CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil Département scientifique homme et société : Centre National de la reherche scientifiqueAccueil Département scientifique homme et société : Centre National de la reherche scientifique
  Accueil > Espace communication > En direct des laboratoires > Vitamine D et calcium

En direct des laboratoires de l'institut de Chimie

 

La vitamine D à l’origine de calculs rénaux ?

 

Indispensable à la croissance durant l’enfance, la consommation de calcium et de vitamine D assurent la robustesse du squelette humain et préviennent l'ostéoporose en favorisant l’absorption du calcium qui va se fixer sur les os. La norme de la concentration en vitamine D dans le sang préconisée par les instances médicales a été modifiée il y a quelques années, passant de [7-30] à [30-100] ng/mL. Des suppléments sont donc largement prescrits comme compléments alimentaires et comme médicaments afin d’atteindre une concentration de 30 ng/mL ou plus dans le sang. Or, des études récentes ont démontré l’absence de bénéfice clinique de l’administration de vitamine D, y compris sur la réduction du risque de fractures osseuses.
La consommation de calcium est nécessaire à la minéralisation de l’os et n’induit pas la formation de calculs chez l’homme. Par contre, un lien entre la prise de vitamine D et l’apparition de calculs rénaux a été récemment évoqué.  

Pour comprendre les relations qui existent entre la prise de vitamine D et le calcium présent dans l’organisme, les chercheurs du Laboratoire de chimie de la matière condensée de Paris (CNRS/UPMC/Collège de France)  et du Service des explorations fonctionnelles multidisciplinaires ont  administré à des rats, de manière prolongée et à fortes doses, soit du calcium, soit de la vitamine D, soit les deux.  

Au bout de 6 mois, l'administration de calcium seul n'a pas induit le développement de calculs rénaux, et l'administration de vitamine D seule n’a eu que très peu d’effet. Par contre, l’apport combiné de calcium et de vitamine D entraîne une hypercalciurie (concentration excessive en calcium dans l'urine) et l’apparition de calculs rénaux volumineux.

Cette étude soulève donc la question du bien-fondé de l'administration systématique de suppléments de vitamine D, et montre son rôle lithogène* potentiel chez le sujet qui consomme par ailleurs du calcium en quantités recommandées.

* Ensemble des phénomènes qui produisent un calcul.

 

Référence

Letavernier  E., Verrier C., Goussard F., Perez J., Huguet L., Haymann J.P., Baud L., Bazin D. & Daudon M.

Calcium and vitamin D have a synergistic role in a rat model of kidney stone disease

Kidney Int. 27 juillet 2016
doi.org/10.1016/j.kint.2016.05.027

 

Contacst chercheurs

Emmanuel Letavernier, Service des explorations fonctionnelles multidisciplinaires – Paris

Couriel : emmanuel.letavernier@aphp.fr

T 01 56 01 67 73

 

Dominique Bazin, Laboratoire de chimie de la matière condensée de Paris

Courriel : dominique.bazin@upmc.fr

T 01 44 27 62 45

 

Contacts institut

Christophe Cartier dit Moulin, Stéphanie Younes

 

7 novembre 2016

Les actualités d'autres laboratoires
Accueil du Sitecontactimprimer Plan du sitecredits