Les gènes jouent un rôle dans l'empathie

Biologie

Une nouvelle étude, menée par des chercheurs de l'Université de Cambridge, de l'Institut Pasteur, de l'université Paris Diderot, du CNRS et de la société de génétique 23andMe, suggère que notre empathie n'est pas seulement le résultat de notre éducation et de notre expérience, mais aussi en partie influencée par les variations génétiques. Ces résultats sont publiés dans la revue Translational Psychiatry le 12 mars 2018.

Télécharger le communiqué de presse : Image retirée.

Bibliographie

Genome-wide analyses of self-reported empathy: correlations with autism, schizophrenia, and anorexia nervosaTranslational Psychiatry, 12 mars 2018
Varun Warrier, Roberto Toro, Bhismadev Chakrabarti, the iPSYCH-Broad autism group, Anders D Børglum, Jakob Grove, the 23andMe Research Team, David A. Hinds, Thomas Bourgeron, and Simon Baron-Cohen.

Contact

Samira Techer
Assistante presse CNRS