CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil Département scientifique homme et société : Centre National de la reherche scientifiqueAccueil Département scientifique homme et société : Centre National de la reherche scientifique
  Accueil > Espace communication > En direct des laboratoires > Assemblages peptidiques

En direct des laboratoires de l'institut de Chimie

 

Construction d’assemblages peptidiques pour des applications potentielles en vaccination et thérapie anti-cancer

 

Une équipe de l’Institut de chimie radicalaire (CNRS / Aix-Marseille Université) a développé une réaction originale d’addition radicalaire entre deux entités peptidiques qui conduit au conjugué peptidique avec une bonne sélectivité. Cette nouvelle méthodologie pourrait être exploitée pour la construction d’assemblages peptidiques pour des applications en vaccination et thérapie anti-cancer. Ces travaux font l’objet d’une publication dans la revue Chem. Commun.

 

Le développement de stratégies versatiles et efficaces permettant de coupler entre eux des fragments peptidiques ou de les modifier avec d’autres biomolécules d’intérêt (acides nucléiques, sucres, fluorophores,…) est devenu un enjeu scientifique majeur. Elles permettent en effet de construire des édifices macromoléculaires pertinents pour des applications aussi variées que l’élucidation de mécanismes biologiques, la vectorisation de principes actifs, la vaccination ou encore la capture d’antigènes.

Ces stratégies de couplage font appel à des réactions chimio-sélectives, aussi appelées ligations chimiques, c'est-à-dire se produisant spécifiquement entre des groupes fonctionnels antagonistes installés sur chaque fragment à coupler, sans affecter d’autres groupes potentiellement sensibles présents sur les fragments. A cet égard, les approches de ligation chimique native et d’addition azoture-alcyne (chimie click) ont fait leur preuve, mais elles présentent toutefois des limitations, respectivement liées à la présence de réactions secondaires et à l’utilisation de catalyseur métallique à base de cuivre.
Des chercheurs de l’Institut de chimie radicalaire ont développé une réaction originale d’addition radicalaire qui se produit entre une alcoxyamine dérivée du nitroxyde SG1 et un composé présentant une double liaison activée.

sg1

© C. Cartier

Ils ont mis à profit cette réaction dans le cadre de la ligation chimique : ainsi après simple préparation d’un peptide fonctionnalisé par un fragment SG1 (en bleu sur la figure) et d’un peptide fonctionnalisé avec une double liaison (en rouge), la réaction d’addition radicalaire entre les deux entités conduit au conjugué peptidique avec une bonne sélectivité. Cette réaction radicalaire ne nécessite pas d’agents de couplage et sa réalisation sur résine (boule blanche sur la figure) permet une purification plus aisée du produit final.

Les chercheurs exploitent actuellement cette nouvelle méthodologie de synthèse pour la construction d’assemblages peptidiques (« chimères ») en vue d’applications en vaccination et thérapie anti-cancer.

trimaille

©Thomas Trimaille

 

Référence

Thomas Trimaille, Laurent Autissier, Mamy Daniel Rakotonirina, Yohann Guillaneuf, Claude Villard, Denis Bertin, Didier Gigmes, Kamel Mabrouk

Peptide ligation from alkoxyamine based radical addition

Chem. Commun. 13 février 2014, 50, 2744-2747.
DOI: 10.1039/C3CC49389J

 

Contact chercheur

Kamel Mabrouk, Didier Gigmes, Thomas Trimaille, Institut de Chimie Radicalaire – Marseille

Courriels : kamel.mabrouk@univ-amu.fr, didier.gigmes@univ-amu.fr, thomas.trimaille@univ-amu.fr
Tél. : 04 91 28 80 83

 

Contacts institut

Christophe Cartier dit Moulin, Jonathan Rangapanaiken

 

13 mars 2013

Les actualités d'autres laboratoires
Accueil du Sitecontactimprimer Plan du sitecredits