Accueil > Espace actualités > Actualités > Vu à la une

Vu à la une

 

Mois : Février - Janvier -

Février

12/02/2016 - Vidéo du vendredi : Les nouveaux textiles dépolluants

Cette semaine découvrons l’équipe de l’institut de recherche sur la catalyse de Lyon. Ces chercheurs ont mis au point un tissu lumineux utilisant un procédé chimique dit de photocatalyse permettant de détruire certains polluants sous l'action de la lumière naturelle ou artificielle. La prochaine étape de production de ce textile dépolluant intelligent reste le passage à l'échelle industrielle. Plus...

12/02/2016 - Des robots humanoïdes dans les usines aéronautiques de demain

Développer des technologies de robotique humanoïde pour effectuer des tâches difficiles dans les usines aéronautiques, c'est le programme de recherche commun, d'une durée de quatre ans, du Joint Robotics Laboratory (CNRS/AIST)1 et d'Airbus Group. Il sera officiellement lancé le 12 février 2016 à l'ambassade de France à Tokyo2. L'introduction d'humanoïdes sur les lignes d'assemblage aéronautiques permettra de décharger les opérateurs humains des tâches les plus laborieuses ou dangereuses. Ils pourront ainsi se concentrer sur des tâches à plus forte valeur ajoutée. La principale difficulté pour ces robots sera de travailler dans un environnement exigu : comment réaliser certains mouvements sans entrer en collision avec les nombreux objets alentours ? C'est la première question à laquelle devront répondre les chercheurs, en développant de nouveaux algorithmes de planification et contrôle des mouvements précis. Plus...

11/02/2016 - Les ondes gravitationnelles détectées 100 ans après la prédiction d'Einstein

LIGO ouvre une nouvelle fenêtre sur l'Univers avec l'observation d'ondes gravitationnelles provenant d'une collision de deux trous noirs. Pour la première fois, des scientifiques ont observé des ondulations de l'espace-temps, appelées ondes gravitationnelles, produites par un événement cataclysmique dans l'Univers lointain atteignant la Terre après un long voyage. Cette découverte confirme une prédiction majeure de la théorie de la relativité générale énoncée par Albert Einstein en 1915 et ouvre une toute nouvelle fenêtre sur le cosmos. Les ondes gravitationnelles portent en elles des informations qui ne peuvent pas être obtenues autrement, concernant à la fois leurs origines extraordinaires (des phénomènes violents dans l'Univers) et la nature de la gravitation. La conclusion des physiciens est que les ondes gravitationnelles détectées ont été produites pendant la dernière fraction de seconde précédant la fusion de deux trous noirs en un trou noir unique, plus massif et en rotation sur lui-même. La possibilité d'une telle collision de deux trous noirs avait été prédite, mais ce phénomène n'avait jamais été observé. Ces ondes gravitationnelles ont été détectées le 14 septembre 2015, à 11h51, heure de Paris (9h51 GMT), par les deux détecteurs jumeaux de LIGO (Laser Interferometer Gravitational-wave Observatory) situés aux Etats-Unis – à Livingston, en Louisiane, et Hanford, dans l'Etat de Washington. Les observatoires LIGO sont financés par la National Science Foundation (NSF) ; ils ont été conçus et construits par Caltech et le MIT, qui assurent leur fonctionnement. La découverte, qui fait l'objet d'une publication acceptée par la revue Physical Review Letters, a été réalisée par la collaboration scientifique LIGO (qui inclut la collaboration GEO et l'Australian Consortium for Interferometric Gravitational Astronomy) et la collaboration Virgo, à partir de données provenant des deux détecteurs LIGO. Une centaine de scientifiques travaillant dans six laboratoires associés au CNRS ont contribué à cette découverte, au sein de la collaboration Virgo. Plus...

10/02/2016 - Le "réseau social" planctonique de la pompe à carbone biologique dévoilé

L'océan est le plus important puits de carbone de la planète. Une équipe interdisciplinaire réunissant des océanographes, des biologistes et des informaticiens, principalement du CNRS, de l'UPMC, de l'Université de Nantes, du VIB, de l'EMBL et du CEA vient de décrire le réseau d'organismes planctoniques impliqué dans ce puits de carbone. Le catalogue d'organismes planctoniques collectés durant l'expédition Tara Oceans livre ainsi peu à peu ses secrets : aujourd'hui, la première vision globale du réseau d'espèces liées à la pompe biologique des océans a mis en lumière de nouveaux acteurs et les principales fonctions bactériennes concernées dans ce processus. Elle a été obtenue en analysant des échantillons récoltés lors de l'expédition de la goélette Tara, dans des zones pauvres en nutriments, qui couvrent la plus grande partie des océans. Les scientifiques ont également démontré que la présence d'un petit nombre de gènes bactériens et viraux prédit la variabilité de l'export de carbone vers les profondeurs océaniques. Ces découvertes permettront notamment aux chercheurs de tester la robustesse de ce réseau face aux perturbations climatiques et les conséquences sur la pompe à carbone biologique. Publiés le 10 février 2016 sur le site de la revue Nature, ces travaux soulignent l'importance du plancton dans la machine climatique. Plus...

10/02/2016 - Le collège doctoral de sciences et techniques de Nara (Japon), l'X et le CNRS créent un laboratoire international associé dédié à l'énergie solaire

Le collège doctoral de Sciences et Techniques de Nara (NAIST, Japon), l'École polytechnique et le CNRS s'associent pour créer un laboratoire international associé (LIA) dédié aux cellules solaires à perovskite à haut rendement. La signature de l'accord de partenariat s'est tenue mercredi 3 février 2016 à l'École polytechnique. Plus...

10/02/2016 - L'odorologie policière corroborée par la science

L'odorologie est une technique d'identification des odeurs humaines par des chiens spécialement entraînés. Elle est utilisée dans les enquêtes policières pour démontrer la présence d'un individu sur une scène d'infraction. Cependant, il n'existe à l'heure actuelle aucun standard international concernant l'entraînement des chiens. Au Centre de recherche en neurosciences de Lyon (CNRS/Université Claude Bernard Lyon 1/Inserm), des chercheurs spécialisés dans les odeurs et leur mémorisation ont analysé les données, consignées depuis 2003 par la Sous-direction de la police technique et scientifique d'Ecully, sur les performances des chiens face à une tâche d'identification d'odeurs. Leurs résultats montrent qu'au terme d'un programme d'entrainement de 24 mois, les chiens parviennent à reconnaître l'odeur d'une même personne dans 80 à 90 % des cas, et ne commettent jamais d'erreur en la confondant avec des odeurs de personnes différentes. Ces résultats valident les procédures appliquées et devraient convaincre la communauté internationale de la fiabilité de cette méthode. Ils sont publiés le 10 février 2016 dans la revue PLOS ONE. Plus...

09/02/2016 - Point sur les recherches d'ondes gravitationnelles par les collaborations VIRGO et LIGO

Cent ans après qu'Einstein a prédit l'existence d'ondes gravitationnelles, des chercheurs des collaborations LIGO et VIRGO (dont le CNRS est membre fondateur) font le point sur la recherche de ces ondulations extrêmement ténues de l'espace-temps. Plus...

08/02/2016 - Toxoplasmose : attraction mortelle du chimpanzé parasité pour le léopard

Des chercheurs du Centre d'écologie fonctionnelle et évolutive (CNRS/Université de Montpellier/Université Paul Valéry Montpellier 3/EPHE) ont montré que des chimpanzés infectés par la toxoplasmose sont attirés par l'urine de leur prédateur naturel, le léopard, et non par celles d'autres grands félins. Ces travaux, publiés le 8 février 2016 dans Current Biology, suggèrent que la manipulation parasitaire effectuée par Toxoplasma gondii est spécifique à chaque hôte. Ils alimentent le débat sur l'origine des modifications comportementales et olfactives observées chez l'être humain lorsqu'il est atteint de toxoplasmose : elles remonteraient vraisemblablement au temps où nos ancêtres étaient encore une proie des grands félins. Plus...

05/02/2016 - Vidéo du vendredi : Les camps de travail oubliés de la Seconde Guerre mondiale à Paris

Cette semaine Sarah Gensburger, sociologue de la mémoire à l'Institut des sciences sociales et du politique, raconte l'histoire oubliée des camps de travail de Paris, annexes de Drancy. Dans le cadre de l’Opération Meuble, vaste entreprise de spoliation mise en place par les nazis, trois bâtiments parisiens sont réquisitionnés entre 1943 et 1944. Durant cette période, des détenus de Drancy y sont transférés afin de travailler au tri, au nettoyage et à la réparation des biens pris dans 38.000 appartements juifs de Paris. La chercheuse évoque le difficile travail de remémoration lié à cette histoire. Plus...

05/02/2016 - Astronomie : NIKA2, un nouvel instrument pour la détection des ondes millimétriques

Pour détecter un corps froid, il est nécessaire que les instruments de détection soient encore plus froids, pour éviter le « bruit » thermique associé à l'instrument même. Basé sur la technologie des KID (Kinetic Inductance Detectors), des détecteurs supraconducteurs maintenus à une température très basse, l'instrument NIKA2 vient d'être installé dans le télescope de l'IRAM (CNRS/MPG/IGN) situé sur le mont Pico Veleta1, en Espagne. Il permettra de déceler les ondes millimétriques émises par des corps célestes. Plus robuste, moins cher et ayant une meilleure sensibilité que les instruments de détection millimétrique déjà existants, cette caméra est la première2 disposant de la technologie des KID à être utilisée en astronomie millimétrique. Le consortium international NIKA, coordonné par l'Institut Néel (CNRS), espère ainsi pouvoir explorer les processus de formation d'étoiles aussi bien dans l'univers proche que dans l'univers lointain en étudiant l'émission des poussières interstellaires et l'évolution des amas de galaxies via leur interaction avec la radiation issue du Big Bang. Plus...

01/02/2016 - Des modèles moléculaires pour mieux comprendre les gaz de schiste

L'exploitation des gaz de schiste suscite bien des convoitises, mais la méthode d'extraction par fracturation hydraulique inquiète. Afin de développer des techniques moins dommageables pour la planète, les chercheurs ont besoin de modèles et de simulations validés par l'expérience et capables de restituer la complexité de ces structures géologiques. Dans cette optique, des modèles moléculaires de kérogène, dont la dégradation engendre le gaz de schiste, ont été développés par des chercheurs de l'Unité mixte internationale CNRS/MIT « Multi-Scale Materials Science for Energy and Environment » et de l'Institut de sciences des matériaux de Mulhouse (CNRS/Université de Haute-Alsace). De tels modèles, établis à partir des propriétés du kérogène déterminées expérimentalement, permettent de sonder le comportement de cette matière organique. Ces travaux sont publiés sur le site de la revue Nature Materials le 1er février 2016. Plus...

01/02/2016 - Listeria : des souches hypervirulentes à tropisme cérébral et placentaire

Des chercheurs de l'Institut Pasteur, de l'Inserm, du CNRS et de l'Université Paris Descartes – Sorbonne Paris Cité viennent de publier dans Nature Genetics une vaste étude menée sur près de 7000 souches de Listeria monocytogenes, bactérie responsable de la listériose humaine, une infection grave d'origine alimentaire. Par une analyse intégrative de données épidémiologiques, cliniques et microbiologiques, les chercheurs ont mis en évidence la grande diversité du pouvoir pathogène de cette espèce bactérienne. Ce travail a également permis de découvrir, par une analyse génomique comparative, de nouveaux facteurs de virulence dont l'implication dans les formes cérébrales et fœto-placentaires de listériose a été démontrée expérimentalement. Il suggère en outre l'importance d'utiliser de nouvelles souches de référence, représentatives des lignées hypervirulentes identifiées ici, pour les études expérimentales du pouvoir pathogène de Listeria monocytogenes. Plus...

haut de page

Janvier

29/01/2016 - Vidéo du vendredi : le Laboratoire de mécanique et d’acoustique (LMA)

Cette semaine découvrons le Laboratoire de mécanique et d’acoustique (LMA) et ses activités de recherches, avec un film réalisé à l'occasion de son cinquantenaire en 1991. Plus...

27/01/2016 - Tuberculose : découverte d'une étape critique de l'évolution du bacille vers la pathogénicité

C'est la disparition d'un glycolipide de l'enveloppe bactérienne, au cours de l'évolution, qui aurait considérablement augmenté la virulence des bacilles de la tuberculose chez l'Homme. Des chercheurs du CNRS, de l'Institut Pasteur et de l'université Toulouse III – Paul Sabatier1 ont montré que cette disparition a entrainé une modification des propriétés de surface de Mycobacterium tuberculosis, favorisant son agrégation en « corde », et augmentant sa pathogénicité. Ces résultats, qui permettent de mieux connaitre les mécanismes liés à l'évolution et à l'émergence des bacilles de la tuberculose, sont une avancée majeure dans la compréhension de cette maladie. Ils sont publiés dans la revue Nature Microbiology le 27 janvier 2016 Plus...

27/01/2016 - Épigénétique : comment atteindre des gènes inaccessibles ?

Des biologistes ont mis en évidence le fonctionnement des "remodeleurs de chromatine", des enzymes-clé dans les cellules. Ils ont découvert comment le matériel génétique, compacté dans le noyau de la cellule doit être remodelé pour permettre à la machinerie cellulaire d'accéder aux gènes. Ces travaux pilotés par des chercheurs d'un laboratoire CEA/CNRS/Université Paris-Sud, dans le cadre d'une collaboration internationale avec l'Université de l'Etat de Pennsylvanie (USA) et l'Université de Guangzhou (Chine), paraissent dans Nature le 4 février (en ligne le 27 janvier). Plus...

22/01/2016 - Des chats apprivoisés en Chine plus de 3000 ans avant notre ère

Des chats domestiqués ont-ils été apportés en Chine il y a plus de 5000 ans ? Ou des petits félins ont-ils été apprivoisés à cette même époque en Chine ? Il était impossible de trancher entre ces deux hypothèses jusqu'à ce qu'une équipe du laboratoire « Archéozoologie, archéobotanique : sociétés, pratiques et environnements » (CNRS/MNHN), en collaboration avec des collègues anglais et chinois1, détermine l'espèce à laquelle correspondent les restes de chat datant d'environ 3500 ans avant J.-C. et découverts en Chine, dans des villages d'agriculteurs. Tous ces ossements appartiennent au chat du Bengale, un cousin éloigné du chat sauvage occidental, ce dernier étant à l'origine de tous les chats domestiques modernes. Les scientifiques apportent ainsi la preuve d'un début de domestication du chat en Chine plus de 3000 ans avant J.-C.. Un scénario comparable à celui connu au Proche-Orient et en Egypte où les relations entre l'homme et le chat se sont développées suite à la naissance de l'agriculture. Ces travaux2 sont publiés le 22 janvier 2016 dans la revue PLOS ONE. Plus...

22/01/2016 - Vidéo du vendredi : Les ailes du futur

Cette semaine découvrons comment les équipes de l’Institut de mécanique des fluides et du laboratoire plasma et conversion d’énergie de Toulouse collaborent avec Airbus afin de créer les ailes des avions de demain. Inspirés par les grands oiseaux dont les ailes peuvent se déformer en temps réel et réduire l’effet des turbulences, les chercheurs se sont tournés vers le biomimétisme. Plus...

21/01/2016 - La CPU et le CNRS demandent la libre diffusion des publications scientifiques et des fouilles de données à la mesure des enjeux scientifiques.

Plus...

18/01/2016 - Comment les fourmis s'auto-organisent pour construire leur nid

Les fourmis construisent collectivement des nids dont la taille peut atteindre plusieurs milliers de fois celle des individus et à l'architecture parfois très complexe. Leur capacité à coordonner plusieurs milliers d'individus pour bâtir leurs nids demeure cependant une énigme. Pour comprendre les mécanismes impliqués dans ce phénomène, des chercheurs du CNRS, de l'Université Toulouse III – Paul Sabatier et de l'Université de Nantes1 ont combiné des techniques d'analyse comportementale, d'imagerie 3D et de modélisation. Leurs travaux montrent que les fourmis s'auto-organisent en interagissant avec les structures qu'elles construisent et grâce à l'ajout d'une phéromone à leur matériel de construction. Ce signal chimique contrôle localement leur activité bâtisseuse et détermine la forme du nid. Sa dégradation au cours du temps et par les conditions environnementales permet également aux fourmis d'adapter la forme de leurs nids. Ces travaux font l'objet d'une publication dans la revue PNAS le 18 janvier 2016. Plus...

18/01/2016 - La curiosité n'est pas un « vilain » défaut chez les souris

Quand un évènement inattendu surgit, il faut bien souvent agir, même si l'on ne maîtrise pas l'ensemble des conséquences. Selon des chercheurs du laboratoire Neurosciences Paris-Seine (CNRS/UPMC/Inserm)1, les souris se révèlent curieuses en situation d'incertitude : elles privilégient l'exploration de leur environnement afin de mieux l'appréhender. Allant plus loin, les scientifiques ont mis en évidence le rôle primordial joué par l'acétylcholine, un neurotransmetteur, dans la modulation de ces comportements. Ces travaux pourraient permettre de mieux comprendre certaines maladies psychiatriques. Ils sont publiés le 18 janvier 2016 sur le site de la revue Nature neuroscience. Plus...

18/01/2016 - Le Snail-Absolute Tuning : visualiser les sons et accorder des instruments de manière précise et intuitive

Un nouveau procédé d'analyse et de visualisation du son a été conçu par le laboratoire Sciences et technologies de la musique et du son (CNRS/Ircam/ministère de la Culture et de la Communication/UPMC). Le Snail-Absolute Tuning est une technologie brevetée par le CNRS1 qui offre de nouvelles façons d'accorder un instrument de musique, de travailler l'intonation, de visualiser la musique et les sons en temps réel. Au-delà de l'avancée scientifique marquante qu'il constitue, ce logiciel est une technologie innovante pour les musiciens et tous ceux qui travaillent le son, adaptée aux amateurs comme aux professionnels. Il sera commercialisé à partir du 21 janvier 2016 et sera présenté lors du salon Musicora du 6 au 7 février à Paris2. Plus...

15/01/2016 - Vidéo du vendredi. Médaille de l'innovation CNRS 2015 : Sylviane Muller

Cette semaine écoutons la biologiste Sylviane Muller, lauréate de la médaille de l'innovation 2015, retracer son parcours. Entrée au CNRS en 1981, elle dirige depuis 2001 l'unité Immunopathologie et chimie thérapeutique du CNRS à Strasbourg. C'est dans ce laboratoire qu'elle a découvert avec son équipe l'effet thérapeutique du peptide P140 sur le lupus. Il n'existe aucun traitement spécifique contre cette maladie auto-immune qui affecte plusieurs millions de patients dans le monde. Mais un candidat médicament a été développé à partir de P140 : le Lupuzor. Plus...

15/01/2016 - Anne Peyroche nommée directrice générale déléguée à la science du CNRS

Anne Peyroche a été nommée directrice générale déléguée à la science du CNRS par Alain Fuchs, président de l'organisme. Elle entrera en fonction le 18 janvier 2016 succédant à Philippe Baptiste, appelé à d'autres fonctions. Chercheuse au CEA, Anne Peyroche est actuellement directrice adjointe de cabinet (en charge de la recherche) du secrétariat d'Etat chargé de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Plus...

15/01/2016 - Un nouvel instrument à la disposition de la communauté des scientifiques en sciences de la Terre

Mercredi 20 janvier est inauguré au laboratoire Géosciences Paris-Sud (Université Paris-Sud/CNRS), un nouvel instrument qui permettra à la communauté des géochimistes et géologues de réaliser de nouveaux types de mesure relatifs à la radioactivité. Premier appareil de ce type en Ile-de-France, il a pu être acquis grâce aux soutiens de la région Ile-de-France, de la fondation BNP Paribas, de l'Université Paris-Sud, du CNRS, du CEA et de l'Université Versailles St-Quentin en Yvelines. Plus...

12/01/2016 - L'autisme se cache-t-il dans un pli du cerveau ?

Des chercheurs du CNRS, d'Aix-Marseille Université et de l'AP-HM ont identifié un marqueur cérébral spécifique de l'autisme, détectable par IRM et présent dès l'âge de deux ans. L'anomalie repérée consiste en un pli moins profond au niveau de l'aire de Broca, une région du cerveau spécialisée dans le langage et la communication, des fonctions altérées chez les patients atteints d'autisme. Cette découverte pourrait aider au diagnostic et à une prise en charge plus précoces de ces patients. Elle a été rendue possible par les compétences en traitement d'imagerie médicale de l'Institut de neurosciences de la Timone (CNRS/Aix-Marseille Université) et par l'accès à une cohorte de patients homogène, diagnostiqués très jeunes et ayant tous été évalués selon le même protocole au Centre de ressources autisme PACA. Les résultats de leur collaboration sont publiés le 12 janvier 2016 dans la revue Biological Psychiatry: Cognitive Neurosciences and Neuroimaging. Plus...

12/01/2016 - Cancer de la prostate : comprendre son agressivité chez les patients obèses

L'obésité a des conséquences directes sur la santé et est associée à l'apparition de cancers agressifs, sans que les mécanismes à l'origine de cet effet ne soient compris. Des chercheurs de l'Institut de pharmacologie et de biologie structurale (CNRS/Université Toulouse III - Paul Sabatier)1 viennent de décrypter l'un de ces mécanismes dans un des cancers le plus fréquent chez l'homme, le cancer de la prostate : en cas d'obésité, le tissu graisseux qui entoure la glande prostatique facilite la propagation des cellules tumorales en dehors de la prostate. Leurs résultats, qui ouvrent de nouvelles pistes pour le traitement du cancer de la prostate, font l'objet d'un brevet2 et sont publiés dans la revue Nature Communications le 12 janvier 2016. Plus...

08/01/2016 - Vidéo du vendredi : La science et la grande muraille verte

Cette semaine découvrons la « Grande Muraille Verte », un programme de régénération forestière lancé par les États africains du Sahel pour faire face au changement climatique. Des scientifiques français et sénégalais accompagnent ce projet en étudiant, sur un mode interdisciplinaire, les impacts sur les environnements et les sociétés humaines. Plus...

06/01/2016 - Traitement du paludisme : le mode d'action de l'artémisinine remis en question

L'artémisinine, molécule issue d'une plante de la pharmacopée traditionnelle chinoise, constitue l'un des médicaments les plus efficaces pour combattre le paludisme. De précédentes publications supposaient qu'elle avait pour cible la protéine ATPase-Ca2+ du parasite. Or des scientifiques de l'Institut de biologie intégrative de la cellule (Université Paris-Sud/CNRS/CEA), en collaboration avec une équipe danoise, ont mis en évidence l'absence d'effet de l'artémisinine sur l'activité de l'ATPase-Ca2+ ainsi que l'impossibilité de reproduire les expériences publiées précédemment. Ces résultats sont décrits dans la revue Nature Structural and Molecular Biology du 6 janvier 2016 et devraient donner une nouvelle orientation aux recherches développées pour guérir cette maladie. Plus...

04/01/2016 - Début de la vie : comment la symétrie entre en jeu

La première division embryonnaire, qui suit la fusion des gamètes (ovule et spermatozoïde), lance le développement d'un nouvel individu, la genèse d'un organisme adulte fonctionnel. Cette division est symétrique chez l'embryon au stade 1-cellule (aussi appelé zygote) ; elle donne lieu à la formation de deux cellules filles de taille identique. A l'inverse, elle est asymétrique chez l'ovule, qui a pourtant la même taille, et la même forme que l'œuf. Pourquoi ? Qu'est-ce qui oriente le zygote vers une division symétrique alors que l'ovule se divise au cours de la méiose de manière asymétrique ? Telles sont les questions que se sont posées Marie-Emilie Terret, chercheuse à l'Inserm, et Marie-Hélène Verlhac, chercheuse au CNRS et directrice de l'équipe Divisions asymétriques ovocytaires au Centre interdisciplinaire de recherche en biologie (Inserm/CNRS/Collège de France)1. En combinant biologie, physique et mathématiques, les chercheuses ont réussi à montrer, chez la souris, la mécanique de régulation qui détermine en un temps très court la géométrie et donc la destinée (division symétrique ou asymétrique) de la cellule. Les éléments issus de ces travaux pourraient dans le futur contribuer à améliorer l'efficacité de la fécondation in vitro. Le détail de ces résultats est publié aujourd'hui dans la revue Nature communications. Plus...

haut de page