Accueil du site > La Direction Europe de la recherche et coopération internationale > Actualités




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Le CNRS en Australie : une coopération en structuration forte

24 mai 2018

Du 1er au 3 mai, lors de la visite d’Etat du Président de la République en Australie, accompagné de la Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, la coopération scientifique franco-australienne fut l’un des axes de discussion, auquel le CNRS apporte une importante contribution.

À cette occasion, Patrick Nédellec, directeur de la DERCI (Direction Europe de la Recherche et Coopération Internationale) a pu rencontrer les principaux partenaires du CNRS et tracer avec eux les grandes lignes d’une coopération en forte structuration, notamment à travers la signature de quatre accords.

Cette coopération, à ce jour, se concrétise par la poursuite de travaux de recherche communs dans le cadre de 8 LIA, avec certaines des plus importantes universités australiennes : Australian National University en mathématiques et en chimie, University of Melbourne en physique, informatique et biologie ou Macquarie University en photonique et en biologie. Cette visite a également permis de formaliser une coopération en cours avec Deakin University et University of Tasmania sur un cancer contagieux qui atteint les diables de Tasmanie ; de même elle a été l’occasion de confirmer l’intérêt croissant que les laboratoires du CNRS ont à travailler sur l’énergie solaire (production, stockage etc…) avec l’University of New South Wales.

Les nombreuses actions en cours entre les chercheurs du CNRS et leurs collègues australiens sont le reflet de la forte dynamique positive entre les deux pays, qui s’est vue renforcée depuis la signature de l’accord de défense entre la France et l’Australie, concrétisé par la vente de 12 sous-marins en avril 2016. Depuis, les universités australiennes et françaises sont à la recherche de synergies sur un grand nombre de domaine de recherche, pas seulement liés à la défense d’ailleurs. Les laboratoires du CNRS sont en première ligne et bénéficient à plein de cette dynamique positive.

Enfin, à la fin de l’année 2018, sera organisé le prochain Joint Science and Technology Meeting (JSTM), réunion de haut niveau entre la France et l’Australie qui permettra d’établir une feuille de route scientifique pour les années à venir. Le CNRS, impliqué de manière non négligeable dans la coopération scientifique avec l’Australie dans un grand nombre de domaines, a déjà contribué aux premières discussions qui ont eu lieu pour la préparation de cette feuille de route.

Enfin, dans le cadre de son discours stratégique, le Président Macron a défini les grands thèmes de ce que serait un axe Indo-Pacifique, notamment en matière de recherche et d’innovation. Le déploiement d’un axe qui passerait par Singapour entre complètement en résonance avec le renforcement des activités et de la présence du CNRS dans cette zone du monde. Il a été souligné les grandes thématiques d’intérêt commun aux deux pays, tels que par exemple la protection des récifs coralliens ou l’énergie. Ces thématiques, qui ont été abordées par la Ministre Frédérique Vidal et ses interlocuteurs australiens en vue de l’organisation du JSTM, impliquent l’accroissement de la coopération des laboratoires du CNRS et de ses partenaires universitaires français, qui devraient être en mesure de faire un certain nombre de propositions, à l’occasion du prochain JSTM, à la fin de l’année 2018.

Visite de la délégation française à l’University of New South Walescenter