Le CNRS a deux nouvelles Étoiles de l’Europe

Recherche

Philippe Goldner et Jamal Ouazzani Chahdi sont lauréats des trophées des Étoiles de l'Europe qui valorisent les coordinateurs et coordinatrices de projets européens. La remise des prix est organisée en virtuel cette année.

Crise sanitaire oblige, les trophées des Étoiles de l'Europe ont été remis aux 12 lauréats, le 16 décembre 2020, dans une cérémonie virtuelle. Cette récompense met tous les ans en valeur les coordinatrices et coordinateurs de projets français qui ont choisi l’Union européenne pour développer leurs recherches et s’ouvrir à l’innovation. Les lauréats sont sélectionnés pour la qualité scientifique et la dimension internationale de leur projet, et tous les domaines sont présents : changement climatique, lutte contre le cancer, logiciels libres de mathématiques, matériaux innovants, technologies quantiques, etc. Pour cette huitième édition, deux chercheurs dont le projet est porté par le CNRSmesri sont récompensés. Le CNRS est aussi partenaire de cinq autres projets dont les porteurs – Arnaud Pothier, Patrick Farcy, Nicolas Thiéry, François Brunier et Isabelle Arzul – sont salués.

Le futur de l’information

« Notre thématique s’est construite grâce à l’Europe », raconte Philippe Goldner, directeur de recherche CNRS à l’Institut de recherche de chimie ParisIRCP et coordinateur de NanOQTech1, projet financé par l’appel FET Open2 qui rassemble neuf équipes académiques3 et industrielle européennes, « seule échelle qui permet de trouver toutes les compétences nécessaires ». L’outil FET Open finance des projets à haut risque pour fonder les technologies futures : avec un budget de plus de trois millions d’euros, le projet a créé des nanostructures dopées par des ions de terres rares comme plate-forme pour les technologies quantiques optiques, afin de transférer des informations de manière sécurisée, de créer des capteurs extrêmement sensibles ou encore de nouveaux types d'ordinateurs. « Je suis très heureux de cette reconnaissance du fait que le projet s’est très bien déroulé et que nous avons obtenu des résultats remarquables qui ouvrent des perspectives pour tout un domaine de recherche », assure le chercheur. Une récompense qui pourra « venir en appui en particulier à nos activités de dépôt de brevets et de création d’entreprises », le partenaire industriel ayant par exemple développé une ligne de logiciels qui a vocation à être commercialisée. Le projet a ainsi remporté la mention Innovation des Étoiles de l'Europe.

Mini-école d'été organisée à Chimie ParisTech dans le cadre du projet NanoQTech.
Mini-école d'été organisée à Chimie ParisTech dans le cadre du projet NanoQTech. © IRCP

Les coraux au service de la santé

Avec un budget de 6,7 millions d’euros, Jamal Ouazzani Chahdi a coordonné le projet collaboratif Tascmar4 en lien avec la stratégie européenne à long terme « Croissance bleue » qui soutient les secteurs marins et maritimes. Dans ce cadre, le projet s’intéresse aux maladies et complications liées au vieillissement de la population, une « priorité de santé publique à l’échelle mondiale », notamment via l’étude de molécules produites par des organismes marins issus d’écosystèmes coralliens très peu étudiés, situés entre 30 et 150 m de profondeur. Le projet réunit 13 partenaires, dont six industriels, de 8 pays, couvrant des disciplines variées allant de la biologie marine au développement d’instrumentation scientifique, en passant par la chimie, la microbiologie et les sciences humaines. « Une des forces du projet est le suivi resserré du consortium que nous avons mis en place pour nous assurer que l’ensemble des partenaires allaient dans la même direction », explique le directeur de recherche CNRS à l’Institut de chimie des substances naturelles5. Ces équipes ont déjà mis au point des techniques de culture des organismes et des éco-procédés pour étudier ces organismes tout en préservant la biodiversité marine et l’environnement, comme Unifertex et Somartex6, des kits de criblage de microorganismes dépollueurs, ainsi que la ligne cosmétique anti-âge Blue Elixir en cours de développement. Le projet a reçu la mention Renouvellement pour son engagement envers la formation et les jeunes scientifiques. « Cette récompense n’est pas une reconnaissance personnelle mais elle vient saluer l’effort collectif de l’ensemble des intervenants qui m’ont encouragé et soutenu à tous les niveaux : ma formidable équipe, la délégation régionale, l’institut de chimie et le CNRS sans qui il serait impossible de travailler et de coordonner un tel consortium ».

Robot Somartex
Somartex est un appareil développé par le CNRS qui permet de capter et de concentrer les molécules diluées en milieu marin puis de les rapporter au laboratoire pour les étudier. Il permet ainsi de protéger les bio-ressources et d’opérer de manière autonome, tout en s’adaptant à n’importe quel écosystème marin. © Olivier Duquenne, Société Maximator

À l’occasion de la cérémonie de remise des trophées – qui ont été envoyés au préalable aux lauréats –, les deux porteurs de projet ont pu partager leur expérience avec des chercheurs et chercheuses candidats aux financements européens. « Il est important de préciser que ce type d’appel donne sa chance à tous les candidats, pas seulement à ceux et celles ayant déjà été financés ou récompensés au niveau européen. Ce sont les idées et la qualité des collaborations mises en place dans le projet qui comptent », précise Philippe Goldner.

 

Les autres projets dont le CNRS est partenaire :

  • SUMCASTEC, porté par l'Université de Limoges via Arnaud Pothier, chargé de recherche au CNRS
  • JERICO-NEXT (Patrick Farcy) et VIVALDI (Isabelle Arzul), portés par l'IFREMER
  • OpenDreamKit (Nicolas Thiéry), porté par l'Université Paris-Sud (Université Paris-Saclay)
  • REFERENCE (François Brunier), porté par Soitec SA
  • mesri. Le MESRI ne prend en compte que l'institution porteuse du projet.
  • IRCP. CNRS/Chimie ParisTech.
  • 1. Nanoscale Systems for Optical Quantum Technologies.
  • 2. Future and Emerging Technologies. Dans le prochain programme-cadre Horizon Europe, qui démarre en 2021, le programme EIC Pathfinder rassemblera les outils FET Open et FET Proactive d’Horizon 2020. Il aura pour rôle de « détecter et de développer des innovations technologiques radicales créatrices de marchés » à moyen ou long terme.
  • 3. Dont l’Institut de recherche de chimie Paris (IRCP – CNRS/Chimie Paristech), le laboratoire Systèmes de référence temps-espace (SYRTE – CNRS/Observatoire de Paris/Sorbonne Université) et l’Institut Néel (CNRS).
  • 4. Tools And Strategies to access to original bioactive compounds from Cultivation of MARine invertebrates and associated symbionts.
  • 5. CNRS.
  • 6. La technologie Somartex permet d’étudier les molécules des organismes marins dans leur écosystème naturel sans les collecter.

Audiodescription