Partager l'information scientifique

L’information scientifique et technique (IST), qui regroupe l'ensemble des informations produites par la recherche, est un capital précieux et nécessaire pour les chercheurs. Précurseur dans ce domaine, le CNRS propose une offre complète et partagée de prestations pour l’enseignement supérieur et la recherche. En parallèle, il s’engage pour développer une science ouverte et accessible au plus grand nombre.

Les acteurs de l’information scientifique et technique

La direction information scientifique et technique (Dist) pilote la stratégie relative à la production d’analyses, de publications et de données scientifiques. Elle supervise la collecte, le traitement, l’archivage et la diffusion des ressources documentaires. Elle met à la disposition des laboratoires des portails thématiques ou interdisciplinaires d’accès à ces ressources et des outils de veille scientifique. Elle participe à la réflexion nationale sur la transition numérique et concourt au partage des connaissances avec des archives ouvertes. La Dist anime un réseau de correspondants IST dans les unités mixtes de recherche. Elle publie de nombreux supports sur la stratégie et l’actualité de l’information scientifique.

Publications de la Dist

Bâtiment de l'Inist à Vandreuve-lès-Nancy
L'Institut de l'information scientifique et technique (Inist), unité propre de service du CNRS à Vandœuvre-lès-Nancy, facilite l’accès et valorise la production scientifique. Il siège, depuis 1989, dans un bâtiment conçu par l’architecte Jean Nouvel© DR

Des services indispensables à la recherche

La science se nourrit de science et les services IST sont indispensables à l’activité des chercheurs. Ceux-ci ont besoin de se documenter sur les travaux existants dans un domaine, d’analyser des données, de publier des résultats dans des publications scientifiques et de valoriser leur production.

La science mondiale à portée de clic

Le CNRS facilite l’accès à la production scientifique mondiale par le biais d’archives ouvertes et par l’accès à des bases de données bibliographiques. L’organisme est le deuxième producteur mondial de science avec plus de 50 000 articles scientifiques publiés par an (Scopus, Scimago, 2017).

Hal (Hyper articles en ligne)
Créée par le CNRS, l'archive ouverte pluridisciplinaire Hal, a pour objectif le partage des résultats de la recherche. Elle permet aux chercheurs de déposer, dans une base à accès ouvert, des articles scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, ainsi que des thèses émanant des établissements d'enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés.

Découvrir Hal

Scopus
Les chercheurs du CNRS ont accès aux bases de données bibliographiques Scopus et Web of Science, éditées respectivement par Elsevier et Thomson Scientic. Elles permettent aux chercheurs de mieux connaître ce qui se publie et de prévoir de nouvelles collaborations. Elles servent aussi aux analyses bibliométriques, qui consistent à quantifier les publications des chercheurs.

L’Open science ou le libre accès à la connaissance

Les potentialités du numérique ouvrent la voie à un nouveau système de diffusion de savoir. L’Open science ou Science ouverte entraîne une évolution des règles du jeu pour favoriser un meilleur partage des connaissances au bénéfice des chercheurs et de la société. Il s’agit de donner un accès plus libre et plus large aux données et aux résultats de la recherche publique. Ce libre accès ne se limite pas à la gratuité ; il requiert aussi plus de transparence et de discussions autour du travail scientifique.

Très engagé dans cette démarche, le CNRS fédère de nombreux acteurs autour de cet enjeu au niveau national. Il s’inscrit ainsi dans les priorités de l’Union européenne qui entend favoriser un décloisonnement et un partage à grande échelle des connaissances.

Loi numérique : l’apport du CNRS

La loi « Pour une République numérique » du 7 octobre 2016 est le premier texte législatif coécrit avec les internautes. La contribution du CNRS, largement reprise par le législateur, a favorisé des avancées majeures pour les chercheurs. Ils ont désormais le droit de diffuser, après une période d’embargo plus courte, leurs articles liés à des recherches financées à plus de 50 % par des fonds publics. Par ailleurs, la loi autorise les chercheurs du secteur public à explorer sans autorisation préalable des ayant-droits les textes, scientifiques ou non, et les données associées aux écrits scientifiques (Text and Data Mining).

Livre blanc CNRS « Une science ouverte dans une République numérique » 2016 - pdf (3.1 Mo)