Accueil du site > La Direction Europe de la recherche et coopération internationale > Actualités




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Création de deux Laboratoires Internationaux Associés (LIA) en sciences biologiques, respectivement en Belgique et en Suisse, avec des équipes de Lille

6 janvier 2017

Suisse  : Le LIA DIAGENIL associe 3 équipes, qui collaborent ensemble depuis plus de 15 ans : un laboratoire commun au CNRS et à l’Université de Lille 2 Droit et Santé et deux autres équipes de l’Université de Lausanne.

Il est coordonné par le Professeur Philippe FROGUEL, Directeur du laboratoire de “Génomique intégrative & modélisation des maladies métaboliques” à Lille et le Professeur Gérard WAEBER, Chef du Service de Médecine Interne, Centre Hospitalier Universitaire Vaudois-Université de Lausanne.

Le programme scientifique du LIA DiaGenIl permettra d’identifier et de mieux cerner l’influence génétique et le rôle des ARNs non-codants sur le développement du diabète et des maladies associées, en se basant sur la cohorte populationnelle lausannoise.


Belgique : Le LIA GLYCOLAB4CDG institutionnalise un partenariat de dix ans entre le CNRS, l’Université Lille 1 - Sciences et Technologies et la Katholieke Universiteit Leuven (KU Leuven), et co-financé par le Fonds Wetenschappelijk Onderzoek – Vlaanderen, Belgique.

Ce LIA repose sur la synergie et la combinaison des expertises complémentaires en glycobiologie, génétique moléculaire et génomique de deux laboratoires. L’équipe de recherche en Mécanismes moléculaires de la N-glycosylation et des maladies associées de François Foulquier, de l’Unité de glycobiologie structurale et fonctionnelle (UMR8576 – CNRS – Université Lille 1) d’une part, et le Laboratoire de Diagnostics moléculaires de Centre de Génetique humaine de KU Leuven, dirigée par Gert Matthijs d’autre part.

Il met à profit la découverte de nouvelles déficiences génétiques pour la découverte des mécanismes moléculaires et cellulaires précis de la glycosylation et pour le dépistage et la caractérisation de patients atteints de maladies congénitales de glycosylation. In fine, ces découvertes pourront être à même de proposer des pistes thérapeutiques pour le soin des patients.