Communiqué de presse

Le CNRS signe l'accord franco-italien de création du consortium EGO "European Gravitational Observatory"

Paris, le 11 décembre 2000

 
Geneviève Berger, directrice générale du CNRS et Enzo Iarocci, président de l'Istituto Nazionale di Fisica Nucleare, se rencontrent à Pise le 11 décembre 2000 pour signer l'acte de naissance du consortium franco-italien EGO (European Gravitational Observatory). Cette structure juridique sera en particulier chargée de l'exploitation de Virgo, antenne de détection des ondes gravitationnelles.

Né au début des années 80, le projet Virgo vise à établir expérimentalement l'existence des ondes gravitationnelles, prédite par Albert Einstein dans le cadre de la théorie de la relativité générale. Au CNRS, ce projet réunit les compétences de l'Institut national de physique nucléaire et de physique des particules - IN2P3, de l'Institut national des sciences de l'univers - INSU, du département Sciences physiques et mathématiques et du département Sciences pour l'ingénieur.

L'expérience Virgo nécessite la construction d'un grand interterféromètre ultrasensible pour observer directement le rayonnement gravitationnel. Cet appareil constitue un véritable défi technologique puisqu'il permettra de détecter une variation relative de longueur de 10-21 sur 1 milliseconde ce qui revient à mesurer la distance de la Terre au Soleil à l'épaisseur d'un atome près ! Cette construction s'achève actuellement à Cascina près de Pise. L'enjeu est d'importance puisqu'il s'agit, à terme, de recueillir des informations directes sur les évènements violents qui se produisent dans l'Univers
(explosion de super novae, effondrements d'étoiles ou de trous noirs doubles) ainsi que sur les premiers instants de l'Univers.

L'objet du Consortium est de promouvoir la recherche dans le domaine de la gravitation en Europe. Il a en particulier pour objectifs :

  • d'assurer l'achèvement de la construction de l'antenne Virgo, son fonctionnement, son entretien et son exploitation ;
  • de promouvoir une coopération ouverte en recherche et développement ;
  • d'effectuer toute autre recherche dans le domaine de la gravitation présentant un intérêt commun pour les membres ;
  • de promouvoir la coopération dans le domaine de la recherche expérimentale et théorique des ondes gravitationnelles en Europe.
  • de promouvoir les relations entre scientifiques et ingénieurs, la diffusion de l'information et la formation avancée des jeunes chercheurs.

    Le choix de la structure juridique s'est porté sur celle d'un consortium de droit italien, du même type que la société civile de droit français mise en œuvre au synchrotron européen de Grenoble (ESRF).

    Le consortium EGO est créé pour une période initiale de dix ans et peut être automatiquement prorogé par périodes de cinq ans.




    Contacts presse CNRS :
    Martine Hasler
    Tél : 01 44 96 46 35
    Mél : martine.hasler@cnrs-dir.fr

    Contact IN2P3 :
    Geneviève Edelheit
    Tél : 01 44 96 47 60
    Mél : genevieve.edelheit@cnrs-dir.fr

     

     
  •