Communiqué de presse

Maurice Godelier, anthropologue,
Médaille d'Or du CNRS pour l'année 2001

Paris, le 20 septembre 2001

 
La direction générale du CNRS vient d'attribuer la Médaille d'Or du CNRS pour l'année 2001 à Maurice Godelier, directeur d'études de classe exceptionnelle à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales. Anthropologue de réputation internationale, Maurice Godelier est un spécialiste des sociétés d'Océanie. Entre 1967 et 1988 il a vécu parmi les Baruya, une tribu des hautes terres de la Nouvelle-Guinée à laquelle il a consacré de nombreuses enquêtes de terrain. Outre ses recherches sur l'Océanie, illustrées par de nombreuses publications et la production de films, Maurice Godelier a exploré plusieurs domaines essentiels, la part idéelle des rapports sociaux, la distinction entre l'imaginaire et le symbolique et récemment la distinction entre choses que l'on donne, choses que l'on vend, choses que l'on ne peut ni vendre ni donner. Mais il a également consacré une part importante de son activité à la politique scientifique. Il a été directeur scientifique au CNRS, responsable du département des Sciences de l'homme et de la société de 1982 à 1986. Il est actuellement membre du Conseil national de la science et vice-président du Conseil national de coordination des sciences de l'homme et de la société. Il est par ailleurs chargé par le Premier ministre d'une mission pour dresser l'état des lieux des sciences humaines et sociales en France et promouvoir leur développement dans le cadre de la construction de l'Espace européen de la recherche.

Maurice Godelier est né le 28 février 1934 à Cambrai. Entré premier à l'Ecole normale supérieure de Saint Cloud, il est agrégé de philosophie, licencié en psychologie et licencié en lettres modernes. Il entre à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes en qualité de chef de travaux auprès de Fernand Braudel puis devient maître-assistant de Claude Levi-Strauss, alors professeur d'anthropologie au Collège de France. En 1975, il est nommé directeur d'études à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales.

Philosophe de formation, Maurice Godelier s'est très vite intéressé à l'économie. Dès 1966, il publie chez Maspero un ouvrage consacré à la notion de Rationalité et irrationalité en économie. Il est alors en France l'un des fondateurs de l'anthropologie économique.

La carrière de chercheur de Maurice Godelier sera profondément marquée par sa rencontre avec les Baruya, une société sans classes et sans état, découverte par les australiens en 1951 et caractérisée par une très forte inégalité entre les sexes et de nombreuses institutions au service de la domination masculine. Il a pu observer et analyser les transformations de cette société d'agriculteurs-chasseurs qui, très rapidement, est entrée dans l'économie de marché, s'est retrouvée intégrée dans un état imposé par l'occident et exposée au prosélytisme missionnaire des églises chrétiennes. Mais parallèlement à ces recherches liées au terrain, Maurice Godelier a exploré plusieurs domaines essentiels pour le développement des sciences sociales : Une réflexion sur les composantes " idéelles " des rapports sociaux, sur la distinction nécessaire entre l'imaginaire et le symbolique, sur la part du corps dans la constitution du sujet social et plus récemment sur la distinction entre les choses que l'on vend, les choses que l'on donne et celles qu'il ne faut ni vendre ni donner mais transmettre.

Ces travaux ont donné lieu à la publication d'une série d'ouvrages, traduits pour la plupart dans de nombreuses langues. Citons :
- La production des Grands Hommes. Pouvoir et domination masculine chez les Baruya de Nouvelle Guinée. Ed. Fayard (1982). Prix de l'Académie française.
- L'idéel et le matériel. Ed. Fayard (1984).
- L'énigme du don. Ed. Fayard (1996)
- La production du corps. Approches anthropologiques et historiques et Le corps humain, supplicié, possédé, cannibalisé. Textes rassemblés et édités par Maurice Godelier et Michel Panoff. Amsterdam, Archives contemporaines (1998).

Maurice Godelier a collaboré en tant que conseiller scientifique à la réalisation de plusieurs films sur les Baruya : Planète Baruya (1976), réalisé par le cinéaste australien Ian Dunlop, ainsi que les deux films réalisés par Marek Jablonko et Stephen Olsson, cinéastes, et Allison Jablonko, anthropologue (Etats-Unis) : To find the Baruya story et Son nom est venu avec des flèches (1982).

Il est également l'auteur avec Jacques Kerchache d'un cédérom :
- Chefs d'œuvre et civilisations - Afrique, Asie, Océanie, Amériques qui a reçu en 2000 le "Best of" des cédérom culture ainsi que l'Eurêka d'Or.

Il a par ailleurs publié plus de deux cents articles dans différentes revues françaises et étrangères.

Outre son activité de chercheur, Maurice Godelier s'est toujours impliqué fortement dans la politique scientifique. En 1982, Jean-Pierre Chevènement alors ministre de la Recherche et de l'industrie, le charge d'une mission destinée à faire des propositions de réformes des sciences humaines et sociales en France. Ses propositions sont présentées dans un rapport de 600 pages intitulé : Les Sciences de l'Homme et de la Société en France. Analyse et propositions pour une politique nouvelle. La Documentation française (1982). Elles préconisent la fin de la division entre humanités et sciences sociales et la création d'un unique département scientifique au CNRS : le département des Sciences de l'homme et de la société. Maurice Godelier en devient le directeur de 1982 à 1986. En 1995, il crée le Centre de recherche et de documentation sur l'Océanie (CREDO) qu'il dirige jusqu'en 1999. De 1997 à 2000, il est directeur scientifique du Musée du Quai Branly.

Maurice Godelier est Officier de la Légion d'Honneur. Il est lauréat du Prix de l'Académie française (1982) et du Prix international Alexander von Humboldt en sciences sociales (1990).


Contact :
Maurice Godelier, EHESS
Tél. : 01 49 54 25 80
Mél : Godelier@ehess.fr

Contact département des Sciences de l'homme et de la société du CNRS :
Annick Ternier
Tél. : 01 44 96 43 10
Mél : annick.ternier@cnrs-dir.fr

Contact presse CNRS :
Martine Hasler
Tél. : 01 44 96 46 35
Mél : martine.hasler@cnrs-dir.fr