Les talents

Gérard Férey, Médaille d'or 2010 du CNRS

Au cours d'une cérémonie à la Sorbonne, Valérie Pécresse, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, a remis le 16 décembre 2010 la Médaille d'or du CNRS, plus haute distinction en France pour des travaux de recherche scientifique, à Gérard Férey, chimiste et architecte de la matière.

 

Gérard Férey

Gérard Férey - © CNRS Photothèque/
Frédérique Plas

Gérard Férey est chercheur en physico-chimie des solides et des matériaux inorganiques ou hybrides. Sa spécialité : concevoir des solides poreux hybrides capables notamment de stocker du CO2 ou des médicaments. Avec son équipe, il prédit et explique le comportement de ces nanomatériaux qui offrent une grande variété de propriétés et d'applications dans les domaines de l'énergie, du développement durable et de la santé. Membre de l'Académie des sciences et professeur émérite de l'Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ), Gérard Férey a été directeur adjoint du département des sciences chimiques du CNRS avant de créer et de diriger l'Institut Lavoisier de Versailles (UVSQ/CNRS).

Un architecte de la matière

Gérard Férey crée des matériaux intelligents en jouant avec les atomes, comme d’autres conçoivent de beaux édifices en travaillant la pierre. Chimiste de haut vol, ce Normand de 69 ans revendique en même temps le statut d’artiste. Pour s’en convaincre, un coup d’œil dans son bureau suffit : les livres d’art sont plus nombreux que ceux de chimie, les murs sont constellés de dessins et de gravures. « Je suis un grand admirateur de Michel-Ange », avoue-t-il de sa voix grave et légèrement voilée. D’ailleurs, s’il s’est lancé dans la chimie, c’est notamment par amour pour le dessin, qu’il a découvert enfant grâce aux enseignements d’un oncle instituteur bienveillant. « À l’échelle atomique, l’ordre de la matière est magnifique, s’enthousiasme-t-il. On dirait du Vasarely ! »

Et aussi

Médailles d'argent 2010
Médailles de bronze 2010
Cristal 2010