CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil Département scientifique homme et société : Centre National de la reherche scientifiqueAccueil Département scientifique chimie : Centre National de la reherche scientifique
  Accueil > Espace communication > En direct des laboratoires de l'institut de Chimie

En direct des labos de l'Institut de chimie

Actualités 2019

 

2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 |

 

Un nouveau concept pour activer les côtés dormants des molécules

Pawel Dydio et son équipe au sein de l'Institut de Science et d'Ingénierie Supramoléculaires (ISIS, Université de Strasbourg/CNRS) sont parvenus à créer une nouvelle manière plus efficace d’activer une partie inactive d’une molécule organique. Une recherche pour laquelle le chimiste a obtenu en novembre 2018 une bourse ERC de 1,7 million d’euros. Cette première découverte qui permettrait notamment de donner de nouvelles propriétés aux médicaments a fait l’objet d’une publication dans Nature Catalysis. Lire la suite

 

Pour fabriquer des oxydes métalliques, mieux vaut traîner

poupon

Des procédés chimiques bien rodés révèlent parfois des surprises. En marquant une longue pause lors de la formation d’oxydes métalliques, des chercheurs du Laboratoire de chimie de coordination (LCC, CNRS), du laboratoire Interactions moléculaires et réactivité chimique et photochimique (IMRCP, CNRS/Université Toulouse Paul Sabatier) et du Centre d’élaboration des matériaux et d’études structurales (CEMES, CNRS) ont découvert que leur préparation liquide se gélifiait progressivement. Ce changement de consistance permet aux scientifiques de mouler et d’imprimer la matière à plusieurs échelles. Ces travaux, publiés dans la revue Chemistry of Material, simplifient la conception de matériaux à base d’oxydes métalliques. Lire la suite

 

Des anticancéreux délivrés in vitro grâce à des polymères dégradables

poupon

Comment mieux transporter et délivrer les principes actifs anticancéreux au niveau des cellules malades ? Des chercheurs de l'Institut Galien Paris-Sud (IGPS, CNRS/Université Paris-Sud/Paris-Saclay) ont mis au point une stratégie innovante permettant de coupler des molécules anticancéreuses à des polymères dégradables. En ajustant les propriétés physico-chimiques de ces prodrogues, les chercheurs sont parvenus à moduler la libération du principe actif et donc l'activité anticancéreuse in vitro. Ces travaux, publiés dans Chemical Science, ouvrent la voie à une nouvelle famille de vecteurs de principes actifs, comme alternative aux nanoparticules traditionnelles. Lire la suite

 

Dans l’eau, les électrons quasi libres endommagent l’ADN

poupon

Comme les dégâts à l’ADN entraînent la mort cellulaire ou la formation de tumeurs, les radiations et phénomènes capables de les provoquer ou les traiter sont très étudiés. Des scientifiques du Laboratoire de chimie physique (LCP, CNRS/Université Paris-Sud) et des universités de Kyoto, d’Osaka, de Tokyo et d’Oakland ont ainsi montré la première fois le rôle que jouent certains électrons dans la rupture des brins d’ADN. Ces travaux, publiés dans Nature Communications, aident à mieux comprendre ces atteintes à l’ADN et ouvrent des solutions pour traiter les tumeurs. Lire la suite

 

Une percée pour la chimie des éponges

poupon

Certaines éponges méditerranéennes, de la famille des Crambeideae, se protègent des prédateurs en émettant en permanence un nuage d’alcaloïdes tout autour d’elles. La manière dont ces invertébrés biosynthétisent ces molécules intriguait jusqu’alors les scientifiques. Une équipe internationale est enfin parvenue à l’expliquer, grâce à des marquages radioactifs et des confirmations par chimie bioinspirée en laboratoire. Ces travaux, publiés dans la revue Angewandte Chemie International Edition, aident à mieux comprendre la formation du squelette moléculaire de différents types d’alcaloïdes. Lire la suite

 

Vers de nouveaux métamatériaux magnétiques

monari

Des chercheurs de l'Institut Jean Lamour (CNRS/Université de Lorraine) et de l'Université de San Diego ont réussi à concevoir des réseaux de nano-aimants à quatre orientations de spin possibles. Les premiers résultats expérimentaux laissent entrevoir le développement de nouvelles générations de composants électroniques. Ces travaux ont été publiés dans Nature Materials le 29 octobre 2018. Lire la suite

 

 

Accueil du Sitecontactimprimer Plan du sitecredits