au Laas et à l’initiative du programme, l’occasion était trop belle : "Depuis trop longtemps, nous manquions en France d’un grand projet pour la robotique qui souffrait alors du manque d’intérêt de l’industrie pour ses nouvelles applications. Il fallait donner une nouvelle impulsion et la création du département Stic avec des objectifs d’interdisciplinarité en a été le déclencheur. En effet, la robotique est en quelque sorte le carrefour de très nombreuses disciplines : mécanique, électromagnétisme, informatique, sciences cognitives, mathématiques, sciences de la vie (neurosciences, médecine, etc.) et même sciences humaines et sociales pour l’étude des interactions entre humains et robots ou des comportements collectifs." Malik Ghallab présente rapidement son projet à Francis Jutand, alors directeur du département, et le programme Robea débute en avril 2001.
Chaque année, un appel à propositions est donc organisé, pour lequel M. Ghallab reçoit à chaque fois une trentaine de réponses. Après une présélection et une évaluation finale, un tiers des projets environ sont retenus et profitent alors de l’aide de Robea. Celle-ci est avant tout financière : "en moyenne, un projet reçoit 100 000 euros répartis sur deux ou trois ans, explique Malik Ghallab. Cependant, l’apport de Robea n’est pas que pécuniaire : chaque projet est en effet suivi avec attention par un membre du comité scientifique. Enfin, les journées annuelles Robea sont l’occasion pour tous les chercheurs concernés de se retrouver et de partager leurs avancées."
Aujourd’hui, après trois appels à proposition et 98 projets soumis, 32 ont reçu le soutien de Robea. Pour multiplier ses chances d’être élu, un projet se doit de constituer une avancée dans une thématique privilégiée par le programme. Parmi les orientations prioritaires, les recherches sur les fonctions sensori-motrices, l’autonomie ou les interactions hommes/ robots sont souvent les bienvenues (voir encadré). Néanmoins, tout projet a sa chance, pour peu qu’il contribue réellement à l’avancée de la robotique. En témoignent la sélection en 2002 du projet Robocoq qui verra la conception d’un robot caille ou encore en 2003 du projet Robot- Anguille, un prototype qui reproduira la biomécanique de la nage de ce poisson.
En tout, ce sont 250 équipes qui participent au programme Robea, regroupées sur une centaine de laboratoires. Actuellement, Robea soutient essentiellement des projets d’importance moyenne. Mais beaucoup, dont Malik Ghallab, espèrent passer bientôt à l’étape suivante : "trois ou quatre plateformes pourraient cristalliser chacune quatre à cinq projets de la taille actuelle, milite le chercheur. C’était l’une des grandes réussites du programme Ara au milieu des années 80. Ces regroupements autoriseraient une synergie des recherches et nous feraient progresser bien plus vite. J’ai bon espoir pour la suite." Et l’optimisme du passionné n’est pas déraisonné si l’on considère l’essor de la collaboration internationale en robotique : la coopération européenne va grandissante, comme l’atteste la préparation de l’appel «Beyond robotics» du 6ème Programme cadre de recherche et développement de l’Union européenne. Seize ans après, Robea marche dignement sur les traces d’Ara.
En Savoir +
Contacts :
Malik Ghallab, Laas, Toulouse, malik.ghallab@laas.fr
Site Web de Robea :
Les thématiques prioritaires en 2003
  1. Compréhension de scènes
  2. Planification, supervision et décision
  3. Apprentissage
  4. Interaction avec l’homme
  5. Manipulation dextre
  6. Modélisation de l’environnement, mobilité et navigation autonome
  7. Comportement collectif et coopération
  8. Architectures critiques
  9. Conception de systèmes robotiques
  10. Cognition et réflexivité