CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil  Environnement et développement durable - Centre National de la recherche scientifiqueAccueil  Institut écologie et développement - Centre National de la recherche scientifique
  Accueil > Année du paysage >Projets

sur ce site :

2016 sera « l’Année du Paysage »

 

De l’arbre à la forêt domestiquée : pratiques de gestion et systèmes agroforestiers. Potentiel de l’archéobiologie

_____________________________

 

« Prés à feuilles », Misterfalls Askäng (Suède) © Sylvie Coubray

 

Le projet LÖVÄNG s’articule autour du concept de forêt domestique, une composante principale des paysages jusqu’au XIXe siècle (bocages du Centre de la France, dehesas de l’ouest de l’Espagne, forêts d’arganiers du Maroc, etc.). L’arbre, on l’a oublié, est un pivot de la production agricole. En modifiant son architecture, son cycle de croissance, sa production, ses fonctions reproductives, l’homme « domestique » l’arbre. Cette domestication concerne aussi l’écosystème forestier, transformé par les pratiques. De cette articulation entre forêt et agriculture découlent des patrons spatiaux très variables, les paysages.
La caractérisation de systèmes agroforestiers anciens, où activités agricoles (cultures herbacées, pâturage) et forestières (sylviculture) sont jointes dans un même espace, met en perspective la gestion de la biodiversité en lien avec les pratiques forestières. 
La réserve culturelle suédoise de Linné Råshult, où persiste un système d’exploitation de type «prés-bois» qui comprend des zones de « prés à feuilles » ou « löväng », a été choisie pour tester les capacités de l'archéobiologie à caractériser la structuration de l’espace en franchissant une première étape nécessaire à la caractérisation ultérieure des systèmes agroforestiers du passé.
Une approche systémique portant sur trois échelles d’analyses - arbre, écosystème forestier et paysage - est envisagée selon une approche multidisciplinaire utilisant des paramètres accessibles à l’archéobiologie et faisant appel à des outils de l’écologie forestière actuelle.

Le test sera réalisé par l’étude de deux zones distinctes : le « in-field » avec ses prés, champs et arbres paysans et le « out-field » avec la forêt, pâturée en arrière-saison.

 

Contact chercheur

DUFRAISSE Alexa, AASPE

Email : dufraisse@mnhn.fr



 

 

 

 

 

 

 

 

Accueil du Sitecontactimprimer Plan du sitecredits