05/04/2012

L’élection présidentielle en librairie

Les ouvrages de sciences politiques, élection présidentielle oblige, fleurissent en librairie. De nombreux chercheurs associés à des laboratoires du CNRS analysent ce moment majeur de la vie politique française. Voici une sélection de ces parutions.

Le Choix de Marianne
La Solitude de l’isoloir
Les Partis politiques français
Le Vote des Français de Mitterrand à Sarkozy
 Les Mots des élections

Dans Le Choix de Marianne, le politologue Pascal Perrineau sonde « les attentes, les clivages et les lignes de partage qui vont donner sens au combat politique de la présidentielle ».
Fayard, 288 p. – 19 €

 

Pascal Perrineau a également codirigé, avec Luc Rouban, le livre La Solitude de l’isoloir, dans lequel une dizaine de chercheurs proposent leur lecture des thèmes qui vont alimenter le débat politique de ces élections : protection sociale, emploi, budget, laïcité…
Autrement, 186 p. – 19 €

 

Dans l’essai sur Les Partis politiques français, dirigé par Pierre Bréchon, les scientifiques explicitent les spécificités de chaque parti, leurs traditions idéologiques, les évolutions de leurs programmes et leur rôle dans le système politique.
La Documentation française, nouvelle éd., 212 p. – 14,50 €

 

Écrit par des universitaires nord-américains et par le sociologue français Bruno Cautrès, Le Vote des Français de Mitterrand à Sarkozy reprend des données accumulées durant les trois dernières décennies pour radiographier les comportements de l’électorat français.
SciencesPo. Les Presses, 302 p. – 26 €

 

L’abécédaire de Paul Bacot, Les Mots des élections, décrypte le vocabulaire des candidats, des élus, des citoyens, ceux de la lutte pour le pouvoir et de la compétition électorale.
Presses universitaires du Mirail, 128 p. – 10 €

 

Médias et élections
Minorités visibles en politique
La Rançon de la gloire
Petite histoire de l’expérimentation démocratique

Médias et élections, une étude dirigée par Isabelle Veyrat-Masson, présente les processus de circulation de l’information durant la campagne présidentielle de 2007.
L’Harmattan/INA Éditions, 250 p. – 24,50 €

 

L’ouvrage Minorités visibles en politique, dirigé par Ester Benbassa, s’interroge sur les populations que l’on qualifie en France de minorités, leur moindre participation aux scrutins de vote et le manque d’intérêt, en général, des politiciens à leur égard.
CNRS Éditions, 364 p. – 24 €

 

Dans son essai La Rançon de la gloire, la linguiste Marie Treps dresse un inventaire des surnoms donnés à nos hommes et femmes politiques. Aimables ou féroces, ces surnoms révèlent surtout le besoin humain de ramener ces élus dans la sphère des “gens comme tout le monde”.
Seuil, 158 p. – 13,50 €

 

Le politologue Yves Sintomer fait le point dans sa Petite histoire de l’expérimentation démocratique sur la pratique historique du tirage au sort en politique, inventée avec la démocratie à Athènes, et sur les expérimentations en cours dans le monde qui s’y rapportent.
La Découverte, 296 p. – 11 €

 

Médias et opinions publique
Le marketing politique
Internet et politique
Populismes : la pente fatale

Les trois nouveaux numéros des Essentiels d’Hermès, qui reprennent une sélection d’articles de la revue Hermès, offrent un précieux regard croisé sur les rapports entre communication et démocratie. Le premier, coordonné par Arnaud Mercier, analyse l’influence contrastée des médias sur l’opinion publique. Le second, coordonné par Thomas Stenger, expose les fondements du marketing politique et sa véritable influence sur l’électorat. Le troisième, enfin, coordonné par Alexandre Coutant, traite du rôle d’Internet dans les aspirations à la démocratie participative.
CNRS Éditions, Dominique Wolton (dir.), 80 p. – 8 € le volume

 

À noter, pour clore cette sélection, que le chercheur Dominique Reynié s’est vu attribuer, pour l’année 2012, le Prix du livre politique et le Prix des députés pour son ouvrage intitulé Populismes : la pente fatale, qui analyse les raisons de l’essor actuel des partis populistes et xénophobes en Europe.
Plon, 278 p. – 19,50 €

Frédérique Laubenheimer pour CNRS, le journal