Logo image de fond
La lettre d'info des Instituts du CNRS
Flèche gauche Édition du 15/05/2018
En direct des labos

Nouvelles publications scientifiques, créations de laboratoires, annonces de prix, brevets... Avec "En direct des labos", retrouvez toutes les deux semaines des informations issues des instituts du CNRS et complémentaires des communiqués de presse.

Institut des sciences biologiques (INSB)

Comment ajuster la biogénèse d’un complexe multiprotéique

Vignette

Si de nombreuses activités cellulaires mettent en jeu des édifices protéiques formés de plusieurs sous-unités, les régulations contrôlant leur homéostasie restent mal connues. Des chercheurs de l’Institut Jacques Monod ont utilisé le complexe du pore nucléaire (NPC) comme paradigme pour déchiffrer les mécanismes qui assurent la biogénèse de tels assemblages, et maintiennent leur stœchiométrie. Leurs travaux, publiés dans la revue Nature communications, révèlent une boucle de régulation par laquelle la biogénèse des sous-unités du NPC est ajustée en fonction de l’intégrité du complexe.

Domestication, diversité et évolution à la lumière de 1 011 génomes de levure

Vignette

Dans le cadre d’un projet du programme France Génomique, des chercheurs ont généré une carte génétique très détaillée chez la levure Saccharomyces cerevisiae. Le séquençage complet de 1 011 isolats naturels ainsi que leur caractérisation phénotypique a permis d’avoir l’une des meilleures compréhensions de la diversité génétique et phénotypes chez un organisme modèle eucaryote. Cette étude a été publiée dans la revue Nature.

L’effet domino dans les décisions collectives des bancs de poissons

Vignette

L’étude des mécanismes de coordination des mouvements et de propagation de l’information dans des bancs de poissons ou des nuées d’oiseaux, par exemple en cas d’attaque de prédateurs, est essentielle pour comprendre les bénéfices de la vie en groupe. Les chercheurs ont étudié et modélisé la propagation d’information dans des bancs de poissons lorsque ceux-ci changent collectivement la direction de leurs déplacements. Les résultats, publiés dans les Proceedings of the Royal Society B, montrent que chaque poisson imite le comportement d’un petit nombre de ses voisins et que ce mécanisme se propage de proche en proche à la manière d’un effet domino.

Les gènes impliqués dans l’infertilité masculine et féminine se dévoilent

Vignette

Une équipe de chercheurs de l'Institut pour l'avancée des biosciences vient de découvrir quatre nouveaux gènes impliqués dans l’infertilité. Ces travaux ont été publiés dans trois journaux, Nature CommunicationAmerican Journal of Human genetics et EMBO Molecular Medicine.

Un oscillateur biochimique pour réguler le moteur de la morphogenèse tissulaire

Vignette

La morphogenèse tissulaire est conduite par des forces biomécaniques générées par des moteurs moléculaires tels que la myosine. Grâce à l'imagerie cellulaire, à la modélisation mathématique et à l'optogénétique, les chercheurs du Centre de biologie intégrative de Toulouse montrent qu'un oscillateur biochimique contrôle la contractilité pulsatile de la myosine pour réguler l'allongement du follicule ovarien chez la drosophile. Ce travail a été publié le dans la revue Nature Communications.

Institut de chimie (INC)

Déformer un solide peut modifier sa mouillabilité… ou pas !

Vignette

Automne 2015, Leiden, Pays-Bas. Une conférence internationale voit naître une vive controverse : les résultats d’une expérience pionnière sur les élastomères, cette matière molle à la frontière entre liquides et solides, surprennent. Soumis à déformation, ces matériaux verraient leurs propriétés de surface varier. Trois ans plus tard, une étude franco-canadienne pourrait bien mettre fin à la polémique en montrant que les élastomères ne voient pas leur tension de surface se modifier quand ils sont soumis à une déformation, à l’inverse des solides cristallins et des verres, et contrairement à ce que prévoyait la première étude. Ce travail, fruit d’une collaboration internationale entre chercheurs de l’université de McMaster (Canada), du laboratoire Gulliver, et du Laboratoire ondes et matière d’Aquitaine est paru dans Nature Communications.

Implication des protéines transmembranaires dans l’exocytose : de nouvelles avancées

Vignette

Processus permettant la libération de nombreuses molécules produites par les cellules, telles que les hormones ou les neurotransmetteurs, l’exocytose est essentielle pour le fonctionnement et la régulation de notre organisme. Bien qu’étudié depuis le début des années 1970, ce processus n’a pas livré tous ses secrets. Pour cause, l’étape clé de l’exocytose – la formation d’un pore nanométrique et éphémère par fusion de deux membranes – n’est pas observable via les techniques de microscopie actuelles. Les chercheurs redoublent d’ingéniosité pour tenter de décrypter, à l’échelle moléculaire, les étapes de ce processus. Par une approche alliant biologie cellulaire, physicochimie, imagerie et électrophysiologie des membranes, Jochen Lang et ses collègues sont parvenus à préciser le rôle des protéines transmembranaires, surtout de leur partie intramembranaire, dans la fusion des membranes qui mène à la formation du pore et à la libération des molécules.

Le graphène ouvre des nano-fenêtres pour séparer l’oxygène de l’air

Vignette

Des chercheurs de l’Institut de recherche de chimie Paris et de l’université Shinshū (Nagano, Japon) ont montré que les défauts dans la structure du graphène, créant des nano-fenêtres au sein des feuillets du matériau, lui confèrent d’excellentes performances pour la séparation de l’oxygène de l’air, une séparation aujourd’hui coûteuse et polluante. Ces travaux sont publiés dans la revue Nature Communications.

Institut écologie et environnement (INEE)

La migration des oiseaux, une histoire d’énergie

Vignette

Les oiseaux migrent pour optimiser la balance entre apport et dépense énergétique, rapporte une étude publiée dans la revue Nature Ecology & Evolution. Cette règle s’applique également aux espèces non-migratrices et apporte une explication à la distribution globale de tous les oiseaux.

Quand des parasites du sexe influencent le microbiote

Vignette

Les arthropodes peuvent avoir leur reproduction perturbée par des microorganismes intracellulaires qui se transmettent de génération en génération. L’un des plus répandus de ces parasites du sexe est la bactérie du genre Wolbachia, célèbre pour les effets qu’elle induit sur ses hôtes. Chez les cloportes, cette bactérie favorise l’apparition de descendants femelles. Une récente étude, publiée dans Scientific Reports, montre que la présence de Wolbachia influence la composition du microbiote des hôtes et ce, quel que soit leur environnement. Cette étude souligne l’importance des interactions compétitives entre microorganismes au sein du microbiome.

Institut des sciences humaines et sociales (INSHS)

Communication employeur : se vanter n’est pas sans danger

Vignette

Au moment où les entreprises peinent à recruter et cherchent par tous les moyens à attirer des candidats, Karim Mignonac, professeur en management à l’université Toulouse 1 Capitole et membre de la Toulouse School of Management, met en garde contre les effets pervers d'une communication employeur trop flatteuse. Ses travaux ont fait l’objet d’un article publié dans la revue Journal of Management Studies.

Institut des sciences de l'ingénierie et des systèmes (INSIS)

Des procédés de nanotechnologies plus écologiques grâce au chitosane

Vignette

Si la lithographie s’est imposée pour façonner des substrats jusqu’aux échelles nanométriques, ses procédés sont plus ou moins respectueux de l’environnement. Avec GreenLitho, des chercheurs de l’Institut des nanotechnologies de Lyon, du laboratoire Ingénierie des matériaux polymères, de l’Institut de science des matériaux de Mulhouse et de l’Institut lumière matière, remplacent ces produits par de l’eau et du chitosane, un biopolymère issu de déchets agroalimentaires. Ces travaux sont publiés dans la revue SPIE Proceedings.

La rupture à grande vitesse du silicium monocristallin

Vignette


Le bris d’une glace ne laisse aucun doute, les matériaux fragiles éclatent à des vitesses fulgurantes et en des motifs complexes. Au-delà d’éviter sept ans de malheur, le phénomène intéresse de nombreux domaines, comme celui des cellules photovoltaïques. Des chercheurs du Laboratoire de mécanique des contacts et des structures ont ainsi étudié la rupture du silicium monocristallin, afin de mieux comprendre la vitesse et la morphologie des fissures. Ces travaux sont publiés dans la revue Nature Communications.

Institut national des sciences de l'Univers (INSU)

Émissions toxiques de sulfure d’hydrogène détectées par satellite et leurs forçages en milieu côtier

Vignette

Le sulfure d’hydrogène est un gaz toxique pour les ressources halieutiques, responsable de catastrophes écologiques naturelles (échouages massifs d’organismes marins sur les plages) et de pertes économiques importantes pour les pays riverains comme la Namibie et l’Afrique du Sud bordés par le système d’upwelling du courant océanique de Benguela. À l’aide de données satellitaires multi-capteurs, deux chercheurs du Laboratoire d’études en géophysique et océanographie spatiales ont mis en évidence l’importance relative des forçages locaux (vents) et à distance (courants et ondes) dans la formation de panaches de soufre à la surface de l’océan et amélioré la détection de ces panaches. Cette étude permettra à terme un suivi et une prévision par satellite de ces émissions toxiques amenées à s’intensifier en réponse au réchauffement global.

Pourquoi la monazite, minéral très radioactif, ne devient jamais amorphe à l’état naturel ?

Vignette

Une équipe internationale  vient d’expliquer l’apparente résistance à l’irradiation d’un minéral naturellement très radioactif, la monazite. Elle a démontré expérimentalement et pour la première fois dans la monazite, l’existence d’un mécanisme d’auto-cicatrisation des défauts. Ce mécanisme, appelé recuit-alpha, permet enfin d’expliquer pourquoi la monazite n'est jamais à l’état amorphe dans la nature, et ceci indépendamment de son histoire thermique. Ces recherches sont menées par une chercheuse CNRS du Laboratoire magmas et volcans, des chercheurs du CEA, de l’Institut de chimie séparative de Marcoule, du Forschungszentrum de Jülich (Allemagne) et du Oak Ridge National Laboratory (USA), ainsi que par des ingénieurs et techniciens CNRS de la plateforme SCALP/JANNuS-Orsay.

Réorientation d’un filon magmatique lors de la formation d’un cratère explosif typique du Massif Central

Vignette

La réorientation des filons magmatiques au cours de leur propagation est un mécanisme important qui peut conduire à la relocalisation des évents (sorties secondaires) d’un volcan. Une collaboration internationale impliquant un chercheur du Laboratoire magmas et volcans est parvenue, avec des méthodes numériques, à observer la génération de contraintes tectoniques compressives sous le cratère lors de son excavation, ce qui favorise une réorientation latérale des intrusions magmatiques. Ces modèles mettent ainsi à jour de nouveaux mécanismes expliquant à la fois la génération d’intrusions latérales liées à la réorientation des intrusions magmatiques dans la croûte, et la fragmentation explosive intra-cratère pendant le volcanisme phréatomagmatique qui survient lors de la rencontre entre le magma ascendant et de l’eau superficielle. Les cratères qui en découlent sont nombreux dans le Massif Central. Leurs travaux ont été publiés dans Nature Communications.

Directeur de la publication : Antoine Petit
Directrice de la rédaction : Brigitte Perucca
Responsable éditorial : Julien Guillaume
Secrétaires de rédaction : Priscilla Dacher, Véronique Étienne, Alexiane Agullo, Fabienne Arpiarian
Comité éditorial : Christophe Cartier Dit Moulin, Sophie Félix, Stéphanie Younès (INC) ; Floriane Vidal, Elodie Vignier (INEE) ; Marine Charlet-Lambert, Jean-Michel Courty, Marie Signoret (INP) ; Pétronille Danchin, Emmanuel Royer (INSMI) ; François Mercier, Perrine Royole-Degieux, Robin Lambert (IN2P3) ; Marina da Silva Moreira, Pierre Netter, Conceicao Silva, Jeremy Zuber (INSB) ; Armelle Leclerc, Nacira Oualli (INSHS) ; Muriel Ilous, Chloé Rimailho (INSIS) ; Victor Haumesser Savio, Laure Thiébault (INS2I) ; Dominique Armand, Géraldine Gondinet (INSU).