CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
PartenariatsAccueil Direction des partenariats : Centre National de la reherche scientifique
  
les partenariats

Actualités

Signature d’un accord-cadre entre le CNRS et l'IFREMER - 18 décembre 2018

Antoine Petit, président-directeur général du CNRS et François Houllier, président-directeur général de l’IFREMER © CNRS

La conclusion de l’accord entre le CNRS et l’Ifremer scelle un partenariat contractuel entre les deux organismes qui a débuté en 1992 et qui a donné lieu à de nombreuses et fructueuses collaborations. Cette signature a pour ambition de favoriser une plus grande concertation autour de leurs stratégies scientifiques, aussi bien au niveau régional que national ou européen.

Elle vise à renforcer la synergie des deux Parties autour des sciences de la mer et du littoral, en profitant des savoir faires spécifiques et complémentaires de chacune, et notamment dans le cadre de la construction des dispositifs dédiés à l’observation et des infrastructures de recherche au niveau français et international.

Le CNRS et Ifremer collaborent particulièrement dans les domaines suivants :

• Comprendre les processus physiques et biogéochimiques à l'œuvre dans l’océan : variabilité spatio-temporelle des phénomènes (par l’observation et la modélisation) et dynamique et impacts de l’évolution de l’océan physique à l’horizon 2100;

• Disposer d’une vision intégrée du Système Terre (cycles et interfaces) : continuum terre mer, littoral, interface océan-lithosphère et évènements extrêmes;

• Relever les défis sociétaux ayant trait à l’océan dans le contexte du changement global : océanographie opérationnelle, gestion adaptative des écosystèmes marins (évolution, préservation), droit et économie;

• Biodiversité et écosystèmes marins : diversité, structure et dynamique des populations et des communautés, connectivité;

• Développer la recherche et la valorisation sur les biotechnologies marines;

• Qualité du milieu marin : encourager les approches en écotoxicologie notamment l’impact sur les organismes marins des polluants émergents, des micro-algues toxiques, mais aussi les effets des pollutions diffuses et du multi-stress.

Outre des structures de recherche et service pilotées conjointement, le CNRS et l'Ifremer sont également associés au travers d’autres types de collaborations, grands programmes scientifiques (EC2CO, LEFE, MISTRAL), la définition de projets en Arctique, ou encore des infrastructures de recherche telles Euro-Argo ou EMSO.

Enfin, L’IFREMER et le CNRS président ensemble à la mise en œuvre de la FOF. Longtemps réalisée à travers une UMS dédiée, la gestion de la flotte hauturière et côtière est maintenant intégralement gérée par l’IFREMER qui s’appuie pour cela sur l’armateur GENAVIR, un GIE IFREMER/CNRS/MESR

Cet accord permet également d’harmoniser les modalités de fonctionnement des unités communes et d'établir des règles de principes relatives à la gestion des contrats et à la valorisation.

Signature d’une convention de site entre le CNRS et 7 établissements de l’ESR rennais

Le 12 novembre 2018, le CNRS et sept établissements d’enseignement supérieur et de recherche du site Rennes ont signé une convention de site sur le campus de Beaulieu.

Cette convention, d’une durée de 5 ans (2017–2021), vise à formaliser le partenariat dans le développement des activités de recherche relevant d’une politique scientifique partagée d’une part et d’autre part dans la mise en œuvre de ces activités au sein des structures de recherche communes.

La signature de cette convention, intervient dans le contexte de la structuration du site académique rennais qui doit aboutir à la création en 2019 d’une grande université de recherche et de formation reconnue et visible à l’échelle européenne et internationale : l’Université de Rennes (UNIR).

Le site de Rennes regroupe plus de 1 100 chercheurs et enseignants-chercheurs et 400 personnels administratifs et techniques au service de la recherche. Plusieurs secteurs d’excellence confèrent au site rennais son attractivité et structurent le partenariat sur le site : Mathématiques, Sciences du numérique, Sciences de la matière (matière, molécules, matériaux), Sciences de l’environnement, Sciences biologiques et Sciences humaines et sociales.

La mise en œuvre de ce partenariat se concrétise par l’harmonisation et la concertation en matière d’affectation des ressources ; le soutien aux procédures permettant aux enseignants-chercheurs de se consacrer plus intensément à leur activité de recherche sur des périodes déterminées (congés thématiques, accueil en délégation) ; l’action concertée en matière de formation à et par la recherche (doctorat notamment); l’application d’une signature unique des publications scientifiques issues des structures communes afin de donner une meilleure visibilité aux recherches et établissements rennais ; enfin, la définition de principes généraux acceptés par tous pour la gestion de l’activité contractuelle et la valorisation des travaux de recherche.

Le CNRS et IFP Energies nouvelles renouvellent leur partenariat de recherche

Jeudi 20 septembre, Antoine Petit, Président-directeur général du CNRS, et Didier Houssin, Président d’IFP Energies nouvelles (IFPEN), ont signé le renouvellement de l’accord-cadre qui régit leur partenariat. Par ce renouvellement, les deux organismes réaffirment leur volonté de pérenniser et renforcer leurs actions de coopération conduites avec succès depuis déjà de nombreuses années.

En effet, les liens entre les deux établissements sont anciens et se sont consolidés au fil du temps. C’est en 1980 que débutait la collaboration entre IFPEN et le CNRS par un partenariat dans le domaine de la chimie et de la catalyse et en 1984 était signé le premier accord cadre.

Cet accord-cadre vise, comme le précédent, à définir les principes généraux régissant les collaborations, notamment celles sur des projets de recherche ou sur le montage de thèses et de post-doctorats communs. Aujourd’hui, IFPEN et le CNRS engagent ensemble 20 à 30 thèses et post-docs par an, soit 65 thèses communes en cours. Par ailleurs, les équipes IFPEN participent à plus d’une dizaine de Groupements de Recherche (GdR) du CNRS qui permettent aux chercheurs des deux organismes de se rencontrer régulièrement. Mais l’accord-cadre a pour ambition d’aller encore plus loin avec le projet de création d’un laboratoire commun de recherche dans le domaine des matériaux pour l’énergie.

«Nous sommes très heureux de poursuivre et renforcer notre partenariat stratégique très complémentaire avec le CNRS. Il est essentiel pour nous de pouvoir collaborer avec des équipes d’excellence scientifique pour irriguer le processus d’innovation.», a affirmé Didier Houssin.

«La longévité des relations entre IFPEN et le CNRS repose sur des objectifs scientifiques communs notamment dans les domaines de la mobilité durable, des énergies nouvelles et des hydrocarbures responsables. Nous construisons ensemble le paysage énergétique de demain.» a précisé Antoine Petit, président-directeur général du CNRS.

Contact presse

Tel. : 01 47 52 62 07

presse@cnrs.fr

 

Contact presse IFPEN

Tel. : 01 47 52 62 07

presse@ifpen.fr

 

Signature de l’accord-cadre entre l’Inserm et le CNRS - 23 octobre 2017

Le 23 octobre 2017 l’Inserm et le CNRS ont signé un accord cadre de partenariat pour une durée de 5 ans.

No No

Alain Fuchs, Président du CNRS et Yves Lévy, Président Directeur-Général de l’INSERM
© CNRS Photothèque/ Francis Vernhet © Inserm/ François Guénet

La conclusion de cet accord marque la restauration d'un partenariat contractuel entre les deux organismes qui a débuté en 1988 et qui a donné lieu à de nombreuses et fructueuses collaborations entre deux des plus grands établissements français de recherche scientifique. Cette signature a pour ambition de favoriser une plus grande concertation autour de leurs stratégies scientifiques, aussi bien au niveau régional que national ou européen. Il doit également permettre la définition d'une politique commune en matière de valorisation et de transfert de technologie.

Avec soixante-neuf structures de recherche et service pilotés conjointement, le CNRS et l'Inserm collaborent principalement dans les domaines de la biologie et de la santé, autour d’axes scientifiques partagés au sein des ITMO de l’Alliance Aviesan :

- Bases moléculaires et structurales du vivant

- Biologie cellulaire, développement et évolution

- Cancer

- Génétique, génomique et bioinformatique

- Immunologie, inflammation, infectiologie et microbiologie

- Neurosciences, sciences cognitives, neurologie, psychiatrie

- Physiopathologie, métabolisme, nutrition

- Santé publique

- Technologies pour la santé

Parallèlement à ces collaborations déjà structurées, le CNRS et l'Inserm souhaitent approfondir et promouvoir des actions communes interdisciplinaires, pouvant s'appuyer sur l'ensemble des disciplines portées par le CNRS au-delà des sciences de la vie, par exemple dans le champ de la médecine réparatrice ou de la modélisation ou de traitement de grandes masses de données biologiques et de santé.

Ils sont également associés au travers d’autres types de collaborations, par exemple dans des infrastructures Nationales particulièrement en Biologie Santé dans le cadre du Programme d’Investissement d’Avenir.

Par ailleurs, cet accord a vocation à décliner les différents modes de coopération entre les deux institutions et à harmoniser les modalités de fonctionnement des unités communes quelle que soit leur forme : unités de recherche et de service, équipes de recherche labellisées par l’un ou l’autre organisme.

Enfin, dans le champ de la valorisation et du transfert, cet accord précise les bonnes pratiques que le CNRS et l’Inserm partagent et mettent en œuvre. Il permet également d’articuler les priorités stratégiques des deux organismes en la matière et ce pour le bénéfice de l’efficacité du transfert vers le monde socio-économique.

 

Renouvellement de l’accord-cadre entre l’IRD et le CNRS

L’IRD et le CNRS ont renouvelé leur partenariat pour une durée de 5 ans lors d’une cérémonie de signature le lundi 5 décembre 2016.

Crédit : CNRS

Alain Fuchs, Président du CNRS et Jean-Paul Moatti, Président Directeur-Général de l’IRD
© CNRS

Avec 47 structures de recherche en commun et plus de 50 collaborations à l’international, ce nouvel accord-cadre s’inscrit dans la lignée d’un partenariat riche et diversifié qui unit les deux organismes depuis 1983. Le CNRS et l’IRD souhaitent ainsi poursuivre cette coopération par la définition d’objectifs stratégiques partagés, le développement de programmes d’action globale et le renforcement des synergies sur le territoire national, à l’outre-mer, et à l’international. A cet égard, Jean-Paul Moatti, Président Directeur-Général de l’IRD, souligne que "cette nouvelle convention permet au CNRS et à l’IRD de s’organiser pour parler ensemble, d’une seule voix, à l’international".

Par ce nouvel accord, le CNRS et l’IRD réaffirment leur exigence de l’excellence scientifique, au travers des progrès de la connaissance dans tous les domaines de la recherche, au partage et à la valorisation des résultats de la recherche. Face aux grands défis que doivent relever nos sociétés modernes et aux progrès scientifiques et technologiques, ce partenariat doit permettre de répondre aux priorités définies par les organisations internationales (notamment l’Assemblée générale des Nations Unies) et aux thèmes inscrits dans les Objectifs de développement durable, dont :

  • le changement climatique, ses mécanismes et ses conséquences en particulier sur les ressources en eau et en sols ;
  • la biodiversité (continentale et marine), sa préservation, ses usages ;
  • la santé de la mère et de l’enfant, la santé de la reproduction, la santé publique ;
  • les questions énergétiques ;
  • les questions d’identités culturelles et religieuses.

Des objectifs qui, comme l’a souligné Alain Fuchs, Président du CNRS, « transcendent l’organisation traditionnelle de la recherche et rendent d’autant plus précieuse la coopération entre organismes ».

Pour en savoir plus : Voir le site web de l’IRD

 

Renouvellement de l’accord-cadre entre le Ministère de la Culture et de la Communication et le CNRS

Le Ministère de la Culture et de la Communication et le CNRS ont renouvelé leur partenariat à l’occasion du colloque « Nouvelles dynamiques pour la recherche culturelle » qui s’est tenu les 21 et 22 avril au Musée national de l’histoire de l’immigration, à Paris.

Outil majeur du développement et de mise en œuvre de la politique en matière de recherche culturelle et artistique, ce nouvel accord-cadre, couvrant la période 2016-2020, s’inscrit dans la lignée du partenariat initié entre les deux institutions en 1992 et régulièrement renouvelé. Au travers de cette nouvelle convention, le MCC et le CNRS souhaitent renforcer leur collaboration et contribuer à la valorisation et la diffusion des résultats de la recherche et de formes de participation de la société à la production artistique, culturelle et scientifique.

Ce dispositif permettra de développer de nouvelles coopérations européennes et internationales autour de thématiques transversales et interdisciplinaires, favorisant l’intégration dans les projets de recherche scientifique, de la culture, des arts et la création, de l’histoire, l’archéologie et le patrimoine, ainsi que des technologies de l’information et de la communication.

Le partenariat Ministère de la Culture et de la Communication – CNRS en chiffres : 34 unités de recherche communes, dont 21 en cotutelles, impliquées dans de nombreux projets de collaboration de recherche dont 12 LABEX et 2 EQUIPEX.

Pour en savoir plus

Renouvellement de l’accord-cadre entre le CNRS et Météo-France - 5 janvier 2016

Le CNRS et Météo-France ont signé un accord le 5 janvier 2016, pour une durée de cinq ans, visant à renforcer leur coopération scientifique et technologique dans les domaines de la météorologie, de l’étude du climat et de la physique de l’atmosphère. Cet accord a également vocation à décliner les différents modes de collaboration entre les deux institutions, à harmoniser les modalités de fonctionnement des unités communes et à établir des règles de principes relatives à la gestion des contrats et à la valorisation, notamment par la création d’un comité ad hoc.

Par ailleurs, le conventionnement des programmes nationaux a été simplifié par l’élaboration et la signature d’une convention pluriannuelle (5 ans) passée par l’INSU et Météo-France.

Crédit : CNRS

Jean-Marc Lacave, Président-Directeur Général de Météo-France (à gauche) et Alain Fuchs, Président du CNRS (à droite). Crédit : CNRS

Par ailleurs, le conventionnement des programmes nationaux a été simplifié par l’élaboration et la signature d’une convention pluriannuelle (5 ans) passée par l’INSU et Météo France.

Pour en savoir plus

Accueil du Sitecontactimprimer Plan du sitecredits