Accueil > La recherche > Talents - Prix, distinctions > Médaille de l'innovation

Médailles de l'innovation du CNRS

La médaille de l'innovation du CNRS, créée en 2011, honore des recherches scientifiques exceptionnelles ayant conduit à une innovation marquante sur le plan technologique, thérapeutique ou sociétal et valorisant ainsi la recherche scientifique française. Chaque année, un jury décerne entre une et cinq médailles à des chercheurs et ingénieurs du CNRS, d'autres organismes de recherche, des universités et des grandes écoles, ou encore à des industriels très engagés dans des actions de recherche.

2013 | 2012 | 2011

Palmarès 2013 de la médaille de l'innovation du CNRS

En 2013, le jury de la médaille de l'innovation du CNRS, composé du directoire, des directeurs d'instituts de l'organisme, du directeur de l'innovation et des relations avec les entreprises du CNRS, des présidents des alliances de recherche, d'un représentant du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, de personnalités du monde de l'entreprise et du monde de la recherche, a choisi de récompenser :

Philippe Cinquin Ludwik Leibler Stéphane Mallat

Télécharger (5,3 Mo) ou feuilleter la plaquette de la médaille de l'innovation du CNRS.
Voir l'album photo des lauréats 2013 sur la photothèque du CNRS.

Philippe Cinquin

Portrait de Philippe Cinquin © CNRS-Phototheque / Cyril Fressillon

Phillippe Cinquin, 57 ans, est professeur et praticien hospitalier, directeur du laboratoire Techniques de l'ingénierie médicale et de la complexité – informatique, mathématiques et applications de Grenoble (CNRS / Université Joseph Fourier de Grenoble) et co-directeur du Centre d'investigation clinique – Innovation technologique de Grenoble (CIT803 INSERM / DGOS/ CHU de Grenoble).

Philippe Cinquin est un pionnier de la recherche sur les gestes médico-chirurgicaux assistés par ordinateur (GMCAO), qu'il a initiée à Grenoble en 1984, avec en particulier la contribution déterminante de ses collègues Jocelyne Troccaz et Stéphane Lavallée. Ce concept s'est développé autour de l'exploitation d'images multi-modales (échographie, IRM, etc.) et de systèmes de vision par ordinateur, pour une aide soit passive soit active (robotique) au praticien. Pour cela, il a dû résoudre des défis scientifiques et technologiques nombreux.

Ses travaux s'orientent actuellement sur la micro-nano-robotique médicale (fondée sur la miniaturisation des capteurs et des effecteurs pour des opérations de chirurgie endoscopique) et sur l'alimentation en énergie des dispositifs artificiels implantés (reposant sur le concept de biopiles au glucose, développées en partenariat étroit avec l'équipe de Serge Cosnier, directeur du département de chimie moléculaire – CNRS / Université Joseph Fourier de Grenoble). Philippe Cinquin est à l'origine du dépôt de 28 brevets et a contribué à la création de 10 start-up.

Un film réalisé par Marie Chevais, produit par CNRS Images (2013, 5 min) Notice du film

 

Lauréats

Ludwik Leibler

Portrait de Ludvick Leibler © CNRS-Phototheque / Emmanuel Perrin

Ludwik Leibler, 61 ans, est directeur de recherche de classe exceptionnelle au CNRS, directeur du laboratoire Matière molle et chimie et professeur associé à l'ESPCI ParisTech. Éclectique, physicien théoricien de formation, il a su développer des travaux fondamentaux de pionnier dans le domaine de la physique et chimie des polymères.

Mondialement connu pour ses contributions essentielles dans le domaine de la nano-structuration et dynamique des polymères, Ludwik Leibler a su nouer un dialogue permanant avec le monde industriel. Des collaborations étroites, allant jusqu'à la création d'un laboratoire mixte, avec des groupes tels qu'Arkema et Total ont contribué à des innovations de rupture. Ludwik Leibler a su inventer des matériaux complétement originaux en combinant une réflexion théorique profonde et le souci d'une exploitation industrielle quasiment intégrée dès la conception.

Une de ces dernières découvertes marquantes concerne les caoutchoucs supramoléculaires capables de s'auto-réparer, par simple contact après une déchirure complète. Une autre découverte récente concerne une nouvelle classe de matériaux organiques, les vitrimères. Réparables et recyclables, ils sont, comme le verre, façonnables, de manière réversible et à volonté, tout en restant insolubles, légers et résistants. Ludwik Leibler a déposé 47 brevets et publié 177 articles scientifiques.

Un film réalisé par Claude Delhaye, produit par CNRS Images (2013, 5 min) Notice du film

 

Lauréats

Stéphane Mallat

Portrait de Stéphane Mallat © DR

Stéphane Mallat, 50 ans, est mathématicien, professeur à l'École Polytechnique jusqu'en 2012, il est maintenant Professeur à l'Ecole Normale Supérieure de Paris. Ses premiers travaux de recherche se situaient en analyse harmonique, où il est un des pionniers qui ont introduit les bases orthogonales d'ondelettes et les représentations parcimonieuses. Cette théorie s'est appliquée dans de multiples domaines scientifiques et industriels. Il a notamment introduit des algorithmes de représentation et compression d'images par ondelettes, qui ont mené au standard international JPEG-2000. Stéphane Mallat a par la suite développé la théorie "bandelettes" permettant d'optimiser le codage des structures géométriquement régulières, avec des applications notamment pour l'amélioration de la qualtié des images satellitaires et médicales.
La valorisation de ces algorithmes mathématiques a donné lieux à la création de la start-up "Let It Wave," qu'il a dirigé. Elle est devenue une société de semi-conducteur fabriquant des millions de puces électroniques pour augmenter la résolution des images dans les téléviseurs haute définition. Ses recherches se concentrent actuellement sur les problèmes de classification automatique, au travers d'une nouvelle théorie sur les invariants par "scattering". Cela concerne la reconnaissance de paroles, musiques, images, données bio-médicales ou des "big data" provenant d'Internet. Son parcours de mathématicien appliqué est exemplaire : partant de travaux théoriques vraiment originaux, il a développé leurs applications jusqu'au transfert industriel, avec 10 brevets internationaux.

Un film réalisé par Marcel Dalaise, produit par CNRS Images (2013, 5 min) Notice du film