Un nouvel herbicide d’origine naturelle

Chimie
Environnement

Des chercheurs du CNRS, de l’École polytechnique et de Sorbonne Université1 viennent de mettre en évidence le caractère phytotoxique d’une molécule naturelle, la radulanine A. Ce composé est produit par les hépatiques, des plantes (mousses) qui pourraient l’utiliser dans leur compétition vis-à-vis des autres espèces végétales. Il pourrait être exploité par l’Homme pour son effet herbicide. Ces résultats sont publiés dans la revue Chemistry A European Journal le 29 avril 2019.

La chimie de synthèse a permis de rendre la radulanine A facilement disponible pour les scientifiques alors qu’il aurait été plus difficile de l’extraire en grande quantité à partir de la source naturelle. Pour identifier son effet, les chercheurs et chercheuses l’ont placée dans le substrat de culture de plantules2 d’une plante modèle considérée comme une mauvaise herbe en agriculture. Ils ont observé que celles-ci jaunissaient rapidement puis mourraient, prouvant de fait l’effet herbicide de la radulanine A, à une dose active proche de celle du glyphosate, l'herbicide de référence.

Si les potentiels effets toxiques de cette molécule vis-à-vis de l’Homme et de l’environnement n’ont pas encore été testés, celle-ci pourrait avoir un plus faible impact environnemental que les herbicides de synthèse actuellement utilisés.

Une demande de brevet a été déposée. Pour la suite de leurs travaux, les scientifiques envisagent d’étudier les mécanismes de l’effet herbicide de la radulanine A et de mieux cerner les espèces végétales qui en seraient la cible.

 

  • 1. Ces scientifiques font partie du Laboratoire de synthèse organique (CNRS/École polytechnique /ENSTA), du laboratoire « Molécules de communication et adaptation des micro-organismes » (MNHN/CNRS), du Laboratoire de biologie du développement (Sorbonne Université/CNRS) et du Laboratoire de chimie moléculaire (Ecole Polytechnique/CNRS)
  • 2. Jeunes plants suivant la germination
Bibliography

One-Pot Synthesis of Metastable 2,5-Dihydrooxepines Through Retro-Claisen Rearrangements: Methods and Applications. W. Zhang, E. Baudouin, M. Cordier, G. Frison et B. Nay. Chemistry A European Journal le 29 avril 2019

https://doi.org/10.1002/chem.201901675

Contact

Bastien Nay
CNRS researcher
Maxime Dos Santos
CNRS press officer